Menu
Search
Lundi 04 Mars 2024
S'abonner
close
Lundi 04 Mars 2024
Menu
Search
Accueil next Fête du Trône 2006

Lutte contre les réseaux de trafic des êtres humains : Solana loue la création de la Direction de la migration et de la surveillance des frontières

La décision de S.M. le Roi Mohammed VI de créer une Direction de la migration et de la surveillance des frontières et un Observatoire de la migration va «dans la bonne direction», a affirmé M. Javier Solana, Haut représentant pour la Politique extérieure

No Image
Dans une déclaration diffusée lundi soir par la deuxième chaîne de télévision nationale 2M, M. Solana a émis l'espoir de voir la création de ces deux institutions contribuer, non seulement à «régler le problème migratoire», mais aussi à «rapprocher le Maroc de l'Europe».
S.M. le Roi avait donné ses Hautes Directives pour la création de ces deux institutions de haut niveau rattachées au ministère de l'Intérieur afin de lutter avec fermeté contre les réseaux de trafic des êtres humains.

La mission principale de la Direction de la migration et de la surveilance des frontières consistera en la mise en œuvre opérationnelle de la stratégie nationale en matière de lutte contre les réseaux de trafic des êtres humains et la surveillance des frontières, tandis que celle de l'Observatoire de la migration portera sur l'élaboration de la stratégie nationale dans le domaine de la migration.
A noter par ailleurs que M. Pietro Petrucci, porte-parole du commissaire européen des affaires intérieures et de la justice a espéré que la conclusion d'un accord entre l'Union Européenne et le Maroc en matière de lutte contre l'immigration clandestine «puisse être un modèle pour le Maghreb et pour la Méditerranée tout entière».

Dans une déclaration, diffusée lundi soir par la deuxième chaîne de télévision nationale 2M, M. Petrucci a indiqué que l'Union Européenne peut aider le Maroc à «plusieurs niveaux» à lutter contre l'immigration clandestine.
M. Petrucci a précisé que l'UE pourrait assiter le Maroc «comme elle le fait pour d'autres pays», ajoutant que l'Union pourrait également envisager la conclusion d'un accord avec le Royaume qui «puisse être un modèle pour le Maghreb ou pour la Méditerranée tout entière».

A ce sujet, le responsable euorpéen a évoqué notamment la possibilité de fournir au Maroc une «assistance technique en matière de contrôle des frontières».
Concernant les immigrés clandestins non marocains qui «constituent un problème social pour le Maroc», le porte-parole du commissaire europeen des affaires intérieures et de la justice a indiqué que l'UE envisage la mise en place de programmes ou de projets confiés à des ONG pour venir en aide à ces personnes.
Lisez nos e-Papers