Menu
Search
Mardi 28 Mai 2024
S'abonner
close

Fort potentiel de développement des véhicules électrifiés en entreprise au Maroc (Arval)

«Le marché marocain a un fort potentiel de développement des véhicules alternatifs» : c’est l’une des principales conclusions du «Baromètre des Flottes et de la Mobilité 2023», enquête internationale menée par l’Arval Mobility Observatory auprès des gestionnaires des flottes automobiles dont 250 entreprises marocaines.

Fort potentiel de développement des véhicules électrifiés en entreprise au Maroc (Arval)

Selon les résultats de l’étude, qui est à sa deuxième édition, 14% des entreprises marocaines a déjà adopté au moins une technologie de carburant alternative, telle que des véhicules électriques hybrides, des véhicules électriques hybrides rechargeables ou des véhicules 100% électriques à batterie, pour leurs véhicules particuliers.

Même si le Maroc est actuellement en retard par rapport à la moyenne mondiale (50%) en termes d’adoption des véhicules électrifiés, l’ambition et la demande des entreprises concernant ce genre de véhicules sont très importantes. En effet, 56% des entreprises sondées envisagent actuellement d’utiliser des technologies alternatives dans les trois prochaines années. Selon l’enquête, la part prévue des véhicules particuliers électrifiés dans les flottes marocaines s’élèverait d’ici trois années à 22%. La part des véhicules utilitaires électrifiés, elle, s’élèverait à 24%.

Au Maroc, les critères économiques pour mettre en œuvre ou envisager des technologies de carburant alternatives l’emportent sur le reste. En effet, la principale motivation pour électrifier les flottes des véhicules particuliers est la réduction des dépenses liées au carburant (33%). Suivent la réduction de l’impact environnemental (28%), l’amélioration de l’image de l’entreprise (19%), la réduction du TCO (Total Cost of Ownership - Coût global de possession) (19%) ou encore la réponse aux demandes des employés (13%).

Pour les flottes des véhicules utilitaires légers, la réduction de l’impact environnemental est un facteur plus décisif.

Les véhicules 100% électriques suscitent moins d’enthousiasme auprès des entreprises marocaines que leurs homologues hybrides. Et pour cause : l’insuffisance de l’infrastructure de recharge (33%), le prix d’achat élevé (24%), gamme de modèles limitée (19%).

La sensibilisation à une conduite responsable, un défi

D’autres révélations ont été établies par l’enquête menée par l’Arval Mobility Observatory. Il s’agit notamment du niveau de confiance accru des gestionnaires marocains quant à l’avenir de leur flotte par rapport à l’année précédente. Cette confiance renforcée repose sur des facteurs tels que le développement des entreprises et les ajustements liés à la politique de mobilité dans le contexte du télétravail en expansion.

Selon les résultats de l’étude, les entreprises marocaines sont plus enclines à modifier leur politique de mobilité par rapport à la moyenne mondiale, en réponse à l’évolution du télétravail. Une grande majorité d’entreprises estime que leur flotte restera stable, tandis que 3 entreprises sur 10 ont déjà mis en œuvre ou envisagent des ajustements dans le futur. La moitié des entreprises prévoient même une augmentation de leur flotte.

Les gestionnaires de flotte ont également pris des mesures visant à prolonger la durée de vie de leurs véhicules, ce qui contribue à la confiance accrue dans l’avenir de leur flotte. La croissance prévue des flottes est principalement due au développement des entreprises et, dans une moindre mesure, aux effets induits des besoins en ressources humaines.

Cependant, malgré cet optimisme généralisé, les gestionnaires font face à des défis spécifiques. En effet, l’étude révèle que la sensibilisation des salariés à une conduite plus responsable constitue le plus grand défi pour les gestionnaires de flotte au Maroc, contrairement à leurs homologues d’autres pays. Il est essentiel de mettre en place des programmes de sensibilisation et de formation pour encourager une conduite responsable et respectueuse de l’environnement.

Cette étude met en évidence le climat de confiance qui règne au sein des entreprises marocaines concernant l’avenir de leurs flottes. Les résultats indiquent que les entreprises sont prêtes à s’adapter et à modifier leurs politiques de mobilité pour répondre aux besoins changeants du marché. Les gestionnaires de flotte sont encouragés à continuer à investir dans des solutions de mobilité durables et à sensibiliser leurs salariés à l’importance d’une conduite responsable.

*************

La Location longue durée (LLD) a un potentiel croissant

Dans le secteur des flottes marocaines, une tendance émergente se profile: les solutions de la Location longue durée (LLD) sont de plus en plus envisagées par les entreprises.

A ce jour, la LLD est utilisée comme méthode de financement principale par seulement 12% des entreprises, plaçant cette méthode de financement en dernière position, derrière le crédit-bail/LOA (55%), l’achat au comptant (16%) et le crédit classique (14%). Les entreprises estiment que la compétitivité des prix est la principale lacune des sociétés de location avec lesquelles elles travaillent. Cependant, le potentiel de croissance pour la LLD est là: plus de 4 entreprises sur 10 (42%) pourraient introduire ou augmenter l’utilisation de la LLD au cours des 3 prochaines années, dépassant ainsi la moyenne mondiale 35%). L’intérêt pour cette méthode de financement est néanmoins en baisse par rapport à l’année dernière.

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.