Menu
Search
Mardi 18 Juin 2024
S'abonner
close

Remaniement ministériel : l’USFP pour une véritable secousse

Dans un communiqué sanctionnant la première réunion de son bureau politique, l'Union socialiste des forces populaires (USFP) a insisté sur la nécessité d’«une secousse allant au-delà du casting de l'organe exécutif», pour toucher «le processus décisionnel gouvernemental dans son ensemble». Selon le parti de la Rose, ce changement permettra de s’engager dans la nouvelle dynamique que le Souverain appelle de Ses vœux et de consolider des traditions politiques initiées depuis l'avènement du gouvernement de l'Alternance, en procédant notamment à un remaniement gouvernemental répondant aux attentes du peuple et de ses forces vives.

Remaniement ministériel : l’USFP pour une véritable secousse

Le bureau politique de l'Union socialiste des forces populaires s'est réuni mercredi 6 septembre 2023 pour la première fois après les vacances d'été. Dans le communiqué adopté à l'issue de cette réunion, le parti souligne la nécessité d’une «secousse qui va au-delà du casting de l’organe exécutif». Pour le parti de Driss Lachgar, «les indicateurs de la gestion gouvernementale ainsi que la lecture de la situation actuelle qui en découle – et tout en ayant à l’esprit les perspectives de l’avenir proche, notamment la production des hydrocarbures et leurs prix dans le monde – sont autant d’éléments» qui militent pour une telle rupture.

Cet appel fait écho aux déclarations du premier secrétaire général de l'USFP, Driss Lachgar, qui avait annoncé dans des déclarations au journal «Le Matin», le 5 septembre dernier, que la direction du parti allait se réunir pour discuter de la question de la nécessité d’un éventuel remaniement ministériel. Dans cette interview, il avait clairement indiqué que la direction du parti prévoyait de se réunir pour aborder la question cruciale d'un éventuel remaniement.

>>Lire aussi : L’USFP contribuerait mieux aux grandes réformes si elle faisait partie du gouvernement (Driss Lachgar)

Le remaniement ministériel : une tradition à préserver dans la pratique politique

L'USFP estime que la question du remaniement ministériel doit être une priorité de cette rentrée politico-sociale. Le parti de la Rose va même plus loin, en préconisant des changements allant dans le sens de «la dynamisation du processus décisionnel gouvernemental». L'objectif est «de permettre au gouvernement, en tant qu’acquis constitutionnel et politique important dans le nouveau Maroc, de s’engager dans la dynamique de la nouvelle étape à laquelle le Souverain a appelé».

Dans le communiqué du bureau politique qui dresse la feuille de route pour la rentrée, l'USFP explique que ce remaniement doit aussi «consolider les traditions politiques efficaces initiées avec l’avènement du gouvernement de l’Alternance consensuelle». Il doit ainsi répondre «aux attentes du peuple marocain et ses forces vives», poursuit le texte. Des changements en profondeur au sein de l'Exécutif, et pas seulement à des ajustements techniques, sont donc clairement revendiqués par le parti de la Rose, qui en a fait une priorité.

Une révision du budget de l'État sous le prisme de la créativité

Le parti de la Rose insiste sur l'importance de maintenir la tradition du remaniement ministériel opéré à mi-mandat depuis l'adoption de la nouvelle Constitution. Il souligne même que cette tradition trouve son origine dans le gouvernement de l'alternance consensuelle. Pour rappel, le gouvernement de l’alternance remonte aux élections législatives de 1997, lorsque l'USFP avait occupé la première place, conduisant à la nomination de Abderrahmane El Youssoufi comme Premier ministre le 4 février 1998, sous le règne Feu Sa Majesté le Roi Hassan II.

L’USFP insiste également, en cette nouvelle rentrée politique et parlementaire, sur l'importance pour le gouvernement de définir clairement son approche en matière d'examen du budget de l'État. Il appelle ainsi le gouvernement à faire preuve de créativité lors de l'élaboration de la loi de Finances, en s'appuyant sur les principes fondamentaux que les Directives Royales ont établis comme éléments constants de la vie institutionnelle. Ce qui implique, selon l’USFP, de renforcer les bases de l'État social et de garantir des conditions plus efficaces pour la mise en œuvre de ses politiques et structures.

Registre social unifié, fiscalité, couverture sociale,... des chantiers jugés insuffisants

Le parti de la Rose affirme avoir identifié des insuffisances dans plusieurs secteurs et chantiers, notamment le Registre social unifié, l'extension de la couverture sociale, l'assurance d'une vie décente en favorisant la création d'emplois, la réforme de la fiscalité pour plus d'équité et l'amélioration des infrastructures nationales dans les secteurs de l'éducation, de la santé, et les projets d'investissement. Il estime que l’action de l’Exécutif est encore en deçà des aspirations de Sa Majesté le Roi et de la volonté populaire, qui visent à transformer en profondeur le système de création de richesse nationale.

 

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.