«En tant que partie impliquée dans l’Agenda 2030 pour le développement durable de l’ONU, et dans le cadre de sa nouvelle feuille de route orientée vers l’action pour une coopération régionale améliorée, l’UpM intensifie son partenariat avec toutes les initiatives et organisations internationales, régionales et sous-régionales afin de développer une stratégie globale sur la coopération en matière d’énergie et d’action pour le climat dans la région méditerranéenne», déclare l'UpM dans un communiqué. En outre, le secrétariat général de l’UpM travaille activement avec l’ensemble de ses partenaires au sein de la région pour stimuler le développement durable grâce à des initiatives et à des projets concrets, dont les Plateformes énergétiques de dialogue régional de l’Union. La plateforme de l’UpM portant sur le marché régional de l’électricité, la plateforme de l’UpM portant sur l’énergie renouvelable et l’efficacité énergétique et la plateforme de l’UpM portant sur le gaz reconnaissent l’importance de faire face aux défis énergétiques, relève la même source. Les objectifs de ces plateformes sont de promouvoir et de développer les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, y compris le marché du gaz, un transport de fournitures fiable, le déploiement progressif de mesures concernant les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, ainsi que l’intégration progressive du marché de l’électricité.

Par ailleurs, l’UpM plaide pour un nouveau modèle énergétique en Méditerranée, sachant que la région est l’une des zones à risque en termes de changement climatique, devant affronter des enjeux tels que l’augmentation des températures des mers et la pénurie d’eau. Les pays du sud de la Méditerranée devront faire face à une augmentation de la demande énergétique de 98% d’ici à 2040. Il existe cependant un agenda positif concernant l’énergie et l’action pour le climat dans la région méditerranéenne. D’ici à 2040, il est prévu que les sources d’énergie sans émission de carbone représentent 60% de la puissance installée. De plus, la production d’énergies renouvelables augmentera à un taux de 365% au cours des trois prochaines années.
Encourager les investissements dans le secteur de l’énergie est par conséquent la voie à suivre pour construire une économie durable et résiliente dans les pays méditerranéens, dont les besoins d’investissements sont estimés à environ 25 milliards d’euros sur les 30 prochaines années, relève l’UpM.

«Les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique offrent aux pays une opportunité exceptionnelle de réduire leur vulnérabilité en termes de sécurité énergétique et de changement climatique et, par conséquent, de promouvoir le développement durable et humain dans nos sociétés», a souligné Jorge Borrego, secrétaire général adjoint de l’UpM chargé de l’Énergie et de l’action pour le climat, cité dans le communiqué.
«L’UpM confirme son engagement à renforcer la coopération et le dialogue régionaux afin de progresser vers un nouveau modèle énergétique dans la région méditerranéenne, conformément aux lignes directrices établies par l’Accord de Paris lors de la COP 21 et de la COP 22», a-t-il conclu.