Menu
Search
Mercredi 21 Février 2024
S'abonner
close
Mercredi 21 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Nation

Grèves des enseignants : maintien de la pression même pendant les vacances scolaires

Les manifestations contre le nouveau statut des fonctionnaires de l’Éducation nationale se poursuivent, mettant en avant la revendication essentielle d’intégrer les acteurs syndicaux sur le terrain dans le dialogue. Malgré le gel du décret litigieux, la Fédération nationale de l’enseignement (FNE-Tendance démocratique) et la Coordination nationale du secteur de l’éducation maintiennent la pression par le débrayage, avec une série de manifestations prévues. Les revendications restent inchangées : le retrait du décret, un dialogue sérieux et le remboursement des retenues sur les salaires des grévistes.

«Associer les acteurs syndicaux actifs sur le terrain au dialogue». C’est la revendication centrale des manifestations contre le nouveau statut des fonctionnaires de l’Éducation nationale. En effet, malgré le gel du décret controversé, les organisations syndicales persistent dans leur mouvement de débrayage et de protestation, exigeant l’inclusion des acteurs syndicaux sur le terrain dans les pourparlers.



La Fédération nationale de l’enseignement (FNE-Tendance démocratique), l’un des syndicats les plus représentatifs, aux côtés de la «Coordination nationale du secteur de l’éducation», communément appelée «tansikiyat», maintiennent leur appel à la grève.

Manifestations et marches de protestation des enseignants dans plusieurs villes

La coordination, y compris la FNE, a lancé un débrayage le 5 décembre qui se poursuit les 6, 7 et 8 décembre. Cette action sera accompagnée de marches de protestation prévues à Fès, Tanger et Marrakech le 6 décembre, suivies dans les prochains jours par une manifestation centrale, dont le lieu et la forme seront ultérieurement décidés, selon les explications de Abdellah Ghmimat, secrétaire général de la FNE.

Les manifestants décrient l’exclusion de leurs représentants, considérés comme «les véritables porte-parole de la communauté éducative». Ils expriment leur étonnement face à la décision du gouvernement de marginaliser les entités qui ont déjà été en grève pendant deux mois, tout en invitant des syndicats qu’ils estiment partie intégrante du problème», a déclaré Abdellah Ghmimat.

Les grévistes rejettent le dialogue actuel avec le gouvernement

Selon lui, les revendications demeurent inchangées : le retrait pur et simple – et non pas simplement le gel – du décret concernant le statut des enseignants, l’instauration d’un dialogue sérieux et la restitution des retenues effectuées sur les salaires des grévistes. Il souligne que les retenues, qualifiées d’«illégales», semblent revêtir des aspects de représailles, affectant même des enseignants bénéficiant d’autorisations d’absence ou de congés de maternité.

Le syndicat et les Coordinations dénoncent le dialogue actuel entre le gouvernement et les quatre syndicats les plus représentatifs, considérant cette tentative comme futile, dépourvue de volonté réelle de résoudre le problème. Dans des termes cinglants, le secrétaire général de la FNE accuse le gouvernement de se contenter de promesses et d’un discours creux. «Ce dont nous avons besoin, ce sont des propositions concrètes assorties d’un budget, ainsi que le remboursement des retenues effectuées sur les salaires des enseignants. Nous demandons l’ouverture d’un dialogue sérieux, impliquant les véritables représentants du corps enseignant», affirme notre interlocuteur, soulignant que la grève se poursuivra.