Menu
Search
Lundi 15 Juillet 2024
S'abonner
close
Lundi 15 Juillet 2024
Menu
Search

Inondations en Libye : le bilan s'élève à 3.252 morts (ministre de la santé)

Une semaine après les inondations dévastatrices qui ont fait des milliers de morts dans la ville libyenne de Derna, secouristes locaux et étrangers s'activent à rechercher les corps de milliers d'autres personnes toujours portées disparues.

Inondations en Libye : le bilan s'élève à 3.252 morts (ministre de la santé)

Selon un dernier bilan du ministre de la Santé du gouvernement basé dans l'est du pays divisé, Othman Abdeljalil, la catastrophe a fait 3.252 morts. Mais des organisations humanitaires internationales et des responsables libyens ont averti que le bilan final pourrait être beaucoup plus lourd en raison du très grand nombre de disparus, évalué à des milliers. M. Abdeljalil a répété que seul son ministère était habilité à communiquer le bilan des morts, mettant en doute la crédibilité d'une multitude de chiffres qui circulent.

            >> Lire aussi : Tempête Daniel : Le Maroc exprime son entière solidarité avec la Libye suite aux inondations

Le Croissant-Rouge libyen a ainsi démenti dimanche un bilan de 11.300 morts dans les inondations que lui a attribué le Bureau de l'ONU de coordination des affaires humanitaires (OCHA). "Nous n'avons pas fourni de tels chiffres", a déclaré à l'AFP depuis Benghazi, grande ville de l'Est, son porte-parole, Taoufik Chokri.

La tempête Daniel, qui a frappé Derna le 10 septembre, a entraîné la rupture de deux barrages en amont et provoqué une crue de l'ampleur d'un tsunami le long de l'oued qui traverse la cité. Elle a tout emporté sur son passage. Les équipes de secours libyennes et étrangères annoncent retrouver des corps chaque jour, mais les recherches sont rendues difficiles par les tonnes de boue qui ont recouvert une partie de la ville. Quotidiennement, des dizaines de corps sont extraits des décombres de quartiers dévastés par les inondations ou de la mer et enterrés dans un paysage apocalyptique.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, a déclaré dimanche à la BBC que les équipes de secours doivent notamment "disposer de la logistique nécessaire, être en mesure d'arriver au bon endroit et (...) être en contact avec les autorités". "Beaucoup de ces choses ne sont tout simplement pas en place (dans l'est de la Libye) et cela rend les choses beaucoup plus difficiles", a-t-il déploré.

La mobilisation internationale reste néanmoins forte. Les avions transportant des équipes de secours et d'assistance d'organisations internationales et de plusieurs pays continuent d'arriver à l'aéroport de Benghazi.

 

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.