Menu
Search
Mardi 23 Juillet 2024
S'abonner
close
Mardi 23 Juillet 2024
Menu
Search

Comment le Maroc veut investir dans l'économie des soins pour en faire un levier de développement

La première Conférence internationale sur l’économie de soins et la protection sociale permettra à l'ensemble des parties prenantes de commencer à identifier les activités économiques relevant de l’économie des soins et à refléchir le cadre juridique relatif aux métiers de soins rémunérés et non rémunérés ainsi qu'au rôle des travailleurs sociaux.

Khalid Aït Taleb. Ph. Saouri
Khalid Aït Taleb. Ph. Saouri
L’économie des soins constitue un tremplin pour la réalisation des objectifs du modèle de développement, puisqu’elle contribue à assurer des conditions de vie saines pour les individus au sein de leur environnement familial, a affirmé, mardi à Salé, le ministre de la Santé et de la protection sociale, Khalid Aït Taleb.



Intervenant à l’ouverture des travaux de la première Conférence internationale sur l’économie de soins et la protection sociale, organisée sous le thème «Économie des soins et protection sociale : pilier de l’autonomisation des femmes, de la création d’emploi et du bien-être familial», M. Aït Taleb a souligné que l’économie des soins permet également aux individus de renforcer leurs opportunités d’entrer sur le marché du travail et de contribuer à la croissance économique.

Le développement économique est étroitement lié à la santé des individus et de la société en général, a-t-il dit, notant que le secteur de la santé contribue à l’augmentation du produit intérieur brut, de l’emploi et de la productivité. Dans ce sens, le ministre a relevé que le Maroc s’est engagé dans la mise en œuvre du modèle de développement dont les contours ont été tracés par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, selon une perspective nourrie par les accumulations positives enregistrées depuis l’accession du Souverain au Trône. M. Aït Taleb a souligné, à cet égard, l’importance de considérer le système de santé en tant que producteur d’opportunités d’emploi, non seulement en matière de soins médicaux et paramédicaux, mais aussi à travers une gamme de métiers de soins qui nécessitent une formation en matière de santé. Les professions de soins «sont devenues une nécessité urgente, comme les assistants de vie quotidienne, les assistants de thérapie à domicile et les assistants de vie scolaire, qui sont désormais indispensables pour atteindre les objectifs du parcours de traitement et de prise en charge médicale», a-t-il soutenu. De ce fait, M. Aït Taleb a réaffirmé la disponibilité permanente du secteur de la santé pour contribuer à l’économie des soins et œuvrer pour la coordination des visions et des efforts afin de faire progresser ces professions, en tant qu’élément essentiel pour la généralisation de la couverture sanitaire et la mise en œuvre du chantier de la protection sociale, conformément aux Hautes Instructions Royales. Par conséquent, le ministre a appelé à la structuration et l’encadrement des services et métiers de soins afin qu’ils contribuent de manière significative à la cohésion familiale, notant que cette Conférence constitue une opportunité idoine pour tirer profit des expériences réussies en matière d’intégration de cette catégorie de femmes dans l’économie.



Placé sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, ce conclave international de deux jours est organisé par le ministère de la Solidarité, de l’insertion sociale et de la famille en partenariat avec le ministère de la Santé et de la protection sociale, le ministère de l’Inclusion économique, de la petite entreprise, de l’emploi et des compétences, le ministère de l’Économie et des finances, le ministère de la Jeunesse, de la culture et de la communication et la Ligue arabe. Cet événement constitue une opportunité de réflexion afin de mobiliser l’intelligence collective et construire un système intégré de l’économie des soins à travers l’échange des expériences et des connaissances.

Les travaux de la Conférence permettront également d’enrichir le débat autour de plusieurs défis, à savoir l’identification des activités économiques relevant de l’économie des soins, l’autonomisation économique des femmes, le cadre juridique relatif aux métiers de soins rémunérés et non rémunérés et les rôles des travailleurs sociaux.
Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.