Menu
Search
Vendredi 01 Mars 2024
S'abonner
close
Vendredi 01 Mars 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Économie

Le partenariat stratégique Maroc–Royaume-Uni promis à un bel avenir

Simon Martin, ambassadeur de Grande-Bretagne au Maroc, était l’invité d’un déjeuner-débat organisé par l’Association pour le progrès des dirigeants sous le thème «L’Avenir du partenariat stratégique Maroc–Royaume-Uni ». Le diplomate a souligné l’importance pour le gouvernement britannique du partenariat avec le Maroc et dressé de belles perspectives de son évolution.

Le partenariat stratégique Maroc–Royaume-Uni promis à un bel avenir

C’est le point de départ d’une nouvelle époque pour le partenariat Maroc-Royaume-Uni. C’est en ces termes que Simon Martin, ambassadeur de Grande Bretagne au Maroc, a qualifié l’avenir des relations maroco-britanniques. Invité par l’Association pour le progrès des dirigeants (APD) à un déjeuner-débat sous le thème «L’avenir du partenariat stratégique Maroc–Royaume-Uni», brillamment animé par sa dynamique directrice Farida Jirari, mercredi 8 février à Casablanca, l’ambassadeur a ajouté que ce n’est pas une idée éphémère, mais bien un engagement soutenu par le gouvernement britannique qui y voit une réelle opportunité pour les deux pays et aussi pour l’Afrique.

Le Brexit a créé de nouvelles opportunités pour les deux pays qui y voient une occasion de renforcer leur partenariat dans tous les domaines, y compris l’éducation, la culture et les services. L’entrée en vigueur de l’accord bilatéral depuis le 1er janvier 2021, premier accord signé par la Grande-Bretagne post-Brexit, commence à donner ses fruits. Pour preuve, la bonne dynamique des échanges commerciaux, mais surtout le potentiel considérable qui reste à exploiter. Pour l’ambassadeur britannique, un accord à deux est bien meilleur qu’un accord à 28 !

La haute commission mixte dont la tenue est prévue la semaine prochaine au Maroc, planchera sur des sujets pratiques pour lever les obstacles pouvant entraver ce partenariat. À l’ordre du jour, les contingents tarifaires, l’assouplissement des règles d’origine, la réglementation SPS (produits sanitaires et phytosanitaires), les services financiers et la revue des questions liées à la taxe carbone.

L’ambassadeur n’a pas manqué d’annoncer de bonnes nouvelles, notamment une liaison maritime directe hebdomadaire entre le Maroc et la Grande-Bretagne et la mise en place par le gouvernement britannique d’enveloppes d’investissement et de financement des exportations de respectivement 8 milliards de livres (British International Investment) et 4 milliards de livres (UK Export Finance Agency) auxquelles les opérateurs marocains sont éligibles.

Il a également rappelé les similitudes entre deux Royaumes millénaires et la grande amitié qui lie S.M. le Roi Mohammed VI et S.M. le Roi Charles III.

Dans le domaine de l’éducation, l’ambassadeur a annoncé l’ouverture, dans moins d’un mois, du premier campus universitaire britannique au Maroc, dispensant des cours identiques à ceux de Grande-Bretagne avec équivalence des diplômes. L’ambassadeur a toutefois reconnu que dans le domaine de la présence culturelle et la visibilité de la Grande-Bretagne, il reste encore à faire et a promis d’œuvrer dans ce sens.