Menu
Search
Samedi 15 Juin 2024
S'abonner
close
Samedi 15 Juin 2024
Menu
Search

Le Maroc prône le dialogue et la concertation entre pays africains pour atténuer l’impact du Covid-19 sur la population et l’économie du continent

Le Maroc prône le dialogue et la concertation entre pays africains pour atténuer l’impact du Covid-19 sur la population et l’économie du continent
Ph. MAP

Présidant les travaux de la troisième Retraite des ambassadeurs africains auprès de la de la Commission économique de l’ONU consacrée à l’impact du Covid-19 sur le continent africain et les mesures entreprises par les pays africains pour faire face à cette pandémie, le Maroc a souligné la nécessité de dialoguer sur les voies et moyens à même de trouver un équilibre entre les mesures sanitaires imposées par le contexte de la pandémie et le renforcement du commerce 

intra-africain. À cet égard, l’ambassadeur représentant permanent du Royaume auprès de la CEA-ONU, Mohamed Arrouchi, a mis l’accent sur l’impact du Covid-19 sur les économies africaines, notamment le commerce intra-africain tout en soulignant la nécessité de se pencher sur l’impact des changements climatiques sur le continent africain dans le contexte de Covid-19, et plus précisément son lien direct avec la sécurité alimentaire en Afrique. Le diplomate marocain a relevé que la fragilité du système sanitaire et de la sécurité alimentaire dans le continent, aggravées davantage par les changements climatiques, n’aide pas l’Afrique à faire face de manière efficace au Covid-19. Par ailleurs, il a proposé l’organisation d’une conférence sur le lien entre les changements climatiques et la sécurité alimentaire en Afrique, proposition qui a été favorablement accueillie par la CEA-ONU.

D’autre part, en soulignant l’importance d’un échange d’expertise en matière de détection, de traçage et de traitement du Covid-19 entre les pays africains, le diplomate marocain a mis en exergue la nécessité de la mise en place d’une plateforme d’experts africains permettant au continent de contribuer pleinement dans la recherche scientifique dans le domaine des tests de diagnostic et du développement de vaccins pour lutter contre cette pandémie ainsi que d’autres qui persistent sur le continent.

Pour sa part, la secrétaire exécutive de la CEA-ONU, Vera Songwe, a précisé que l’Afrique a perdu 69 milliards de dollars à la suite de l’imposition de la quarantaine par certains pays africains, tout en exprimant son souhait que cette situation difficile soit saisie afin d’entreprendre de nouvelles politiques pour rendre l’Afrique plus forte et plus résiliente. À cet effet, elle a cité le Maroc comme exemple dans cette nouvelle dynamique, notamment de par sa production de masques ainsi que leur exportation vers l’Europe.

De son côté, le directeur du Centre CDC Africa, John Nkengasong, a salué le partenariat exemplaire du Maroc dans cette situation sanitaire difficile, notamment le soutien apporté aux pays africains par l’approvisionnement de produits de prévention contre le Covid-19. Il a également salué les efforts consentis par les experts marocains en la matière. Le directeur du CDC Africa a également rappelé que la stratégie africaine pour faire face à cette pandémie repose sur deux piliers, à savoir la coordination des efforts entre les États membres et la surveillance, prévention et traitement du Covid-19 par les États membres.

Dans le même ordre d’idée, il a appelé les États membres à renforcer leurs capacités de tests afin de détecter, tracer et traiter le virus dans un temps convenable. Cette retraite a été également une occasion pour que les experts de la CEA-ONU partagent leurs avis sur le commerce intra-africain et les changements climatiques dans le contexte de Covid-19, et donner la possibilité aux États membres de proposer des recommandations pour renforcer leurs présences dans les activités du Secrétariat de la CEA-ONU. Il est à rappeler que le Maroc préside le Bureau de la Conférence des ministres des Finances, de la Planification et du Développement économique de la CEA pour la deuxième année consécutive.

L’organisation de cette Retraite s’inscrit dans le cadre des recommandations de la deuxième Retraite des ambassadeurs africains qui a été organisée aux Seychelles en décembre 2019, sous présidence marocaine, et lors de laquelle il a été convenu d’organiser deux Retraites annuellement afin de renforcer l’engagement des représentants permanents auprès de la CEA-ONU dans les activités de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique. Le programme de cette Retraite a porté sur des thématiques clés dans le contexte de Covid-19, notamment l’impact de cette pandémie sur le plan macro-économique dans le continent, ainsi que ses effets sur le commerce intra-africain, le changement climatique et son lien avec la sécurité alimentaire. Cette Retraite a également constitué une occasion pour échanger les points de vue des États membres sur les activités de la CEA-ONU, ainsi que sur les prochaines échéances de cette institution. 

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.