Menu
Search
Mercredi 24 Avril 2024
S'abonner
close
Mercredi 24 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Nation

La République du Sénégal ouvre un consulat général à Dakhla, la 21e représentation diplomatique dans les provinces du sud du Maroc

La République du Sénégal ouvre un consulat général à Dakhla, la 21e représentation diplomatique dans les provinces du sud du Maroc
Nasser Bourita et son homologue sénégalaise Aïssata Tall Sall inaugurant hier le consulat général du Sénégal à Dakhla, le 10e dans la ville du Sud marocain. Ph. MAP

La République du Sénégal a ouvert, lundi, un consulat général à Dakhla, la dixième représentation diplomatique inaugurée dans cette ville depuis un peu plus d’un an. La cérémonie d’inauguration a été présidée par le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, et la ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Aïssata Tall Sall. Le consulat général du Sénégal est la 21e représentation diplomatique dans les provinces du sud du Maroc. Il intervient un mois seulement après l’ouverture à Laâyoune d’un consulat général du Royaume hachémite de Jordanie.  La cérémonie d’ouverture de ce consulat a été présidée par le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, et le vice-Premier ministre, ministre jordanien des Affaires étrangères et des expatriés, Ayman Al-Safadi.
L’année  2020 a été l’année des succès diplomatiques, s’agissant de la question du Sahara marocain.

L’année écoulée a été en effet marquée par l’inauguration de quelque 19 consulats de pays amis et frères. Ces succès, fruit d’un travail minutieux, discret et efficace confortent les efforts inlassable menée par le Royaume sous la sage conduite de S.M. le Roi Mohammed VI en vue de préserver l’intégrité territoire et mettre fin au conflit artificiel autour du Sahara marocain. L’inauguration de ces consulats dans les provinces du Sud est également l’expression claire et sans équivoque du soutien croissant de la communauté internationale à la volonté légitime et inébranlable du Maroc de consolider sa souveraineté sur l’ensemble de son territoire. Cette dynamique vertueuse a connu son apogée avec la décision des États-Unis de reconnaître la souveraineté pleine et entière du Maroc sur ses provinces du Sud. Le 10 décembre 2020, le président américain Donald Trump promulgue un décret présidentiel, avec tout ce que cet acte comporte comme force juridique et politique indéniable et à effet immédiat, portant sur la décision des États-Unis d’Amérique de reconnaître, pour la première fois de leur histoire, la pleine souveraineté du Royaume du Maroc sur l’ensemble de la région du Sahara marocain.

Mieux encore, à titre de première concrétisation de leur initiative souveraine de haute importance, les États-Unis d’Amérique ont décidé l’ouverture d’un consulat à Dakhla, à vocation essentiellement économique, en vue d’encourager les investissements américains et la contribution au développement économique et social, au profit notamment des habitants des provinces du Sud.
À noter que depuis le début de l’année dernière, la ville de Dakhla a connu l’ouverture des consulats de Gambie, de la Guinée, de la République de Djibouti, de la République du Liberia, du Burkina Faso, de la République de Guinée-Bissau, de la République de Guinée équatoriale et de la République démocratique du Congo (RDC), en plus de la République d’Haïti. La ville de Laâyoune quant à elle a connu l’ouverture de représentations diplomatiques de la Jordanie, les Émirats arabes unis, Bahreïn, la Côte d’Ivoire, les Iles Comores, le Gabon, Sao Tomé-et-Principe, la République centrafricaine, le Burundi, Eswatini et la Zambie. 

Signature à Dakhla de deux accords de coopération et d’un mémorandum d’entente

Le Maroc et le Sénégal ont signé, lundi à Dakhla, deux accords de coopération et un mémorandum d’entente destinés à promouvoir leur partenariat dans les domaines de la décentralisation, des technologies de l’information et de la communication (TIC) et de l’aviation civile. Ces accords ont été paraphés par le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, et la ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Aïssata Tall Sall, en marge de la cérémonie d’inauguration du consulat général du Sénégal à Dakhla. 
Le premier accord relatif à la coopération en matière de décentralisation définit le cadre de coopération entre les deux pays dans ce domaine. Cette coopération va se concrétiser à travers la redynamisation entre les Collectivités territoriales marocaines et sénégalaises des relations de jumelage, la mise en œuvre effective des conventions de coopération et de partenariat, l’échange d’expériences et de connaissances en matière de gouvernance locale et de gestion de proximité des entités décentralisées. 
Le deuxième accord porte sur la coopération dans le domaine des technologies de l’information et de la communication. Il a pour objectif de fixer le cadre d’échange et de collaboration dans le domaine des TIC en vue d’un développement économique, social et culturel des deux pays. Les deux parties conviennent de développer, de renforcer et d’approfondir une coopération mutuellement avantageuse en la matière, à travers l’échange d’informations, de compétences et d’expertise, notamment en ce qui concerne les stratégies nationales et la réglementation des TIC. S’y ajoutent le développement de l’industrie TI et du contenu numérique éducatif, le domaine de l’université numérique et d’enseignement à distance, et le transfert des technologies et des meilleures pratiques dans le domaine de l’e-gouvernement, entre autres. 
Quant au mémorandum d’entente relatif à la coopération technique dans le domaine de l’aviation civile, les deux parties prennent les mesures nécessaires pour réaliser un programme d’actions de partenariat articulés autour de plusieurs axes afférents entre autres à l’assistance technique en matière de sécurité et de sureté de l’aviation civile ainsi que l’assistance en matière de développement du transport aérien. Cette coopération sera concrétisée par l’échange d’expertises et d’informations en la matière, de visites d’études et de formations spécifiques. 

Lisez nos e-Papers