La ville de Casablanca a abrité, les 13 et 14 décembre, la troisième édition du Sommet africain du tourisme médical «Africa Healthcare & Medical Tourism Summit». Organisée sur le thème «Maroc Destination Santé», cet événement africain dédié aux tourismes médicaux et de santé a réuni des experts référents internationaux et des acteurs majeurs du secteur du tourisme médical, de santé et de bien-être, dans l’objectif de donner un aperçu de l’industrie du tourisme médical en Afrique tout en mettant l’accent sur les politiques d’attractivité mises en place dans les pays du continent et au Maroc. Les organisateurs de cette rencontre ont surtout mis l’accent sur la nécessité de conquérir le marché arabe qui, selon l’Organisation arabe du tourisme, dépense 27 milliards de dollars chaque année à l’étranger dans le tourisme médical. «Notre pays attire de plus en plus d'Africains recherchant un traitement médical à l’étranger, en raison de ses infrastructures, de la bonne formation des médecins et du coût raisonnable des soins. En effet, le Maroc peut aspirer aujourd’hui à devenir un pôle de tourisme médical mondial à l’image de ce qui se passe ailleurs», ont souligné les participants à cette rencontre. Et d’ajouter : «Le Sommet africain du tourisme médical se propose de faire émerger les perspectives de développement du tourisme médical, un secteur porteur dans le continent et ambitionne de dynamiser le tourisme médical intra-africain et de créer une marque “Maroc, Destination Santé” auprès des prestataires du voyage et donneur d’ordre, entre autres». Les participants à cette rencontre de deux jours ont aussi indiqué que la région de Casablanca se prépare pour devenir un pôle de tourisme médical mondial, puisqu’elle possède de réels atouts et des avantages comparatifs et compétitifs en matière d’offre sanitaire et médico-social, notant que le Royaume fait partie des quatre destinations médicales phares d’Afrique, aux côtés de la Tunisie, de l’Afrique du Sud et de l’Égypte. Longtemps chasse gardée des puissances industrialisées à haut pouvoir d’achat, le tourisme médical a aujourd’hui le vent en poupe dans de nombreux pays émergents, tels le Maroc, la Tunisie, la Thaïlande, la Turquie, le Mexique, l’Argentine, la Malaisie et le Liban. Il s’agit ainsi pour les patients voyageurs d’éviter de longues listes d’attente, d’accéder à des soins de meilleure qualité ou encore d’échapper à des traitements onéreux dans leurs propres pays. Au départ apanage des classes sociales aisées, le tourisme médical s’est progressivement ouvert à un plus grand nombre et est en pleine expansion. Les chiffres sont d’ailleurs éloquents. Selon une récente étude de «Visa et Oxford Economics», le secteur, qui pesait en 2015 quelque 60 milliards de dollars, devrait augmenter de 25% par an sur la prochaine décennie», ont indiqué les experts, précisant que le Maroc s’adjuge, d'après une autre étude, la troisième place dans l’espace francophone après la France et le Canada. Cette étude a également révélé que les voyages de «bien-être» dans le Royaume avaient dépassé la barre des deux millions de touristes en 2012.