Menu
Search
Samedi 18 Mai 2024
S'abonner
close

Énergies propres : le modèle marocain intéresse l’Allemagne, selon Rabbah

La coopération énergétique maroco-allemande, essentiellement axée sur la production d’hydrogène comme énergie propre, a pris un nouvel élan à Madrid où se déroule la COP 25. La ministre allemande de l’Environnement a annoncé la création d’un secrétariat international du «Power to X» pour la production d’énergies vertes. Aziz Rabbah, ministre de l’Énergie, a indiqué que le Maroc dispose d’atouts suffisants pour constituer une plateforme de production et d’exportation d’hydrogène.

Énergies propres : le modèle marocain intéresse  l’Allemagne, selon Rabbah
Bettina Hagedorn, secrétaire d’État fédérale allemande (à droite), a salué la première rencontre qui a regroupé 51 ministre des Finances de différents pays pour accompagner financièrement la décarbonisation de l’économie mondiale à travers les greens bonds, les garanties et les assurances. Ph. S.B.

En présence des ministres allemandes de l’Environnement et des Finances, respectivement Savenja Shulze et Bettina Hagedorn, Aziz Rabbah, ministre de l’Énergie, n’a pas tari d’éloges sur la coopération énergétique qu’entretiennent les deux pays : 
«cette coopération est d’autant plus profitable qu’elle est axée aussi bien sur l’aspect technologique que sur les investissements. L’ouverture de notre marché national sur le monde, notre climat des affaires et les différentes plateformes de recherches scientifiques et de production d’énergies renouvelables font que le Maroc peut devenir une plateforme de production et d’exportation de telles formes d’énergie», a indiqué le ministre au pavillon allemand de la COP 25 qui prendra fin à Madrid le 13 décembre. Savenja Shulze a annoncé la création d’un secrétariat international du «Power to X» basé à Berlin. Ce Secrétariat servira de réseau pour développer des projets et comprend d’ores et déjà le Maroc, Brésil et l’Argentine. Selon différentes définitions, le «Power to X» consiste à transformer l’électricité en une autre énergie, telle que la chaleur (Power to Heat) ou le gaz (Power to Gas). L’électricité sans carbone participe ainsi à la décarbonation des autres énergies. Et ce sont justement trois instituts allemands qui ont apporté leur expertise pour doter le Maroc d’une feuille de route pour la production d’hydrogène comme énergie alternative. Savenja Shulze a fait savoir qu’une telle énergie est indiquée pour certains secteurs comme le transport maritime ou l’industrie chimique. Badr Ikken, directeur de l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (Iresen), est convaincu que le Maroc est en mesure d’exporter des combustibles propres d’ici à 2030. Les premiers pilotes, qui assureront une production constante, seront réalisés dans les 2 prochaines années. Enfin, et comme cette COP a pour slogan «il est temps d’agir», Bettina Hagedorn a salué la première rencontre qui a regroupé 51 ministres des Finances de différents pays pour accompagner financièrement la décarbonisation de l’économie mondiale à travers les greens bonds, les garanties et les assurances. 

DNES à Madrid - Samir Benmalek

Lisez nos e-Papers