Menu
Search
Samedi 25 Mai 2024
S'abonner
close

Hydrogène vert : Le Maroc peut capter jusqu’à 4% de la demande mondiale en molécules vertes

Le Maroc a entamé le déploiement de sa stratégie de développement de l’hydrogène vert qui se poursuivra jusqu’en 2050. Les premières initiatives de développement de cette filière sont déjà lancées sur le territoire national. Avec sa nouvelle stratégie, le Royaume se prépare à capter jusqu’à 4% de la demande mondiale en molécules vertes.

Hydrogène vert : Le Maroc peut capter jusqu’à 4% de la demande mondiale en molécules vertes

Depuis quatre ans maintenant, le Maroc a parcouru un long chemin pour le développement d’une économie de l’hydrogène sur son territoire.

C’est ainsi que la nouvelle stratégie, dont les grandes lignes ont été dévoilées en août dernier et dont la mise en œuvre se poursuivra pendant les 30 prochaines années, ambitionne de satisfaire la demande locale et d’optimiser l’exploitation du potentiel national.

D’ailleurs, Maroc dispose d’un potentiel important pour le développement de cette filière, dont il peut capter jusqu’à 4% de la demande mondiale en molécules vertes.

La mise en œuvre de cette stratégie s’articule autour de trois axes stratégiques, à savoir les technologies englobant les développements technologiques et les économies de coûts, les investissements et l’approvisionnement à travers la mise en place d’un cluster industriel et l’élaboration d’un plan directeur des infrastructures correspondantes.

Le troisième axe, celui des marchés et de la demande, se réfère à la réalisation des opportunités de la demande, donnant lieu à de nouveaux marchés.

Ces axes stratégiques sont traduits en un plan d’actions à l’horizon 2050 à mettre en œuvre progressivement et portant sur la réduction des coûts tout au long de la chaîne de valeur de la filière d’hydrogène vert et de ses dérivés.

Ils concernent aussi la mise en place de mesures nécessaires pour l’intégration industrielle locale de la filière hydrogène, à travers la formation des ressources humaines et le transfert d’expertise auprès des compétences marocaines.

On prévoit aussi la création d’un Cluster industriel national dédié au développement des technologies hydrogène et l’élaboration d’un schéma directeur des infrastructures correspondantes.

Il sera procédé, dans le même cadre, à l’élaboration d’un plan national de stockage ayant pour objectif de valoriser l’utilisation de l’hydrogène et de ses dérivés en tant que source d’énergie.

Il s’agit en outre d’assurer le financement nécessaire au développement de l’hydrogène et aux activités de production associées, en renforçant la coopération internationale avec les partenaires internationaux du Maroc, ainsi que la création de nouveaux partenariats en vue de saisir les opportunités offertes par la filière hydrogène. Dans le cadre de ce plan d’action, il sera procédé au développement d’un marché national de l’hydrogène, en invitant les opérateurs et les investisseurs à utiliser une énergie propre basée sur l’hydrogène vert.

Le ministère de l’Énergie, des mines et de l’environnement a mis également l’accent sur la création d’un pôle de recherche et développement (R&D) marocain et régional, dont l’objectif est de renforcer l’engagement dans les activités de R&D et de proposer un ensemble de projets pilotes afin de consolider la position du Royaume en tant que centre d’expertise en nouvelles technologies.

«À cet effet, il est nécessaire de favoriser la création des conditions favorables à l’exportation de l’hydrogène et de ses dérivés, avec une priorité donnée à son exportation vers l’Europe, où la demande est prévue d’être forte dans les années à venir. Les premières initiatives de développement de l’hydrogène vert sont déjà lancées sur le territoire national», avait souligné en aout dernier, le département de l’Énergie.

En somme, le Maroc se positionne peu à peu comme un véritable pionnier en matière d’énergies renouvelables. Ainsi, le Royaume s’active dans le déploiement d’une nouvelle source d’énergie propre qui est l’hydrogène vert, clé de voûte de la transition verte des secteurs énergétique et industriel. 

Lisez nos e-Papers