Menu
Search
Dimanche 03 Mars 2024
S'abonner
close
Dimanche 03 Mars 2024
Menu
Search
Accueil next Sports

L'arbitrage est le point noir de la Botola (Abdeslam Belegchour)

Plutôt discret sur le sujet depuis son élection à la tête de la Ligue nationale de football professionnel (LNFP), Abdeslam Belegchour est sorti de son silence pour enfoncer encore un peu plus l'arbitrage en Botola. «L'arbitrage est un point noir en Botola», a-t-il asséné. Belegchour a égratigné au passage Yahia Hadka, directeur de la Direction nationale d'arbitrage (DNA).

L'arbitrage est le point noir de la Botola (Abdeslam Belegchour)
Abdeslam Belegchour, président de la LNFP.

Ce n'est pas la fête chez les hommes en noir ni à la Direction nationale de l'arbitrage. Polémiques incessantes, protestations non-stop, l'arbitrage marocain traverse une période difficile. Les erreurs flagrantes des hommes en noir ont donné lieu à des attaques parfois injustifiées des responsables du football marocain. Face à ce déluge de mécontentement, le président de la Ligue nationale de football professionnel, Abdeslam Belegchour, est sorti de sa réserve. Belegchour, qui s'est exprimé sur les ondes de Radio Mars, a taclé les hommes en noir et la DNA : «l'arbitrage est le point noir de la Botola. Arrêtons cette absurdité. Il faut expliquer aux gens ce qui se passe, parce qu'il y a beaucoup de problèmes dans l'arbitrage», a-t-il fustigé. Et de poursuivre : «en tant que responsable, je dis qu'il y a un problème dans l'arbitrage. Fouzi Lekjaâ n'est pas non plus satisfait du niveau des arbitres, alors qu'on dépense 4 milliards de centimes annuellement pour l'arbitrage».

Yahia Hadka visé directement

Très remonté, Belegchour appelle directement Yahia Hadka, directeur de la DNA, à assumer ses responsabilités : «Il est injuste que nous supportions les erreurs des autres au moment où le football marocain réalise des exploits extraordinaires sous la direction de Fouzi Lekjaâ. Je vais dire comme les supporters du Raja, “Basta”, à propos des problèmes de l'arbitrage. Les responsables de l'arbitrage ont peur de confier la direction des matchs aux jeunes arbitres». Et pour enfoncer le clou, il a taclé Yahia Hadka : «Hadka a évité de soulever les vrais problèmes de l'arbitrage dans ses récentes sorties médiatiques. Il s'est contenté de parler de chiffres inutiles». Yahia Hadka appréciera !

Lire aussi : Botola : les arbitres avantagent-ils certains clubs ?

Lisez nos e-Papers