Menu
Search
Dimanche 23 Juin 2024
S'abonner
close
Dimanche 23 Juin 2024
Menu
Search

Grève dans les collectivités territoriales les 13 et 14 septembre

Les fonctionnaires des collectivités territoriales sont en grogne à cause de la rupture du dialogue avec le ministère de l’Intérieur. Après une grève en juillet dernier, ils se préparent à observer un débrayage de deux jours les 13 et 14 septembre prochains. La grève prévue à l’appel de la Fédération nationale des fonctionnaires des collectivités territoriales et de la gestion déléguée, principal syndicat du secteur, vise à attirer l’attention sur le dossier revendicatif de cette catégorie de salariés. Celui-ci porte essentiellement sur la reprise du dialogue social et le respect des libertés syndicales.

Grève dans les collectivités territoriales les 13 et 14 septembre

Nouveau débrayage dans le secteur des collectivités territoriales. La Fédération nationale des fonctionnaires des collectivités territoriales et de la gestion déléguée a appelé à une grève nationale de deux jours les 13 et 14 septembre prochain qui sera suivie de la mise en œuvre de tout un programme de protestation qui s’étalera sur une période de trois mois. La Fédération affiliée à l’Union marocaine du travail (UMT) et qui représente le principal acteur du secteur dénonce depuis plusieurs mois le gel du dialogue social avec le ministère de tutelle et des restrictions des libertés syndicales. Elle appelle ainsi à la reprise d’un dialogue sérieux et constructif, selon un nouvel agenda défini dans le temps et qui tient compte des attentes et des revendications des employés de ce secteur.

>>Lire aussi : Gel du dialogue social : les fonctionnaires des collectivités territoriales en grève ce mercredi

La nouvelle grève annoncée intervient moins de deux mois après le dernier débrayage organisé le 5 juillet qui a été largement suivi, selon les déclarations précédentes du président de la Fédération, Mohammed Kalaï, sachant que la formation syndicale avait également observé une grève de 48 heures les 14 et 15 juin dernier. «À travers ce mouvement de protestation, le bureau syndical dénonce la poursuite de l’arrêt du dialogue depuis le 21 mars dernier» et «l’absence de toute volonté réelle de la part du ministère de l’Intérieur» de le relancer, malgré les multiples correspondances qui lui ont été adressées et la dégradation de la situation des fonctionnaires de ce secteur à cause du non-traitement de dossiers qui sont pourtant depuis des années sur la table des négociations.

Réintégrer les fonctionnaires des collectivités territoriales licenciés en raison de leur engagement syndical est la principale revendication des grévistes 

S’agissant des revendications, la Fédération appelle à mettre fin aux restrictions visant les libertés syndicales et à réintégrer tous les fonctionnaires licenciés en raison de leur engagement syndical tout en garantissant aux antennes locales du syndicat le droit d'obtenir leurs récépissés et de mettre fin aux ponctions sur les salaires à l’encontre des salariés qui participent aux grèves, du fait que ce droit est garanti par la Constitution et les conventions internationales.

Le syndicat revendique par ailleurs la création et l'activation des commissions provinciales chargées de résoudre les litiges liés aux ressources humaines des collectivités territoriales, en y impliquant les syndicats. La Fédération sollicite en outre l’intégration, avec effet rétroactif sur le plan administratif et financier, de tous les titulaires de diplômes et de diplômes supérieurs non intégrés dans les échelles appropriées du secteur, à l'instar des autres secteurs ministériels, en vertu du principe de l’égalité des chances. Il insiste par ailleurs sur la nécessité de régler tous les dossiers restés en suspens ayant trait à l’égalité salariale, à travers une révision générale du statut régissant ces fonctionnaires.

 

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.