Menu
Search
Lundi 22 Avril 2024
S'abonner
close
Lundi 22 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Sports

WAC-Zamalek : sans le public, la victoire n’aurait jamais été possible (Walid Regragui )

Après la victoire renversante (3-1) face au Zamalek d’Égypte, samedi au complexe Mohammed V, à l’occasion de la troisième journée de Ligue des champions de la CAF, groupe D, l’entraîneur du Wydad de Casablanca, Walid Regragui, n’a pas tari d’éloges à l’endroit du public, «sans qui la victoire n’aurait jamais été possible». S’exprimant en conférence d’après-match, Regragui n’a pas manqué l’occasion pour critiquer la programmation qui constitue un fardeau de plus pour ses hommes, selon lui.

WAC-Zamalek : sans le public, la victoire n’aurait jamais été possible (Walid Regragui )
Yahia Jabrane célébrant son but, le troisième pour le WAC face au Zamalek. Ph. Seddik

Comme l’avait prédit l’entraîneur du Wydad de Casablanca, Walid Regragui, vendredi dernier, en conférence d’avant-match contre le Zamalek d’Égypte, la présence du public dans les gradins du complexe Mohammed V de Casablanca a été un élément déterminant dans la victoire du club face à la formation cairote. Regragui qui s’est félicité de cette victoire renversante, acquise grâce aux réalisations de Zouhair Moutaraji (27e), Amine Farhane (37e) et Yahia Jebrane (88e), n’a pas tari d’éloges à l'endroit du public lors de la conférence d’après-match. «Je félicite les joueurs pour leur match aujourd’hui, et je voudrais remercier les supporters. Aujourd’hui, je comprends mieux comment le Wydad a gagné la Ligue des champions et comment avec ce public l’équipe peut gagner n’importe quel duel à domicile. Je n’ai jamais vu une telle ambiance, même en étant joueur en Espagne et avec l’équipe nationale. Sans le public, le Wydad n’aurait jamais pu gagner ce match aujourd’hui, même avec le meilleur schéma tactique possible», s’est félicité l’entraîneur du WAC.

La programmation, un handicap pour les clubs marocains
Interrogé sur le rythme des matchs de son équipe entre la Botola et la Ligue des champions, Walid Regragui a profité de l’occasion pour critiquer le rythme de programmation qui n’aide pas les clubs marocains engagés dans les compétitions africaines. «Quand ont dispute un match tous les trois jours, ce n’est pas facile, surtout à un rythme élevé. Avec le niveau du match contre le Zamalek, je me demande comment l’équipe sera mardi prochain, ou samedi dans la Botola. Même avec les grandes équipes internationales, on ne joue pas à un tel rythme. Six matchs en 15 jours, et là on va jouer encore deux matchs, ce qui fera huit matchs en 21 jours, c’est un rythme impossible à tenir», a regretté Regragui.
Se projetant vers le match retour contre le Zamalek au Caire, l’ancien coach du FUS est resté prudent en estimant que cette victoire à Casablanca n’était pas décisive. «Le match retour en Égypte sera très difficile et la qualification se jouera jusqu’au dernier match du groupe. C’est pour cette raison qu’il faut garder les pieds sur terre, car cette victoire n’est qu’une étape dans la Ligue des champions», a conclu le coach du WAC.
 

Lisez nos e-Papers