Menu
Search
Jeudi 13 Juin 2024
S'abonner
close

Moussem culturel international d'Assilah : Expositions de Narjiss El Joubari et Mohamed Anzaoui

Les deux artistes zaïlachis racontent leurs inspirations jusqu’au 31 août 2023 à la galerie du Centre Hassan II à Assilah. La ville des arts est présente en force dans leurs créations reflétant le rôle des ateliers artistiques dans l'émergence des grands talents.

Les visiteurs du Centre Hassan II à Assilah ne peuvent que se laisser attirer par les créations artistiques exposées. Cet espace arbore fièrement dans sa galerie des œuvres d’artistes zaïlachis et autres inspirés par la beauté de la ville.

>> Lire aussi : Moussem culturel international d’Assilah : «L’art contemporain marocain et la question culturelle» en débat

Jusqu’au 31 août 2023, Narjiss El Joubari et Mohamed Anzaoui investissent cette galerie dans le cadre du 44e Moussem culturel international d’Assilah (Édition d’été). Ces deux artistes zaïlachis nous invitent à un voyage au sein de leurs univers imprégnés par l’atmosphère d’Assilah et ses ateliers qui encadrent toutes les âmes créatives de la ville. Dans ses derniers tableaux, Narjisse El Joubari rend hommage à un être cher perdu : son frère. Avec les mêmes techniques et une nouvelle note dans sa palette de couleurs, l’artiste nous plonge dans une exposition profondément émotionnelle.

Narjiss El Joubari offre des petits formats tout en finesse, en poésie. Ses œuvres notamment ses nuages invitent à la rêverie. Cette artiste peintre lauréate de l’Institut national des beaux-arts de Tétouan est considérée comme l’une des grandes figures de l’art contemporain au Maroc. Elle peint des tableaux qui témoignent d’un certain tempérament. Dans son exposition à la galerie du Centre Hassan II, on retrouve le souffle d’Assilah.

Ce même souffle ressort des œuvres de Mohamed Anzaoui où on peut admirer la beauté, le calme et la couleur bleue de la ville des arts. Chaque tableau de cet artiste autodidacte reflète une sensation différente. Anzaoui n’hésite pas à jouer sur la luminosité et à puiser dans le bleu de sa palette de couleurs, mais aussi le noir. Chacun de ses tableaux est le récit d’une belle aventure vécue dans la douce Assilah.

L'artiste invite son public à se laisser emporter par le rêve et à imaginer le ciel, la mer et la terre qui ont bercé son talent. Sans école des beaux-arts, Mohamed Anzaoui a développé son talent sous les arcades de sa ville natale. Il s'est forgé dans les ateliers de peinture et de gravure du Moussem culturel, à côté de grands noms de la scène nationale et internationale. En 2001, il bénéficie d’un séjour à Paris, à la Cité internationale des arts, qui marquera sa vie professionnelle. Il commence à exposer au début des années 1990, d’abord à Asilah et ensuite un peu partout au Maroc et en Europe, notamment en Espagne et aux Pays-Bas. En 2000, il crée à Asilah avec Mouad Jbari et Souhaïl Benazzouz L’Atelier, lieu d’expositions, d’expériences et d’échanges, selon les fondateurs.

Moussem culturel international d’Assilah : La peinture marocaine au centre des débats

La Fondation du Forum d’Assilah organisatrice du Moussem culturel a octroyé, cette année, une large place aux arts plastiques. Dans ce cadre, elle a organisé, les 20 et 21 juillet, un Colloque sur le thème «La peinture marocaine et le discours critique». Cette rencontre a mis en lumière la nature du «Discours critique de la peinture marocaine». Réunissant plusieurs critiques, artistes et professionnels, le Colloque avait pour objectif de déceler les lacunes de cette filière et de mettre en évidence les éléments de sa maturité. L’objectif étant de consacrer une référence conceptuelle et énonciative claire et précise, qui renforcerait la confiance dans les succès de la peinture marocaine, une des principales manifestations de la culture marocaine contemporaine.

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.