Menu
Search
Dimanche 19 Mai 2024
S'abonner
close
Dimanche 19 Mai 2024
Menu
Search

Assaut de clandestins à Nador : le CNDH crée une mission d'information

Assaut de clandestins à Nador : le CNDH crée une mission d'information

Après la tentative d’assaut métallique au niveau de Nador pour tenter d’entrer à Melilla, le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) a annoncé, lundi, la création d'une mission d'information, affirmant que les photos et vidéos en circulation "n'ont aucun rapport avec la tentative de passage des migrants".

"Mandatée par sa présidente, une délégation du CNDH effectue une mission de reconnaissance dans la ville de Nador et ses environs, à la suite des événements tragiques et violents résultant des tentatives de passage de centaines de migrants", a indiqué le Conseil dans un communiqué.

A travers sa Commission régionale de l'Oriental et ses membres à Nador, le CNDH a affirmé “avoir suivi les informations recoupées concernant le grand nombre d'individus ayant pris d'assaut la clôture et visionné un ensemble de vidéos et photos en circulation qui n'ont aucun lien avec la tentative de passage des migrants et contiennent des informations et des données erronées" concernant l'opération et ses conséquences”.

Le CNDH a souligné que cette mission comprend Mohamed Amarti, coordinateur de la mission et président de la Commission régionale des droits de l'Homme (CRDH) de l'Oriental, Mohamed Charef, président de la CRDH de Souss-Massa, Abderrafie Hamdi, directeur du monitoring et de la protection des droits de l'Homme au CNDH, Adil Sehimi, médecin et membre de la CRDH de l’Oriental, ainsi que Malika Daoudi, également membre de la CRDH de l'Oriental. 

Pour rappel, des migrants clandestins, issus de pays d'Afrique subsaharienne, ont mené, vendredi matin, une tentative d’assaut groupé contre la clôture métallique au niveau de la province de Nador, utilisant des méthodes très violentes et provoquant une bousculade énorme et des chutes mortelles du haut de la clôture.

Le dernier bilan, rendu public samedi par les autorités locales, faisait état de 23 morts parmi les Subsahariens clandestins. Un élément de la force publique et 18 assaillants sont toujours sous surveillance médicale.

 

Lisez nos e-Papers