Menu
Search
Samedi 25 Mai 2024
S'abonner
close

Moral des patrons : 52% des dirigeants confiants dans l'avenir de leurs entreprises

Quelle est la perception des chefs d’entreprises de la crise sanitaire et économique ? Quelles difficultés ont-ils rencontrées ? Comment se projettent-ils ? L’étude réalisée par TECTRA, du 1er février au 28 mars dernier, auprès d'un échantillon de 140 chefs d'entreprise de plus de 20 salariés apporte des éléments de réponses. Les détails.

Moral des patrons : 52% des dirigeants confiants dans l'avenir de leurs entreprises

Les chefs d'entreprise se veulent résolument optimistes pour l’avenir de leurs entreprises, même s'ils évoquent une année difficile. C’est, en tout cas, ce qui ressort d'une étude réalisée par Tectra, entreprise opérant dans le domaine du travail temporaire et du recrutement, du 1er février au 28 mars derniers, auprès d'un échantillon de 140 chefs d'entreprise de plus de 20 salariés. Les patrons sondés misent sur leurs équipes qu'ils considèrent comme un maillon essentiel de toute stratégie innovante. «Toutefois, leur plus grand obstacle reste le manque de temps et de prise de recul, qui leur fait cruellement défaut pour faire face aux nombreux défis qui font sens à leurs yeux : développement durable et recrutement de talents», conclut l’étude.Conjoncture : la reprise sera au rendez-vous mais se fera lentement

Tous les patrons sondés sont sûrs que la reprise sera au rendez-vous. Cependant, 94% d’entre eux estiment qu’elle retrouvera son rythme de croissance antérieure après une année ou plus et 63% pensent qu’elle se fera de manière très progressive et lente pendant plusieurs mois. Près d’un tiers (31%) s’attendent même à ce que cette reprise se fasse en «W» avec des successions de reprises et de ralentissements dus à des vagues successives de virus.

Selon les patrons, parmi les facteurs à prendre en considération pour la reprise d'activité, la confiance des clients, la trésorerie, la motivation et l'engagement des équipes. À cela doivent s’ajouter une organisation interne adaptée avec des équipes plus agiles plus responsabilisées et autonomes, une importance plus forte du management de proximité, une organisation avec plus d'outils digitaux et plus ouverte vers des partenaires extérieurs. Enfin, la fluidification des relations entre managers et collaborateurs, avec moins de niveaux hiérarchiques, semble à leurs yeux un facteur non négligeable.

La croissance attendue, les freins identifiés

Ainsi, 52% des dirigeants marocains semblent aujourd'hui plutôt confiants dans leur entreprise et optimistes, car ils ont su adapter leurs organisations aux leçons de la crise sanitaire, sans pour autant rompre avec le monde d'avant. 36,8% estiment une progression de plus de 10% de leurs entreprises par rapport à l'année précédente et 21,1% pensent avoir une progression identique à l’année dernière. Des freins peuvent toutefois ralentir ou stopper le développement de leurs entreprises : la concurrence (52% des sondés), des coûts et prix trop élevés (26%), une réglementation spécifique (21%) et la difficulté de recrutement (16%). Et justement, le volet ressources humaines est important dans la stratégie des patrons qui ont participé à l’étude. Et pour preuve, 47% d’entre eux souhaitent maintenir leurs effectifs actuels et 42% ont même l'objectif de les augmenter. Par ailleurs, 42% souhaitent faire appel à des sociétés de travail temporaire, 21% veulent recruter en CDI et 26% en CDD.

Adaptations et changements adoptés pour contrer la crise

Pour s’adapter à la crise et dépasser les contraintes qu’elle a amenées, les patrons sondés ont mis en œuvre de nouvelles procédures et pratiques managériales pour assurer la continuité de leurs entreprises. Concernant le fonctionnement de l’entreprise, 42% des patrons sondés ont opté pour plus de collaboration entre équipes, 31% pour la mise en place d’un plan de continuité, 16% pour plus d’autonomie des équipes. Par ailleurs, 52,6% des chefs d’entreprises ont décidé une évolution du style de management, 21,1% ont pris un engagement social et 10,5% ont adopté une évolution du système de rémunération variable, plus collectif.

Crise sanitaire : opportunité ou menace ?

Pour finir, la crise a été une grande leçon pour l’ensemble des patrons d’entreprises sondés. La moitié d’entre eux estiment que cette crise est à la fois une opportunité et une menace. 31,6% trouvent qu’elle leur a permis de faire évoluer leur organisation et leurs modes de management et 26,3% pensent qu’elle leur a permis de capitaliser sur de nouveaux clients et de développer leur stratégie de fidélisation/rétention. Enfin, 15,8% estiment que cette crise sanitaire leur a permis d’accélérer leurs projets ou d’en créer de nouveaux.

 

Lisez nos e-Papers