Menu
Search
Samedi 18 Mai 2024
S'abonner
close

Concours des avocats : Ouahbi ouvre un dialogue avec les recalés

Les candidats non admis à l’examen écrit pour l’accès à la profession d’avocat seront entendus, cette semaine, par le ministère de la Justice. Apaisés par cette annonce, les membres de la coordination des candidats recalés ont annoncé vendredi la suspension de leur grève de la faim entamée depuis 24 février dernier. Une décision qui est intervenue à la veille de l’annonce des résultats définitifs du concours d’accès à la profession, publiés samedi dernier sur le site officiel du ministère.

Concours des avocats : Ouahbi ouvre un dialogue avec les recalés

Les candidats non admis à l’examen écrit de la profession d’avocat viennent enfin de mettre un terme à leur grève de la faim. Annoncée tard dans la soirée du vendredi par leur coordination, cette décision est intervenue à la veille de la publication du résultat final des épreuves orales d’admission au barreau. Selon le ministère de la Justice, 1.999 candidats sur les 2.081 en lice ont pu décrocher leur ticket d’entrée à la profession. Il a fallu ainsi une semaine depuis le lancement de ce mouvement de protestation (24 février dernier) pour que le département dirigé par Abdellatif Ouahbi cède enfin à la requête des candidats recalés aux examens et accepte l’ouverture d’un dialogue avec leurs représentants au cours de cette semaine.

Deux réunions programmées pour la coordination des candidats non admis à l’examen écrit du concours des avocats

Selon le président de la coordination de ces candidats, Amine Nasr-Allah, la décision de la suspension de la grève a été prise suite à deux réunions avec les représentants du ministère, la première ayant eu lieu jeudi (2 mars) et la seconde le lendemain avec la participation du secrétaire général de la Délégation interministérielle aux droits de l’Homme. «Lors de ces deux rencontres, le ministère a fait montre d’ouverture et a exprimé sa volonté d’ouvrir le dialogue cette semaine. Nous tenons toutefois à souligner que l’ouverture du dialogue n’est pas considérée comme un objectif en soi par la coordination, mais juste un moyen pour pouvoir exposer nos différentes revendications», souligne-t-il.

A souligner que la Délégation interministérielle aux droits de l’Homme s’est félicitée, dans un communiqué publié samedi dernier, de l’initiative annoncée par le ministère de la Justice de communiquer avec les candidats recalés, saluant au passage la décision de la coordination de suspendre la grève de la faim. «La Délégation accueille avec soulagement la décision du ministère de la Justice de recevoir une délégation de grévistes de la faim pour communiquer avec eux dans un délai de deux semaines au plus tard, et ne peut qu’apprécier la réponse des grévistes de suspendre leur grève», lit-on dans ce document.

Lire aussi : Concours des avocats : la polémique ne faiblit pas à la veille de l'examen oral

Lisez nos e-Papers