Menu
Search
Dimanche 16 Juin 2024
S'abonner
close
Dimanche 16 Juin 2024
Menu
Search

«Book Club Le Matin» : Mohamed Kenbib invité des Escales littéraires

Pour sa 10e Escale littéraire organisée le 6 juin au Sofitel Jardin des Roses Rabat en marge du SIEL, «Book Club Le Matin» a invité Mohamed Kenbib venu présenter son dernier livre «Juifs et musulmans au Maroc, des origines à aujourd'hui». Un ouvrage, fruit de pratiquement 40 ans de recherches.

Après avoir publié un ouvrage de 800 pages, destiné aux chercheurs, le professeur Kenbib a sorti un condensé de son livre «Juifs et musulmans au Maroc, des origines à aujourd'hui» dédié cette fois au grand public. C’est dire l’importance de cette relation qui lie les juifs aux musulmans depuis des siècles. Ce livre est le fruit de pratiquement 40 ans de recherches. Le point de départ était la volonté de l'auteur d’expliquer comment des communautés ayant vécu dans les différentes régions du Royaume depuis plus de 2.000 ans ont disparu du paysage marocain sur une période de 30 ans. «Le Maroc était la terre de résidence de ces juifs autochtones auxquels s’ajoutaient les juifs expulsés des pays dits démocratiques en Europe», explique Pr Kenbib. Il détaille à cet égard les spécificités des communautés selon le pays d’origine, comme les juifs venus d’Espagne avec leur legs arabo-musulman.

L’auteur passe après en revue la période du 19e siècle et la création de l’Alliance israélite universelle. «Pour nous, le slogan sous lequel a été créée cette alliance posait un problème : relèvement moral. Cela veut dire que ces juifs vivaient des conditions misérables, notamment dans les mellahs. Mais ce n’est pas vrai. Les juifs du Maroc ne formaient pas un bloc monolithique ni du point de vue social ni ethnoculturel. Il y avait, comme pour les musulmans, une classe ouvrière, mais aussi une élite composée de commerçants appelés “les facteurs du Sultan”. Beaucoup d’entre eux faisaient du commerce maritime, notamment durant la période de la révolution industrielle. Ils bénéficiaient également de dahirs de respect et de sauvegarde», explique l’historiographe.

Le livre met également en avant l’époque du protectorat durant laquelle les juifs du Maroc sont restés des sujets du Sultan. C’est ce statut qui a permis au Sultan Sidi Mohammed ben Youssef de prendre leur défense pendant la Deuxième Guerre mondiale et de s’opposer à l’application des lois de Vichy, malgré les pressions à répétition du Chef de l’État français sous l'occupation, le maréchal Pétain. Le livre évoque également les juifs du Maroc contemporain et les liens qu’ils tissent avec leur pays d’origine. Il a cité, à titre d’exemple, «la très belle cérémonie organisée en décembre 2015 par des Juifs marocains des États-Unis dans la plus grande synagogue sépharade de New York, Bnei Yushurun, pour la remise à S.A.R. la Princesse Lalla Hasnaa du Prix Martin Luther King de la Liberté décerné à titre posthume à Son grand-père, le Sultan Sidi Mohammed ben Youssef».

 

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.