Co-développement et coopération Sud-Sud

L'Afrique, nouvelle frontière de la croissance

,LE MATIN
28 Juillet 2016
frontiere_vision.jpg Bouchra Benhida a relevé l’existence de trois objectifs : la co-création, le co-développement et la co-émergence.

Lors de son intervention marquant l’ouverture du troisième panel consacré au thème «La diversification des partenariats comme multiplicateur des opportunités de Co-développement», Bouchra Benhida, professeur chercheur en géopolitique, a tenté de répondre à trois grandes questions autour des fondamentaux de la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, de sa déclinaison et de la profondeur de la vision royale quant à la diversification des partenariats.

Pour répondre à ces questions, Mme Benhida a souhaité faire un retour en arrière pour rappeler l’importance que revêt le continent africain pour le développement. En effet, plusieurs cabinets internationaux tels que McKinsey, Ernest and Young et Goldman Sachs, ont publié plusieurs rapports pour dire que l’Afrique est un gisement d’opportunités et que c’est la nouvelle frontière de la croissance. Bien avant ces conclusions à l’échelle internationale, la vision de S.M. le Roi était claire envers le continent.

Une vision, comme l’explique Mme Benhida, mise en valeur lors du discours royal d’Abidjan prononcé le 24 février 2014 à l’occasion de l’ouverture du Forum maroco-ivoirien. L’axe principal de cette vision étant que «L’Afrique doit faire confiance à l’Afrique», comme l’a indiqué le Souverain : «La crédibilité veut que les richesses de notre continent bénéficient, en premier lieu, aux peuples africains. Cela suppose que la coopération Sud-Sud soit au coeur de leurs partenariats économiques (…) accompagnée par une action crédible et un engagement constant».

«On constate donc que dans les prin­cipaux discours de S.M. le Roi où il parle de diversification des parte­naires économiques, il y a toujours un lien avec le co-développement et des partenariats solidaires», note l’intervenante.

Évoquant les fondamentaux de la vi­sion royale quant à la diversification des partenariats comme multipli­cateur des opportunités de co-de­velopment, Mme Benhida a soulevé l’existence de trois objectifs : la co-création, le co-développement et la co-émergence.

La perception de la valeur de l’es­pace africain est basée sur l’identité et la proximité, autrement dit «la vision royale est loin de toute tecto­nique stratégique dans le sens où elle se base sur deux principales règles : la profondeur de champ qui signifie que tout projet correctement construit se doit de répondre aux attentes des peuples africains et que le Maroc est clair, honnête et précis dans sa vision. La règle de la pertinence, elle est ba­sée sur une très bonne connaissance des partenaires du fait des relations séculaires, sur des accords structu­rants dans de nombreux domaines vitaux et sur une gestion structurelle et non évènementielle des crises que connait le continent».

La déclinaison de la vision royale

Selon Mme Benhida, la vision de S.M. le Roi pour le co-développement se dé­cline comme suit : C’est d’abord une vision intégrée et stratégique basée sur le développement économique, social, et écologique. C’est une vision qui porte sur des secteurs stratégiques à forte valeur ajoutée et c’est finale­ment une vision structurée autour de trois phases :

1. Implication des entreprises maro­caines dans les projets d’infrastruc­ture de base ;

2. Implication des opérateurs privés dans les secteurs de services ;

3. Vision stratégique de moyen et long termes visant la réalisation d’une in­tégration régionale avancée dans les différents aspects : commercial, fi­nancier, économique et monétaire pour une meilleure intégration dans l’économie mondiale.

Mme Benhida a par la suite exposé les résultats de cette vision de coopéra­tion Sud-Sud solidaire, agissante et performante à travers des exemples de grands projets qui sont au coeur des partenariats Maroc-Afrique. Il s’agit notamment de la révolution verte, de la formation des cadres et formation professionnelle, développement hu­main… L’intervenante est revenue par la suite sur les grandes étapes clés qui marquent la diversification des par­tenaires dans le temps : «La vision de diversification des partenariats est une stratégie que S.M. le Roi a initiée depuis son accession au Trône. On re­trace ici à titre d’indication le discours du Trône de 2004, de 2009, de 2012 et de 2014 ainsi que le discours de Riyad en 2016. Ainsi, la diversification des partenariats a évolué dans le temps d’une coopération avec les pays de la région, vers la coopération Sud-Sud sans oublier une ouverture vers le monde : la Russie, l’Inde, la Chine, les États du CCG…». En conclusion, Mme Benhida a noté que «l’inscription des événements dans le temps long de l’histoire est une clé d’analyse pour mieux comprendre la personnalité stratégique du Royaume et la vision de Sa Majesté Mohammed VI». 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
25 Septembre 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés