Le premier Salon de la mobilité touristique a ouvert ses portes, hier, à Casablanca. Le coup d’envoi de cette première édition a été donné par Lamia Boutaleb, Secrétaire d'État marocaine chargée du Tourisme. Organisé par l’agence «Interworld» sous l’égide du ministère du Tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale, en partenariat avec la Fédération nationale du transport touristique et la Fédération des loueurs d’automobiles sans chauffeurs au Maroc, le Salon s’étale sur deux jours. Les différents acteurs du secteur du transport et de la logistique touristiques au Maroc y prennent part, à savoir des concessionnaires automobiles, des distributeurs d’autocars et de minibus, des agences de location de voitures, des transporteurs, des agences de voyages et des organismes de crédits.
«L’organisation de pareille manifestation prouve, s’il le fallait, que les acteurs du secteur du tourisme au Maroc sont conscients des impératifs et des nouveaux enjeux, et qu’ils sont résolument décidés à trouver des solutions et à relever ces défis d’une façon pragmatique et efficace», a souligné Lamia Boutaleb à l’ouverture du Salon. 
La secrétaire d’État a rappelé que le Maroc a de réelles potentialités touristiques qui le placent parmi les 30 premières destinations mondiales et la première destination sur le continent africain. Cependant, a-t-elle souligné, le secteur devient de plus en plus compétitif et «nous évoluons dans un monde en perpétuelle mutation» avec les nouvelles technologies, les changements de modes de consommation et de comportements des touristes qui deviennent de plus en plus exigeants et précis dans leurs besoins.  
«Nous nous devons plus que jamais de répondre à leurs besoins et de mettre le touriste au centre de nos préoccupations, et le fait d’avoir cette réflexion sur le transport et la mobilité touristique est quelque chose de très important». 
Lamia Boutaleb a révélé que 70% des touristes qui viennent au Maroc organisent eux-mêmes leur voyage, sans recourir aux tour-opérateurs, et c’est pour cette raison qu’il est impératif qu’ils trouvent une infrastructure et un écosystème de transport efficace. 
«Plus de 45% des touristes visitent au moins deux destinations différentes au Maroc et, subséquemment, ils utilisent l’écosystème des transports, que ce soit les agences de voyages, de location, etc. De même, plus de 40% des touristes dans les villes utilisent des taxis, des voitures personnelles et de location, d’où la nécessité d’améliorer notre offre de mobilité touristique», a-t-elle conclu.