Menu
Search
Dimanche 03 Mars 2024
S'abonner
close
Dimanche 03 Mars 2024
Menu
Search
Accueil next Nation

Hausse des prix des viandes rouges: Les raisons et attentes des professionnels

La reprise de la demande sur les viandes rouges face à une offre insuffisante en raison de plusieurs facteurs explique la flambée actuelle des prix qui atteignent les 110 DH/kg. Les professionnels saluent les mesures déjà prises par le gouvernement mais en espère davantage pour permettre une détente des prix.

Hausse des prix des viandes rouges: Les raisons et attentes des professionnels

En hausse spectaculaire depuis plusieurs semaines, les prix des viandes rouges sont devenus inaccessibles pour les petites bourses. Cette fin janvier 2023, le kilo de viande de veau se négociait à 90 DH au marché de gros tandis que celui de l'agneau se situait à 83dh/ le Kg. Cela donne une idée sur les prix au détail proposés par les boucheries et qui vont de 100 à 110 DH le kg. Des niveaux qui inquiètent à l’approche du Ramadan et de Aid Al Adha.

Ce qui explique la hausse des prix des viandes rouges 

Plusieurs facteurs expliquent cette flambée. Il y a d’abord le retour à la vie normale après la pandémie et la reprise du tourisme qui ont favorisé un redressement de la consommation. En face, l’offre de viandes rouges n’a pas suivi. Le phénomène du boycott qui a concerné en partie les produits laitiers, la crise sanitaire, la sécheresse, la flambée des prix des aliments de bétail… Tous ces événements qui ont marqué ces dernières années ont réduit considérablement la taille du cheptel chez les éleveurs.

"Les augmentations de prix étaient prévisibles depuis le mois d'octobre. L'abattage d'une grande partie du bétail a fortement impacté l'offre et jusqu’à présent, le secteur n’a pas été en mesure de combler son retard, en raison des pertes énormes qui dépassent les 60 % du produit national", souligne Hicham Jouabri, secrétaire régional des grossistes de viandes rouges à Casablanca.

Le gouvernement tente de réagir à travers une série de mesures pour équilibrer le marché. Après avoir suspendu, en octobre 2022, les droits d’importation des bovins pesant au moins 550 kg jusqu'au 31 décembre 2023, il a décidé la semaine dernière de lever cette condition de poids pour étendre la suspension des droits d’importation à tous les bovins. D'après le porte-parole du gouvernement Mustapaha Baitas, qui s'exprimait jeudi dernier à l'issue de la réunion hebdomadaire de l'Exécutif, "les importateurs rencontraient plusieurs problèmes relatifs aux normes, notamment dans les pays hors-UE. Nous avons revu le décret et annulé la limite du poids pour surmonter cette difficulté, et allons annoncer bientôt une série de mécanismes pour réalimenter le marché et faire baisser les prix".

Des bovins du Brésil et de l’Uruguay arrivent bientôt

Notons par ailleurs que des navires transportant de grosses quantités de bovins en provenance du Brésil et de l’Uruguay devraient arriver au Maroc dans les prochains jours, a souligné à notre confrère « Assahraa » Mohamed Karimine, président de la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (Fiviar). Un achat à destination des professionnels de l’abattage de nature à rééquilibrer provisoirement le marché.

Tout en saluant ces mesures, les professionnels espèrent en effet des mesures plus fortes. L'Association nationale des vendeurs de viande rouge attend l'annonce de la décision du gouvernement de la suppression de la TVA à l'importation des bovins au cours des prochains jours. "Nous avons adressé plusieurs correspondances au ministère de l'agriculture et celui de l'économie et des finances dans lesquelles nous avons expliqué nos doléances et nous avons reçu des signaux positifs qui laissent croire qu'une décision sera annoncée au cours de cette semaine", note le président de l'association, Abdelali Ramou.

>> Lire aussi : Bovins domestiques : les droits d'importation suspendus jusqu'au 31 décembre 2023

Lisez nos e-Papers