Menu
Search
Mardi 25 Juin 2024
S'abonner
close

Exposition à Lisbonne de «L’Afrique de tout cœur» de l’artiste-peintre Mohamed Mourabiti

Le vernissage de l’exposition «L’Afrique de tout cœur» de l’artiste-peintre marocain Mohamed Mourabiti a eu lieu samedi soir dans l’espace culturel «Passevite» à Lisbonne.

Exposition à Lisbonne de «L’Afrique de tout cœur» de l’artiste-peintre Mohamed Mourabiti
Mourabiti a choisi de peindre l’Afrique sur des tondi représentant la Terre, située bien au centre et entourée des eaux du large que l’artiste suggère par des touches et des mouvements. aériens.

Cette exposition, qui se poursuivra jusqu’au 26 janvier, offre au public portugais, à travers une vingtaine de toiles, l’occasion de découvrir l’œuvre et le talent de l’artiste autodidacte Mohamed Mourabiti. Dans cette exposition, Mourabiti a choisi de peindre l’Afrique sur des tondi (tableaux de forme circulaire) représentant la Terre, située bien au centre et entourée des eaux du large que l’artiste suggère par des touches et des mouvements aériens. Le plasticien marocain a eu l’idée de «faire de l’Afrique une matière à création artistique», en s’inventant une technique textile pour sa composition et en recouvrant l’espace d’un même «décor». «C’est l’Afrique comme nous la voyons, protégée par l’eau et l’air, et où il n’y a pas de frontières ni de tracé», a confié Mourabiti à la MAP. «Jadis, avant la colonisation, l’Afrique n’avait pas de frontières comme c’est le cas aujourd’hui et les peuples du continent communiquaient entre eux», a-t-il dit, ajoutant que les seules «frontières» qui existaient étaient dans les rituels, les coutumes, les tribus ou les tatouages.

Dans son exposition, Mourabiti a utilisé le bois, qui est une matière traditionnelle de sculpture chez les Africains, et le tissu comme une matière douce «pour exprimer la souplesse et pour communiquer beaucoup plus entre les populations», selon lui. «Je suis venu à Lisbonne à l’invitation d’un groupe de peintres portugais qui viennent de lancer un espace culturel dédié aux arts plastiques, afin de leur exprimer ma solidarité et mon amitié», a ajouté Mohamed Mourabiti.

Paulo Robalo, un plasticien portugais et un des quatre fondateurs de l’espace «Passevite», a indiqué qu’il était lié d'une grande amitié avec Mourabiti qu’il connait depuis cinq ans, ajoutant qu’il est un passionné de son œuvre et de la culture marocaine en général. L’objectif du projet «Passevite», a-t-il poursuivi, est d’inviter des artistes de différents horizons et nationalités et de promouvoir la communication entre le public et les artistes.
Mohamed Mourabiti est né en 1968 à Marrakech. Il compte à son actif plusieurs expositions individuelles et collectives tant au Maroc qu’à l’étranger, notamment en France, au Brésil, au Royaume-Uni, en Iran, aux Émirats arabes unis, au Bahreïn et en Jordanie.

Connu pour son travail sur la parabole comme graphisme dynamique et la figure maraboutique, Mourabiti est le fondateur de l’espace d’art Al Maqam à Tahannaout, café littéraire, galerie et résidence d’artistes situé à proximité de Marrakech. Il a publié plusieurs ouvrages avec Michel Butor, dont «le Dialogue des alphabets» et «la Voie lactée». 

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.