Menu
Search
Jeudi 20 Juin 2024
S'abonner
close

Ce que l’on sait des premiers projets approuvés en Commission nationale des investissements

La première réunion de la Commission nationale des investissements tenue le 24 mai a approuvé 21 conventions et avenants pour une enveloppe globale de 76,7 milliards de DH. Elle marque une étape majeure dans la concrétisation de la Charte de l’investissement, notamment l’encouragement de l'initiative privée et la réduction des disparités territoriales. Elle confirme également, une nouvelle fois, le positionnement des champions de l’économie nationale en tant que locomotive de l’investissement.

Ce que l’on sait des premiers projets approuvés en Commission nationale des investissements

La première réunion de la Commission nationale des investissements, présidée par Aziz Akhannouch et mise en place conformément à la nouvelle Charte de l'investissement, a connu un succès retentissant, marquant une étape majeure dans la concrétisation de cette Charte. Lors de cette réunion, pas moins de 21 conventions et avenants ont été approuvés, représentant un montant impressionnant de 76,7 milliards de dirhams et l’attribution du caractère stratégique à 6 projets supplémentaires. Ces investissements prometteurs devraient générer 5.728 emplois directs et 14.707 indirects, témoignant ainsi de leur impact significatif sur l'économie du pays.

Une réunion historique et des investissements records propulsent l'économie du pays

Rappelons-le, la loi-cadre 03.22 formant Charte de l’investissement, promulguée et publiée en décembre dernier, avait été dotée de délais clairs pour l’entrée en vigueur de ses dispositions. Elles ont été préparées dans un temps record et mises dans le circuit législatif pour être adoptées et suivies des décrets d’application. Il reste deux décrets à adopter. Il s’agit du décret relatif au dispositif de soutien destiné à encourager le développement des entreprises marocaines à l’international, qui devra être approuvé dans un délai fixé par la loi n’excédant pas 6 mois à compter de la date de sa publication, soit juin 2023. Le projet de ce décret est en cours l’élaboration et sera finalisé et adopté au cours du prochain mois.

Le dernier décret porte sur le dispositif de soutien spécifique destiné aux très petites, petites et moyennes entreprises. Il doit être publié dans un délai n’excédant pas 12 mois à partir de la date de publication de la loi-cadre au Bulletin officiel, soit décembre 2023. Les acteurs économiques avaient nourri de grandes attentes quant aux effets immédiats d'un tel dispositif sur l'économie. Leur souhait s'est rapidement transformé en réalité en moins de six mois, avec la tenue de la première réunion de la «Commission nationale des investissements» (CNI), conformément aux dispositions de la loi-cadre.

Les investissements privés atteignent des sommets et ouvrent de nouvelles opportunités d'emploi

Outre l’ensemble des intervenants en matière de gouvernance de l’investissement, cette Commission ministérielle est chargée d’approuver tout projet de convention d’investissement, de statuer sur le caractère stratégique ou non des projets d’investissement au regard de critères préétablis, d’approuver les projets de conventions d’investissement… succédant à l’ancienne «commission de l’investissement» qui avait tenu quelque 87 réunions.

Qu'est-ce qui explique que les travaux de la nouvelle commission soient qualifiés de succès incontestable ? En premier lieu, il faut mentionner la nette progression des investissements privés, évalués à partir des projets examinés à un montant de 11,9 milliards de dirhams. Un nombre record de projets a été approuvé, ouvrant ainsi la voie à la création de plus de 17.000 emplois directs et indirects. Il s'agit donc d'un montant sans précédent qui englobe une multitude de secteurs et représente une avancée significative. De plus, il contribue de manière importante à la création d'emplois pour les femmes, grâce à des projets porteurs pour le pays, selon des sources proches du dossier.

L'OCP annonce des projets ambitieux dans les mines, les fertilisants, l'énergie et le dessalement de l’eau de mer

Le succès est également attribué à l'importance des investissements annoncés par des champions nationaux de premier plan, tels que le groupe OCP. En effet, lors de cette première réunion de la CNI, l'OCP a présenté des investissements majeurs comprenant trois projets d'une valeur totale de 64,8 milliards de DH. Ces investissements s'inscrivent dans le cadre du nouveau programme d'investissement du groupe pour la période 2023-2027, qui représente environ 130 milliards de DH. Ces projets sont liés au développement de mines et de fertilisants et l'énergie (développement de projets de panneaux photovoltaïques). De plus, il est prévu de développer des infrastructures de dessalement de l'eau de mer qui profiteront aux villes de Marrakech et Safi. Ces infrastructures seront installées dans la zone portuaire de Safi, contribuant ainsi à renforcer les capacités d'approvisionnement en eau de ces régions.

Des incitations diversifiées soutenant une multitude de projets prometteurs

Le succès de la nouvelle Charte de l'investissement repose également sur la réalisation de tous les objectifs fixés, grâce à une série de mesures et à des critères rigoureux pour l'octroi du soutien aux projets soumis. Dans cette optique, divers types de primes ont été attribués, comprenant des primes sectorielles, territoriales et liées à l'emploi selon le genre. Plus précisément, 10 projets ont bénéficié de primes sectorielles, 8 ont reçu des primes territoriales et 8 autres ont été récompensés par des primes liées au genre. Cette approche globale garantit une distribution équitable des incitations et favorise la diversité des projets soutenus.

L'axe Tanger-El Jadida n'est plus l'unique bénéficiaire, le développement régional favorisé

De même, l'objectif de réduire les disparités territoriales en matière d'investissement a été largement atteint. Selon nos sources, la répartition des investissements prévus montre une forte présence en dehors de l'axe traditionnel Tanger-El Jadida. Ainsi, 80% des primes ont été attribuées à des projets situés en dehors de cette zone. Ces mêmes sources révèlent que les primes d'investissement accordées dans le cadre de ces projets s'élèvent à environ 642 millions de dirhams, représentant en moyenne 5,3% du montant total de l'investissement. Cette approche contribue à une répartition plus équilibrée des investissements et favorise le développement économique dans diverses régions du pays.

Des investisseurs nationaux et internationaux s'engagent dans des projets prometteurs

Un autre succès majeur réside dans l'intérêt manifesté par les investisseurs nationaux, qui représentent 70% des investissements projetés. Cependant, selon nos sources, d'autres nationalités ont également présenté des projets ou ont noué des partenariats mixtes avec des investisseurs marocains. Ils sont notamment issus du Moyen-Orient et de l'Asie. Cette diversité d'investisseurs démontre l'attrait international suscité par les opportunités d'investissement offertes par le Maroc, ainsi que la confiance dans l'économie du pays.

Lire aussi : Le gouvernement approuve 21 projets d'investissements pour 76,7 milliards de Dirhams

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.