Menu
Search
Jeudi 20 Juin 2024
S'abonner
close

Driss Sentissi : le gouvernement n’a pas su anticiper la hausse générale des prix

Le membre du bureau politique du parti du Mouvement populaire et président du groupe haraki à la Chambre des représentants, Driss Sentissi, garde un regard critique sur la gestion de la hausse générale des prix par le gouvernement. Selon lui, la meilleure voie que l’Exécutif avait à exploiter était d'agir sur le prix des carburants par le biais d'un plafonnement des taxes entrant dans sa composition.

Driss Sentissi : le gouvernement n’a pas su anticiper la hausse générale des prix

Pour contenir l'inflation et remédier à la hausse générale des prix, le gouvernement a dû intervenir précisément sur le prix des carburants qui, une fois en hausse, emporte avec lui dans son envolée tout le reste des coûts des autres produits, estime le membre du bureau politique du parti du Mouvement populaire, Driss Sentissi. À la question de savoir si les dernières mesures adoptées par le gouvernement ont contribué à faire baisser les prix, M. Sentissi, qui était l'invité de «L'Info en Face», répond par la négative, au motif que les prix soit se maintiennent, soit continuent de grimper pour certains.

Revenant spécifiquement sur la suspension de la TVA à l'importation pour certains produits, le député haraki rappelle que son groupe avait déjà formulé cette demande lors de la discussion du premier PLF élaboré sous l'actuel gouvernement et qu'elle avait été rejetée. Jugeant que le gouvernement n'a pas su anticiper cette vague d'inflation, M. Sentissi dit ne pas comprendre pourquoi l'Exécutif refuse de geler ou plafonner la TVA appliquée au prix des carburants, mesure censée maintenir celui-ci à un niveau tolérable et, partant, empêcher l'augmentation des prix de tous les autres produits. La rallonge budgétaire de 16 milliards de dirhams affectée au budget général en 2022 dont se targue le gouvernement, celui-ci est allé la chercher dans les poches des citoyens, se désole le membre du bureau politique du MP.

Les engagements pris par le gouvernement Akhannouch n'ont pas encore été mis en œuvre

Soutenant que l’actuel gouvernement travaille sur une loi de Finances tout à fait standard et continue de donner la priorité aux considérations comptables au détriment des considérations sociales, le chef de file du groupe haraki est d'avis que cet Exécutif n'a pas encore lancé de projets relevant de son programme. «Qu'il s'agisse de la généralisation de la protection sociale ou de la dynamisation de l'investissement, notamment privé, ce sont là deux Chantiers Royaux», dit M. Sentissi. Mais en ce qui concerne les engagements figurant dans le programme du gouvernement, M. Sentissi soupçonne que le gouvernement, pour des raisons politiques et électorales, attend la dernière ligne droite de son mandat pour honorer certains de ceux-ci.

Réformes des Codes pénal et de la famille : quelle est la position du MP ?

Interpellé sur la position du MP concernant les réformes des Codes pénal et de la famille, M. Sentissi indique qu’au sujet du Code pénal, son parti est favorable à la diminution de la détention préventive et avait même présenté des propositions de loi en ce sens, tout comme il est favorable aux peines alternatives à la prison (comme le bracelet électronique ou le travail d'intérêt général) pour certains délits.

Sur la réforme du Code de la famille et le débat qui l'accompagne, M. Sentissi rappelle que, précisément en ce qui concerne l'égalité entre les hommes et les femmes en matière d'héritage, le volet religieux qui régit ce domaine ne peut être ignoré. Il souligne également que des lois existent déjà qui permettent de faire don de parts égales à ses enfants de son vivant. «Le problème ne se pose pas en réalité et on peut toujours faire une donation, garder l'usufruit et jouir des revenus de ses biens», note le député du MP.

 

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.