Menu
Search
Samedi 25 Mai 2024
S'abonner
close

Les industries culturelles et créatives sont un atout majeur pour l'avenir (Justine Simons OBE)

Pour sa quatrième rencontre du cycle de conférences, intitulée «Valoriser les industries culturelles et créatives, une économie d’avenir», «Morocco 21» a reçu Justine Simons OBE, adjointe du maire de Londres, pour parler des industries culturelles et créatives. Une rencontre très enrichissante où l’invitée Justine Simons a parlé de long en large de l’expérience du Royaume-Uni dans ce domaine.

Les industries culturelles et créatives sont un atout majeur pour l'avenir (Justine Simons OBE)
Justine Simons. Ph. Sradni

Cette quatrième rencontre, ayant eu lieu au Musée Mohammed VI, a été inaugurée par le président de la Fondation nationale des musées (FNM), Mehdi Qotbi. Ce dernier s’est dit très heureux d’accueillir cet événement qui rentre dans les objectifs de la vulgarisation de la culture. «Les industries culturelles et créatives sont très importantes. Dans le modèle de développement au Maroc, il est nécessaire de bien nous arrêter et voir combien la culture a une place très importante. Je pense que la FNM se doit de donner la possibilité aux Marocains de comprendre ce que sont les industries culturelles et en même temps de s’apercevoir du rayonnement des Musées et des lieux de culture au Maroc. Nous devons cette vision à S.M. le Roi Mohammed VI qui a mis la culture au-devant du développement», indique Mehdi Qotbi qui n’a pas manqué de saluer l’initiative de Omar Dahbi, président de «News Com Africa». Sachant que le nouveau modèle de développement, lancé par S.M le Roi Mohammed VI, accorde une grande importance à la culture et aux industries créatives qui sont un domaine de partage pour pouvoir échanger entre les différentes cultures et religions.

De son côté, Widiane Lyamani, directeur général adjoint de News Com Africa Holding, organisateur des conférences, a souligné que «“Morocco 21” est un cycle de dix conférences, qui puise ses inspirations dans le nouveau modèle de développement du Maroc. Des thèmes très diversifiés pour participer à la construction du Maroc de demain. Tous les sujets abordés sont bien réfléchis et puisés sur la base de ce nouveau modèle. C’est une plateforme d’échange où on invite, à chaque fois, des experts qui viennent partager leurs expériences et leur savoir-faire sur les sujets abordés. Pour cette conférence, il était tout à fait naturel de penser à Justine Simons OBE (puisque les industries culturelles et créatives ont vu le jour au Royaume-Uni) pour qu’elle puisse partager avec nous les stratégies de Londres et comment le pays a pu rayonner à travers ces industries».

Vulgariser les arts et la culture pour toucher le maximum de la population est, également, l’objectif de cette initiative. D’où le fait que l’université, selon Abdellatif Miraoui, ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, constitue un vrai dispositif de diffusion et de formation pour les futures générations. «Si je parle de l’Université, on s’aperçoit qu’aujourd’hui qu’elle devient l’université de la capacitation, qui permet aux jeunes de s’émanciper et de créer. Dans ces aspects, la formation sur la culture et l’art, en général, devient indispensable. Avant, dans les universités, l’art et la culture n’étaient qu’une sorte de dessert. Alors qu’actuellement, elles constituent un plat de résistance et que les esprits les mieux résilients et les mieux développés sont les esprits qui arrivent à toucher aux aspects culturels et artistiques. Sachant qu’aujourd’hui ces aspects sont devenus une vraie industrie, dont il faut profiter pour découvrir son patrimoine national, le vulgariser, le diffuser et, en même temps, essayer de l’améliorer, puis créer d’autres patrimoines. Ainsi, dans le nouveau plan de transformation de l’enseignement supérieur, nous allons introduire des modules dans la culture et l’art qui sont obligatoires dans le cursus pour faire découvrir le patrimoine marocain aux étudiants. C’est là où nous allons faire adhérer des artistes pour piloter ces projets».

À son tour, Justine Simons OBE, adjointe du maire de Londres, a fait une présentation très riche montrant que la culture et les arts sont un moteur de développement et d’innovation par excellence. «Bien que le monde connaît des changements très rapides, nous sommes là pour explorer ce que la culture peut nous apporter. D’où le fait que les industries culturelles et créatives sont un atout majeur pour notre avenir. Car, malgré le développement technologique, on ne peut pas autonomiser l’imagination», précise Mme Justine Simons, ajoutant que la motivation des gens à s’intéresser à la culture reste un travail de longue haleine qui ne peut se concrétiser qu’avec la collaboration de plusieurs institutions et départements. 

 

Lisez nos e-Papers