Menu
Search
Lundi 26 Février 2024
S'abonner
close
Lundi 26 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Fête du Trône 2006

La Tariqa tijania, un rempart contre l’extrémisme religieux

Plus de 1.000 adeptes de la Tariqa tijania, venant de 47 pays de par le monde, se sont réunis à Fès du 14 au 16 mai 2014 à l’occasion du 3e Forum international de la tariqa. Ils sont venus honorer la mémoire du vénéré Cheikh Sidi Ahmed Tijani, mais aussi pour se recueillir, prier et échanger sur l’avenir de cette confrérie soufie face à la montée de l’extrémisme religieux.

La Tariqa tijania, un rempart contre l’extrémisme religieux
La Machiakha de la Tariqa tijania, basée à Fès, est la destination de beaucoup d'adeptes qui rêvent d'y prier, au moins une fois dans leur vie.

Venant d’Afrique, du monde arabe, d’Asie, d’Europe et même de l’Amérique latine, les 1.000 adeptes de la Tariqa tijania se sont donné rendez-vous du 14 au 16 mai  2014 à l’occasion de leur 3e forum international. Maitres soufis, savants, chercheurs ou simples disciples sont venus de 47 pays de par le monde pour honorer la mémoire du vénéré Cheikh Sidi Ahmed Tijani, fondateur de cette confrérie au XVIIIe siècle. Ils sont venus se recueillir, réciter des versets du Coran, déclamer des panégyriques du Prophète Sidna Mohammed et participer à des conférences notamment sur l’avenir de la confrérie. «Les adeptes sont venus des quatre continents de l’Afrique, de l’Asie, de l’Europe et de l’Amérique pour se retrouver à Fès afin de rendre hommage au cheikh Sidi Ahmed Tijani.

C’est aussi une occasion pour renforcer leur appartenance à la Tariqa tijania et réfléchir, de manière collective, à l’avenir de la confrérie et à la promotion d’un islam tolérant», a indiqué à la presse, Mohammed Al Kabir Tijani, cheikh de la confrérie. Pour sa part, Mohamed Youness Abdelhamid, d’Indonésie, nous a déclaré : «Je suis au Maroc par ce que c’est le pays où repose notre Cheikh Sidi Ahmed Tijani et de ce pays il a appris et fondé sa Tariqa que nous suivons aujourd’hui. D’où la place qu’occupe ce pays dans nos cœurs et dans le cœur de tous les soufis tijanis du monde». Malek Haj Barou du Sénégal indique de son côté que l’extrémisme donne aujourd’hui une image erronée de l’Islam qu’on associe arbitrairement à la violence. Et d’ajouter que la zaouïa (confrérie) peut jouer un rôle très important pour dissiper cet amalgame et corriger l’image de cette religion basée sur la tolérance et l’ouverture et la paix comme le recommandait Cheikh Ahmed Tijani à ses disciples. À Fès, cette confrérie qui revendique quelque 300 millions d'adeptes à travers le monde, en particulier en Afrique de l'Ouest, entend aujourd’hui renforcer son rôle de rempart contre l’obscurantisme et aspire à faire face à la montée de l’extrémisme religieux et du terrorisme. La confrérie veut en effet inaugurer une nouvelle étape, en coordonnant les actions de ses zaouïas à travers le monde en étroite coordination avec la Machiakha de la Tariqua basée à Fès, cette ville séculaire, où tous les Tijanes rêvent de prier au moins une fois dans leur vie.

En effet, la prolifération des violences confessionnelles alimentées par des courants radicaux qui cherchent à répandre leurs thèses destructrices auprès des populations, en profitant du manque d'éducation et d'encadrement religieux, rend nécessaire «la dynamisation du rôle du soufisme dans la dissémination de la sécurité spirituelle et la diffusion des valeurs d'amour et de concorde, loin du fanatisme et de la haine», comme le souligne S.M. le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, dans son message adressé, mercredi, aux participants aux troisièmes assises des adeptes de la Tarika tijania à Fès (14-16 mai courant).


Ce conclave permettra, entre autres, de discuter de la façon dont la Tariqa tijania, une des confréries soufies les plus influentes, pourra accomplir cette mission éducative et spirituelle, importante autant pour la préservation de la stabilité des  sociétés que pour le bien-être et la quiétude des individus. À cet égard, S.M. le Roi insiste sur le fait qu'«il n'y a d'autre choix que de procéder à une mobilisation collective de tous ceux qui appellent à un Islam médian dans sa démarche sunnite en terre d'Islam», afin de «barrer la route aux chantres du radicalisme, du terrorisme, de la dissension, du démembrement et des doctrines mystificatrices», «relever le défi de l'extrémisme aveugle et contrecarrer les démons du séparatisme et de la division».