Dans cette exposition, le plasticien Fouad Cherdoudi a choisi de présenter des œuvres de factures inédites qui témoignent de l’évolution indéniable de son cheminement plastique. Ce sera l’occasion pour le public de la capitale du Royaume de découvrir l’œuvre d’un artiste dont la maturité est bien établie. Elle est d'ailleurs nettement perceptible dans ses derniers travaux. En principe, comme toutes les œuvres de qualité, celles-ci possèdent le sens de l'universel atemporel. Elles sont en somme d'une limpidité chromatique prononcée. L'artiste jongle avec plusieurs matériaux qu’il utilise à profusion. L'apparente sobriété que notre peintre déploie dans la distribution des éléments rend ses œuvres très attractives. Celle-ci pourrait être comprise comme une rationalisation de l'espace.
Toutefois, de la spontanéité et de la liberté se dégagent de ses œuvres. Car la valeur intrinsèque de chacune d'elles s'additionne aux autres et toutes s'enrichissent mutuellement. Ces pièces font foi d'une leçon de peinture différente et d'une harmonie qui crée une façade et une nouvelle entité. Dans l’œuvre de Fouad Cherdoudi, tout se passe comme s'il fallait conjurer un péril en évitant l'insistance d'un motif si familier et connoté. Pas de frontière du décor ou du sujet. Tout élément s'imbrique dans l'autre, en des engrenages parfaitement huilés. Des pointes de surréalisme et des touches de symbolisme constellent l'œuvre hors du champ commun.

Cependant, comme nous le rappelle le critique d’art Farid Zahi, Fouad Cherdoudi a choisi l’abstraction et s’y retrouve pleinement. «Il prend en charge sa complexité et y sonde son intériorité, cela ne peut qu’interpeller le regardeur que je suis. Car dans la peinture de Chardoudi, le geste est chant, la couleur est rythme et les nuances des fragments de mémoire, de récit et de poème en pleine genèse. La genèse de l’œuvre est ici primordiale. Elle nous révèle que la composition est un travail acharné sur le corps de la toile. Invite notre regard à défricher le monde intérieur de la matière afin d’y déceler ce qui “fait toile” dans cet agencement si fragile d’apparence et si calculé de profondeur. En effet, que nous donne à voir cette peinture ? Qu’offre-t-elle de sens à nos sens ?» note Farid Zahi.

Il faut dire que l’œuvre de Fouad Cherdoudi figure aujourd’hui en bonne place dans le patrimoine pictural marocain, au niveau national et international. Ses travaux sont dotés d’une pureté de forme, une stylisation et un raffinement des couleurs. Lyrique, cet artiste-peintre est un abécédaire de couleurs, toutes plus éclatantes les unes que les autres dans leurs relations tonales, dans le vocabulaire des formes et des signes qui les redessinent, les emprisonnent ou les exposent. Ces figures font corps avec la nature. Ainsi, l'artiste est un virtuose et son jeu est sensible. Celui-ci s'applique en fonction des stratégies mises en œuvre pour chaque tableau et du plus ou moins grand tressage des éléments en présence.