Menu
Search
Samedi 20 Avril 2024
S'abonner
close
Samedi 20 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Naissance de SAR Lalla Khadija

Une production record de betterave à sucre

La cérémonie de clôture de la campagne betteravière au titre de la saison 2013-2014 a fait l’objet d’un satisfecit général, puisque les objectifs fixés par le Plan agricole régional (PAR) de Tadla-Azilal, dans le cadre du Plan Maroc vert (PMV), ont été dépassés en matière de rendement et de polarisation (69 tonnes à l’hectare), de revenu brut (37.342 dirhams à l’hectare) et une production globale en sucre de 147.000 tonnes (12 tonnes à l’hectare), soit 30% de la production nationale.

Une production record de betterave à sucre
La rentabilité accrue à l'hectare encourage les agriculteurs à adhérer au programme betteravier.

L’évaluation effectuée par le Comité technique régional du sucre de Tadla (CTRST), à la veille de l’achèvement de la campagne betteravière 2013-2014, révèle des résultats exceptionnels en matière de production, de rendement et de polarisation (taux de sucre). En effet, la superficie cultivée est de 14.880 hectares dont 77% sont semées mécaniquement, chose qui a eu un effet positif sur le peuplement moyen réalisé qui est de 86.000 plants par hectare. Ainsi, le rendement moyen à l’hectare a été de 69 tonnes (68,4 tonnes à l’hectare à Doukkala-Abda) contre 64,5 t/ha enregistré en 2013, soit une augmentation de 8%. À noter que le rendement à 16,5% de richesse est de 80 tonnes à l’hectare. Quant à la production finale, elle dépasse de 25% celle réalisée en 2013 (1.007.866 tonnes contre 809.000). En matière de richesse, les résultats réalisés au cours de cette campagne enregistrent également un niveau très satisfaisant, équivalant à 19,03%, générant ainsi une valeur payée aux agriculteurs qui s’élève 530 MDH, contre une moyenne de 450 MDH durant les 5 dernières campagnes (soit une augmentation de 18%).

Le CTRST note également l’importance du revenu moyen enregistré qui est de 37.342 dirhams par hectare, soit 1.700 dirhams de plus par hectare par rapport à la campagne 2012-2013. Ces performances sont le fruit d’une stratégie basée sur les principaux axes du PAR, à savoir l’introduction des nouvelles technologies en matière de semence (généralisation du monogerme), la mécanisation (généralisation de la mécanisation du semis), la rationalisation et la programmation de la fertilisation, la bonne programmation de l’irrigation et de l’opération d’arrachage et un début précoce de la campagne (22 avril 2014), sans oublier la chute à temps des pluies. À cela s’ajoute le choix judicieux des intrants, notamment l’introduction de variétés de semence performantes et résistantes à la rhizomanie et à la pourriture (infection), la mécanisation intégrale du train technique de la culture, la maitrise de l’avertissement agricole, le renforcement de l’encadrement des agriculteurs basé sur une approche de groupement des exploitations des agriculteurs en classes d’encadrement selon les performances réalisées. Cette approche facilite ainsi l’intervention des équipes d’encadrement au niveau du terrain et la maitrise des opérations d’entretien, de traitement phytosanitaire et de désherbage chimique et la mise en place d’un observatoire de suivi et de détection des insectes et des infections nuisibles à la production betteravière.
À ces actions s’ajoute la symbiose qui règne entre les membres du CTRST et les partenaires, ainsi que la qualité des services rendus aux agriculteurs en matière de planification des semis, d’arrachage, des irrigations et de réception de la production.

Aussi, ces résultats suscitent également la grande satisfaction des agriculteurs quant à la rentabilité réalisée à l’hectare, ce qui entrainera sans doute une adhésion massive des agriculteurs au programme betteravier de la prochaine campagne.
Cette dernière connaitra la mise en œuvre de la convention d’agrégation de la filière Tadla-Azilal qui aura un effet positif sur la sécurisation et l’amélioration des performances réalisées au niveau de la région. 

Lisez nos e-Papers