Menu
Search
Vendredi 24 Mai 2024
S'abonner
close
Vendredi 24 Mai 2024
Menu
Search

Violences au Sénégal: l'Etat suspend temporairement l'Internet des données mobiles

Le ministère sénégalais de la Communication, des Télécommunications et de l'Economie numérique a annoncé la "suspension temporaire" de l’internet des données mobiles sur certaines plages horaires à partir de ce lundi "dans un contexte de menace de troubles à l’ordre public’’.

Violences au Sénégal: l'Etat suspend temporairement l'Internet des données mobiles

Dans un communiqué rendu public lundi, le ministère sénégalais de la Communication justifie cette décision par des "messages haineux et subversifs " relayés sur les réseaux sociaux "dans un contexte de menace de trouble à l'ordre public". "L'internet des données mobiles est suspendu temporairement sur certaines plages horaires à partir de lundi 31 juillet", précise le communiqué.

>> Lire aussi : Présidentielle au Sénégal : Adoption du projet de loi portant révision de la Constitution et modifiant le Code électoral

Cette mesure intervient alors que l'opposant Ousmane Sonko, placé en garde à vue depuis vendredi, doit être présenté ce lundi devant le juge d'instruction du tribunal de Dakar pour "appel à l'insurrection" et autres crimes et délits. Le juge décidera ou non de retenir les charges qui pèsent contre lui.

La liste des charges retenues contre Sonko comprend l'appel à l'insurrection, atteinte à la sûreté de l'Etat, association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste, complot contre l'autorité de l'Etat, actes visant à compromettre la sécurité publique et à créer des troubles politiques graves et vol. Il a été arrêté vendredi pour avoir "volé avec violence le téléphone portable d'une femme gendarme" et pour avoir "aussitôt appelé le peuple, par un message subversif divulgué sur les réseaux sociaux, à se tenir prêt", selon le procureur de la république.

Le gouvernement avait pris une mesure similaire de suspension de l'internet au mois de juin, lors des manifestations qui avaient éclaté à Dakar et Ziguinchor après la condamnation à deux ans de prison ferme de Ousmane Sonko pour ''corruption de la jeunesse’’ dans l’affaire ‘’de viols et de menaces de mort’’ qui l’opposait à la masseuse Adji Sarr.

 

Lisez nos e-Papers