Menu
Search
Lundi 24 Juin 2024
S'abonner
close

Un don de 1,45 million de DH au profit des microprojets

Le nouvel ambassadeur japonais au Maroc, Tsuneo Kurokawa, a présidé, lundi dernier, une cérémonie de signature de deux contrats de dons au profit de deux associations marocaines œuvrant dans le domaine de l’agriculture et de l’éducation. Le premier don concerne la réhabilitation d’une khatarra dans la province de Figuig et l'autre est relatif à l’extension d’un lycée à Aït Baha.

No Image

L e gouvernement du Japon vient d’accorder un don de 1,465 million de DH au profit de deux associations marocaines œuvrant dans le domaine de l’agriculture et de l’éducation. Une initiative qui s’inscrit dans le cadre du programme japonais de l’Aide non remboursable aux microprojets locaux contribuant à la sécurité humaine (APL). L’enveloppe budgétaire mobilisée par le gouvernement japonais au titre de l’exercice 2013 bénéficiera, d’une part, à «l’association Bassin Guir de développement et protection de l’environnement dans la province de Figuig». Celle-ci s’est vue attribuer une aide financière à hauteur de 841 500 DH pour la réhabilitation de la khattara Chouater. Ce projet consiste en l’aménagement d’un canal de 300 m en gabion, qui sera une alternative écologique à la maçonnerie habituelle.

L’ambassadeur extraordinaire du Japon au Maroc, Tsuneo Kurokawa s’est félicité de ce projet dont l’impact sera positif aussi bien sur la situation des agriculteurs que sur l’exploitation des ressources hydriques. Ainsi, le projet vise en premier lieu à assurer une sécurité alimentaire au profit de la population de cette région, soit 1 250 habitants des trois douars à travers l’augmentation de la superficie agricole irriguée. D'autant plus que cette zone est souvent impactée par une pénurie d’eau, résultant des changements climatiques. Techniquement, la réhabilitation de la khattara Chouater est appelée à augmenter le débit d’eau et la réduction de la durée que prend l’eau pour atteindre les champs ainsi que le renforcement de la résilience de l’écosystème local face aux impacts croissants du changement climatique. Dans ce sens, le SG de l’association a mis en exergue la portée de ce projet sur la situation économique des agriculteurs qui font face à de longues périodes de sécheresse et à une pénurie aiguë des ressources hydriques.
Quant au second projet, il s’est vu accorder un don de 623 553 DH. Et c’est l’Association des mères, parents et tuteurs des élèves du lycée qualifiant Aït Baha qui en a bénéficié. Cette somme sera affectée au financement de l’extension dudit lycée, le seul dans le cercle Aït Baha. L’objectif est de résoudre l’insuffisance de classes pédagogiques et de lutter contre la déperdition scolaire. 

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.