Menu
Search
Samedi 22 Juin 2024
S'abonner
close
Samedi 22 Juin 2024
Menu
Search

Les opportunités du Pacte vert européen présentées au Maroc

Le secteur privé marocain a eu droit à une présentation des nouvelles réglementations industrielles et environnementales du Pacte vert européen ainsi que les opportunités qu’il offre. C'était lors d'un séminaire, organisé mardi par la CGEM et l'UE avec la participation de 4 directions générales de l’Union.

Les opportunités du Pacte vert européen présentées au Maroc
La rencontre a connu la participation du président de la CGEM, Chakil Alj, de l’ambassadrice de l’UE au Maroc, Patricia Llombart Cussac, de l’administrateur de la CGEM, Saïd Elhadi et de la coordinatrice principale des relations de la CGEM avec les institutions européennes, Abir Lemseffer.

Le Pacte vert de l'Union européenne (UE) a fait l'objet d'un séminaire mardi à Casablanca. Organisé par la CGEM et l’UE, cet événement est le premier qui réunit 4 directions générales de l’UE (Direction générale du Voisinage et des Négociations de l’Élargissement, Direction de l’Environnement, Direction de l’Énergie, Direction de la Fiscalité et de l’Union douanière et Direction de l’Action pour le climat), venues de Bruxelles pour présenter au secteur privé marocain les nouvelles réglementations européennes et répondre aux interrogations des chefs d’entreprises marocains.

La rencontre a connu la participation du président de la CGEM, Chakil Alj, de l’ambassadrice de l’UE au Maroc, Patricia Llombart Cussac, de l’administrateur de la CGEM, Saïd Elhadi, et de la coordinatrice principale des relations de la CGEM avec les institutions européennes, Abir Lemseffer. Cette rencontre de haut niveau a été l’occasion de présenter les nouvelles réglementations industrielles et environnementales du Pacte vert européen ainsi que les opportunités qu’il offre au secteur privé marocain. «Les entreprises européennes et marocaines disposent d’une fenêtre d’opportunité historique pour créer un marché innovant, vert et commun, un modèle pour le reste du monde», a affirmé Chakib Alj. Selon lui, «l'entrée en vigueur du mécanisme d'ajustement carbone aux frontières de l’UE est un événement capital. Il s'agit de la première mesure de ce type visant à stimuler l'innovation verte dans le monde industrialisé. Les industries stratégiques du Maroc sont prêtes à relever ce défi et reconnaissent l'importance de ce moment». Lors de son intervention, le président du patronat a également appelé les décideurs politiques à continuer à fournir les incitations qui stimulent l’innovation dans les technologies vertes en insistant sur l’importance de trouver le juste équilibre entre la mise sur le marché de nouvelles technologies et la garantie d’une transition écologique juste et à créer des partenariats mondiaux solides.

Comment réussir la transition vers une industrie décarbonée et circulaire

De son côté, l’ambassadrice de l’UE au Maroc a rappelé l’urgence de la transition verte de part et d’autre de la Méditerranée. «La transition vers une industrie décarbonée et circulaire offre au Maroc d’importantes opportunités en matière de croissance économique et d’accès à de nouveaux marchés. Elle permet également de créer de nouveaux emplois, notamment pour les jeunes et d’attirer le déploiement de nouvelles technologies», précise Patricia Llombart Cussac. Selon elle, le Partenariat vert qui unit l’UE et le Maroc ouvre des perspectives prometteuses pour le Royaume grâce à sa volonté politique, à son extraordinaire potentiel notamment dans les énergies renouvelables et à des partenaires engagés comme l’Union européenne.

La CGEM rappelle à cette occasion qu'elle est pleinement mobilisée dans l’accompagnement des entreprises marocaines dans leur démarche de décarbonation. Le but étant de renforcer leur compétitivité sur les marchés internationaux et de leur permettre de saisir pleinement les opportunités de la transition énergétique. La dernière initiative en date de la Confédération et la mise à disposition, le mois dernier, de ses membres d'un guide de la décarbonation conçu avec le soutien de la Banque européenne pour l’investissement (BEI). Il s’agit d’un outil digital qui propose un parcours simplifié adapté aux besoins spécifiques des entreprises pour mieux appréhender les enjeux liés au processus de décarbonation sur les plans climatique, réglementaire et de compétitivité.

Lire aussi : Maroc-UE : le processus d’opérationnalisation du Partenariat Vert lancé

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.