Menu
Search
Samedi 18 Mai 2024
S'abonner
close

Le coronavirus, détonateur d’une dématérialisation définitive chez la Douane

Les changements majeurs induits par le coronavirus constituent pour nos sociétés une formidable opportunité de se réinventer. Agissant en «bon élève», l’administration des Douanes et impôts indirects s’est retrouvée prête, en pleine crise pandémique, à assurer la continuité de ses services à travers une dématérialisation définitivement appliquée lors de ce confinement. Une mobilisation sans faille qui a servi le commerce du pays.

Le coronavirus, détonateur d’une dématérialisation définitive chez la Douane
Dématérialisé depuis le 1er janvier 2019, le circuit digital de l’ADII permet d’accomplir la quasi-totalité des formalités nécessaires, sans le moindre contact physique avec ses agents.

Le coronavirus est venu prouver aux opérateurs du monde entier que la digitalisation permet de résister aux plus dures secousses économiques et sociales. Chez l’Administration des Douanes et impôts indirects (ADII), ce travail a démarré sérieusement depuis 2009, et 10 ans plus tard, les résultats sont là. En pleine crise sanitaire, le Maroc a continué à s’approvisionner en produits essentiels : nourriture, produits de santé, médicaments et hydrocarbures par exemple. Et d’autres mesures ont été introduites pour fluidifier davantage la chaine du commerce extérieur. «L’import-export ne s’est pas arrêté avec le déclenchement de cette crise dans le Royaume. Nous continuons même de travailler sur nos projets futurs. Ainsi, notre circuit de dédouanement est totalement dématérialisé depuis le 1er janvier 2019. Il permet d’accomplir la quasi-totalité des formalités nécessaires, sans le moindre contact physique avec l’administration des Douanes. PortNet couvre actuellement l’ensemble du circuit de dédouanement, notamment la souscription des déclarations en détail, l’envoie de documents exigibles et les demandes diverses liées au dédouanement des marchandises», détaille Lhassane Hallou, directeur de la Facilitation et de l’Informatique à l’ADII, lors d’une visio-conférence organisée en fin de semaine dernière par la CFCIM.
Lors de cette rencontre virtuelle sur le thème : «Les procédures douanières liées au Covid-19», Hallou a pris le soin de décortiquer l’ensemble ses services désormais possibles sur ce guichet unique (PortNet). Ainsi, «la déclaration sommaire» est dématérialisée depuis longtemps déjà. Les engagements d’importation sont aussi servis sur la plateforme. Et depuis le déclenchement de la pandémie au Maroc, la recette douanière passe presque entièrement par le multicanal. «Pour boucler la boucle dans ce circuit, nous sommes passés au paiement obligatoire des droits et taxe via un système multicanal. Le paiement par carte bancaire-une mesure appliquée depuis 2015- est plafonnée à 500.000 DH. Un système de débit direct avec M2T est une autre option de règlement. Nous n’avons pas mis en place l’obligation du multicanal, car c’était une démarche progressive, mais avec cette pandémie c’est devenu une obligation», précise le responsable.

Aucun foyer épidémiologique déclaré

Résultat des courses : Aucun foyer épidémiologique n’a été déclaré au sein des services de cette administration. Son niveau de digitalisation lui a permis de basculer rapidement et sans difficulté aucune vers le télétravail. Un heureux hasard aussi : «une augmentation spectaculaire du rendement des agents a été constatée. Le législateur devrait se pencher sur le statut du travail à distance au sein de l’administration publique», suggère Hallou.
En clair, la douane est l’une des rares administrations du pays à avoir achevé sa transformation digitale. Un virage réussi, et qui a payé en pleine pandémie. Ainsi, l’ADII affirme avoir continué d’assurer «normalement» son rôle de facilitation/sécurisation de la chaine logistique, et de lutter contre le commerce illicite, malgré les mesures restrictives de confinement et de rupture du contact physique.
Pour gagner en efficacité, «des dispositions particulières ont été prises afin de faciliter l’accès à distance des services douaniers. Les clients sont automatiquement orientés vers le site de l’ADII pour l’envoi et le traitement des requêtes, des réclamations et des demandes d’information. Les délais de réponse ne dépassent pas les 48 heures», affirme le directeur. Sur son site Internet, un bureau d’ordre digital national est dédié aux dépôts des dossiers, avec la possibilité d’y adjoindre des documents. Et enfin des cellules d’accueil téléphonique sont mobilisées pour assister les usagers à distance..

Lisez nos e-Papers