Menu
Search
Mardi 16 Avril 2024
S'abonner
close
Mardi 16 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Nation

Les recommandations du rapport de l’Institut Royal des études stratégiques

L’Institut Royal des Etudes Stratégiques (IRES) a inauguré en 2015, une nouvelle série de rapports stratégiques, intitulés le Panorama du Maroc dans le monde. Dans ce cadre, il vient de publier un cinquième consacré aux relations extérieures du Maroc et au domaine diplomatique.

Les recommandations du rapport de l’Institut Royal  des études stratégiques

L’Institut Royal des études stratégiques (IRES) vient de publier le cinquième «Panorama du Maroc dans le monde», une série de rapports stratégiques faisant partie des documents de référence élaborés par l’Institut. Pour rappel, le premier document de cette série s’était intéressé aux transitions majeures en cours au niveau planétaire et leurs impacts sur le Maroc, en termes de risques à éviter, d’opportunités à saisir et de ruptures à anticiper. Le second «Panorama» a été dédié aux Relations internationales du Royaume (2016). Le troisième (2017) a traité des questions cruciales du changement climatique et de l’empreinte écologique. Le quatrième rapport (2018) quant à lui a concerné le développement autonome de l’Afrique.
Le tout dernier document de la série constitue en fait une actualisation du Panorama 2016. L’IRES a dédié ce rapport aux relations internationales du Royaume, en partant des orientations contenues dans le Message Royal du 30 août 2013, appelant l’IRES à consacrer ses efforts aux relations extérieures du Maroc et au domaine diplomatique. Ainsi, le dernier Panorama met en exergue les fondements de la politique étrangère du Royaume du Maroc, tels qu’ils émanent de la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Il aborde les relations du Maroc avec son voisinage et réserve trois chapitres aux aires d’appartenance du Maroc, un chapitre aux relations avec l’Amérique et un chapitre aux relations avec l’Asie. «Le rapport stratégique se réfère principalement aux conclusions des études réalisées par l’IRES sur les relations extérieures du Maroc et qui ont donné la priorité au cours des dernières années au continent africain. Il est enrichi par les propositions formulées lors des rencontres organisées par l’Institut», souligne dans les premières pages du rapport Mohammed Tawfik Mouline, directeur général de l’IRES.

Selon le rapport, les choix de la politique étrangère du Maroc se distinguent par leur pertinence. Or «pour rendre cette politique proactive et en phase avec le monde de demain», l’IRES a formulé quelques propositions concernant aussi bien les relations internationales du Royaume que sa diplomatie. Il a ainsi appelé à consolider les partenariats déjà établis par le Maroc et à œuvrer en faveur de leur diversification pour adapter les schémas des alliances du Royaume aux nouvelles réalités géostratégiques mondiales. Il propose d’élargir le champ de la coopération bilatérale aux espaces géographiques d’intérêt commun et à inscrire les relations avec les pays partenaires dans un monde globalisé, en tenant compte des défis de la compétitivité, du développement durable, de la sécurité et de la migration.

S’agissant de la coopération Sud-Sud, le rapport propose d’en faire un vecteur de déploiement de la politique étrangère et de privilégier les approches de coopération tripartite associant, d’une part, le Maroc et les pays partenaires et, d’autre part, l’Afrique et l’Europe. En matière de voisinage immédiat il estime qu’il faut restaurer la mémoire collective et réécrire l’histoire commune avec les pays voisins, notamment l’Espagne et anticiper les tensions éventuelles, en mettant en place des mécanismes permanents de concertation et de coordination. Il insiste aussi sur la promotion de la coopération entre les opérateurs économiques afin d’élargir le champ des intérêts économiques et libérer les relations de coopération des ambivalences de l’agenda politique.
S’agissant du volet diplomatique, l’IRES estime qu’il faut, sur le plan politique, s’adjuger un rôle actif dans le rééquilibrage des forces à l’échelle régionale en tirant profit du statut avancé du Maroc auprès de l’Union européenne et des liens du Royaume avec les pays du Conseil de coopération du Golfe. Sur le plan économique, il incite à redynamiser la diplomatie économique et à rénover les instruments de promotion économique du Royaume dans l’objectif de rééquilibrer les relations commerciales entre le Maroc et les pays partenaires et de renforcer l’attractivité des investissements directs étrangers et de favoriser la diversification à l’international des entreprises marocaines. Le document fait état de bien d’autres recommandations en lien avec les volets culturel, sécuritaire, environnemental…n

Lisez nos e-Papers