Menu
Search
Mardi 27 Février 2024
S'abonner
close
Mardi 27 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Fête du Trône 2004

Nécessité d'adoption d'une approche novatrice

Les experts recommandent à Guelmim l'adoption d'une approche novatrice dans la gestion du budget des collectivités territoriales, la séparation de la fonction politique et administrative et du renforcement de la capacité de gestion des ordonnateurs.

Nécessité d'adoption d'une approche novatrice
Importance de la mise en œuvre des attributions des collectivités territoriales, afin de répondre aux aspirations de la population et aux exigences de la bonne gouvernance territoriale, et ce conformément aux lois organiques.

Des professeurs universitaires, des experts et des responsables ont recommandé la nécessité d'adoption d'une approche novatrice dans la gestion du budget des collectivités territoriales  (CT), à l'issue d'une journée d'étude tenue, récemment à Guelmim, autour des «mécanismes et des règles de gestion des collectivités territoriales pour la consolidation de la bonne gouvernance, à la lumière des nouvelles lois organiques».

Lors de cette rencontre, organisée par la Faculté des sciences juridiques économiques et sociales relevant de l’Université Ibn Zohr d'Agadir, en partenariat avec la région de Guelmim-Oued Noun et le Conseil provincial de Guelmim, les intervenants ont souligné la nécessité de séparation de la fonction politique et administrative des collectivités territoriales et du renforcement de la capacité de gestion des ordonnateurs, à la lumière du développement du centre juridique des collectivités territoriales.

Les participants ont mis l'accent sur l'importance de la mise en œuvre des attributions des collectivités territoriales, à travers l'élaboration de programmes et de stratégies réalisables et le renforcement des compétences administratives, afin de répondre aux aspirations de la population et aux exigences de la bonne gouvernance territoriale, et ce conformément aux lois organiques.

Ils on,t également, appelé à fournir les moyens d'action en vue d'assurer la mise en œuvre des projets de la région, avec la possibilité de chevauchement de ses compétences avec celles des agences régionales de développement.

En outre, les participants ont noté la nécessité de remplacer le concept de tutelle par celui du «contrôle» administratif, et de mettre en place le mécanisme d'«assistance» qui engage les représentants de l'autorité centrale d'apporter leur soutien aux présidents des comités territoriales et d'une autorité organisatrice pour l'exercice de ses compétences.

Les recommandations ont porté également sur le principe de séparation des fonctions des ordonnateurs et de l'expert-comptable, et de son rôle dans la consolidation de la bonne gouvernance des collectivités territoriales, en vertu des dispositions du décret organisateur de la comptabilité publique des collectivités territoriales.

Les participants ont également mis en exergue l'importance de l'examen du déséquilibre dans la gestion des ressources humaines et les méthodes d'étude de l'inefficacité des politiques adoptées dans sa gestion, et l'approche possible pour moderniser la fonction de formation et améliorer son efficacité.

Au programme de cette rencontre figuraient notamment des ateliers scientifiques portant sur des sujets divers, tels «L'administration des collectivités territoriales et les mécanismes de mise en œuvre des projets de coopération et de partenariat», «Le système financier des collectivités territoriales», «Les règles de gouvernance liées à l'application du principe de gestion libre» et «Le contrôle administratif et judiciaire et la gestion des litiges».