Menu
Search
Mardi 27 Février 2024
S'abonner
close
Mardi 27 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Salon international de l'agriculture de Meknès

La Commission phytosanitaire adopte de nouvelles mesures de contrôle

Parce qu'elles sont destinées à être semées dans les quatre coins du monde, les semences présentent un réel danger de propagation de différents parasites. Réunie en Corée du Sud en fin de semaine, la Commission des mesures phytosanitaires a adopté de nouvelles mesures plus strictes de contrôle phytosanitaires avant l'exportation. Le commerce international de semences est estimé à 12 milliards de dollars par an.

La Commission phytosanitaire adopte  de nouvelles mesures de contrôle
L'analyse du risque phytosanitaire doit avant tout déterminer l'objectif de l'exportation des semences, l'impact économique n'étant pas le même s'il s'agit de plantation de champs, de recherche scientifique ou de tests.

«La protection de la santé des plantes nécessite à la fois une agriculture durable, la résilience face aux changements climatiques, la protection de la biodiversité et la facilitation d'un commerce plus sûr», écrit la FAO (Agence des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) qui rapporte que de la Commission des mesures phytosanitaires (CMP) a adopté de nouvelles mesures phytosanitaires afin de mieux contrôler les exportations des semences. Lors de sa 12e session clôturée en fin de semaine à Incheon en Corée du Sud, la CMP souligne que l'analyse du risque phytosanitaire devrait avant tout déterminer l'objectif final de l'exportation des semences (graines, boutures ou tout autre organe végétal de reproduction), l'impact économique n'étant pas le même s'il s'agit de plantation de champs, de recherche scientifique ou de tests. Pour chaque catégorie d'usage des semences, la CMP préconise des contrôles appropriés disponibles sur le site suivant :

https://www.ippc.int/static/media/files/publication/en/2017. La CMP y précise, à titre d'exemple, qu'«étant donné que les graines peuvent être stockées pendant de nombreuses années avant d'être exportées ou réexportées, les informations phytosanitaires officielles sur le lot de semences, y compris dans le cas de la réexportation du certificat phytosanitaire original pour l'exportation, lorsqu'elles sont disponibles, devraient être conservées aussi longtemps que les graines sont en entrepôt». La FAO insiste sur «les mesures phytosanitaires internationales harmonisées pour les semences (qui) peuvent contribuer à préserver la biodiversité en augmentant le potentiel d'échange de semences saines». Le commerce international de semences est estimé par la FAO à 12 milliards de dollars par an.
De son côté, Jingyuan Xia, secrétaire de la Convention internationale pour la protection des végétaux, a souligné que «ces normes, fondées sur le consensus, constituent le moyen le plus efficace d'empêcher l'introduction et la propagation de parasites végétaux dans de nouveaux environnements et d'éviter des effets dévastateurs sur les plantes, ainsi que sur la biodiversité, la sécurité alimentaire et le commerce».