Menu
Search
Samedi 02 Mars 2024
S'abonner
close
Samedi 02 Mars 2024
Menu
Search
Accueil next Salon international de l'agriculture de Meknès

L’Afrique acculée à rattraper le train

Les Africains sont appelés à fournir des efforts pour mieux saisir les enjeux de l’industrie des noms de domaine et encourager les acteurs des secteurs privé et public à y mettre plus de moyens. Le continent figure en bonne place à la 55e réunion annuelle de l'ICANN prévue à Marrakech du 5 au 12 mars prochains.

L’Afrique acculée à rattraper le train
Cette industrie est gérée par des centaines de «registrars», lesquels sont accrédités par l’ICANN.

L’Afrique est appelée à développer son industrie des noms de domaine (ND), fondation du web. Si le Maroc, leader en Afrique francophone, compte plus de 60.000 enregistrements de noms de domaine, l’Afrique du Sud, elle, a déjà dépassé le million. En clair : beaucoup de chemin reste à parcourir pour une meilleure démocratisation de l’Internet. L'enjeu est de taille, car cette industrie représente aujourd’hui un domaine très concurrentiel évalué à plusieurs milliards de dollars de par le monde. Il est géré par des centaines de «registrars», lesquels sont accrédités par l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), l’organisation responsable au niveau mondial de la gestion des noms de domaine et des adresses IP.
«L’Afrique n’est pas suffisamment consciente des enjeux de cette industrie. Il serait temps de la développer et de dépasser le stade où la région demeure un simple consommateur. L’Internet pour tous suppose un meilleur engagement des régulateurs locaux. Ces derniers ne doivent pas se contenter de la seule distribution des ND, mais encourager les investissements dans ce secteur, en assouplissant les procédures», estime Pierre Danjinou. Le directeur général de l’ICANN chargé de l’Afrique et tout un staff de l’organisation étaient en déplacement à Casablanca le 7 décembre. L'ICANN cherche à accélérer la cadence en Afrqiue en choisissant d’y organiser sa 55e Réunion annuelle. Celle-ci aura lieu à Marrakech du 5 au 12 mars prochains. Plus de 2.000 spécialistes et experts prendront part à l’événement et animeront près de 300 workshops. En marge de cette grand-messe, une réunion des ministres africains chargés de l’économie numérique est prévue le 7 mars. «Cette réunion est très importante, car elle sera axée uniquement sur ce business et les moyens concrets à adopter afin de lui donner de l’élan», souligne Abdelaziz Hilali, président de l’African At-Large Organisation/ICANN, Maroc.

À souligner que l’ICANN a entamé le déploiement de son Plan stratégique 2016-2020 pour l’Afrique. L’objectif étant de soutenir un écosystème des identifications uniques sain, stable et fiable. Il s'agit également d'améliorer l’excellence organisationnelle, technologique et opérationnelle. Le plan vise aussi à élaborer et mettre en œuvre un cadre d’intérêt public mondial conforme à la mission de l’ICANN. 

Lisez nos e-Papers