Menu
Search
Lundi 15 Juillet 2024
S'abonner
close
Lundi 15 Juillet 2024
Menu
Search

Grèves des étudiants en médecine : les tentatives de médiation coincent

Après six mois de grève et un début d'espoir d'une reprise du cours normal des études, il semble que la trêve n'est pas pour demain! Les propositions gouvernementales pour sortir de la crise n'ont pas eu l'aval des étudiants. Certains détails liés à la formation réduite à 6 ans ne passent toujours pas!

No Image
Alors que la commission nationale des étudiants en médecine, dentisterie et en pharmacie avait annoncé l'organisation mardi 11 juin d'une journée nationale de vote concernant les propositions de médiation gouvernementale pour la résolution de la crise, le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas, a affirmé n'avoir aucune idée sur ce vote. Le responsable qui répondait à une question à ce sujet lors de la conférence de presse qui a suivi le Conseil de gouvernement de ce mercredi, s'est contenté d'affirmer que "les parties concernées vont annoncer les nouvelles dates des examens bientôt".



Du côté des étudiants, des sources de "Assahra Al Maghbia" ont annoncé que les propositions du gouvernement ont été rejetées à la majorité des votes. La Commission nationale des étudiants avait en effet partagé les propositions de médiation gouvernementale présentées lors de réunions tenues ces derniers jours avec des représentants de la chefferie u gouvernement, avec l'ensemble des membres. Une journée de vote a suivi, mardi, dans toutes les facultés publiques de médecine et de pharmacie du pays. "La décision est ta décision, et aujourd'hui nous sommes tous responsables de notre destin", avait indiqué la commission dans un appel au vote lancé aux étudiants.

Le principal point proposé dans le cadre de cette médiation est celui de maintenir la durée des études à 6 ans et de rajouter une 7e année au choix pour les étudiants qui souhaitent avoir des stages supplémentaires. Autre proposition, les étudiants en fin de formation pourront effectuer des stages cliniques facultatifs avant la soutenance de leur thèse. Le statut juridique des étudiants figure également parmi les points clés de cette médiation.

Motif de rejet selon des sources : le manque de clarté qui caractérise ces propositions. Les étudiants exigent plus de dialogue pour préciser quelques points et avancer vers des solutions concrètes.

Pour rappel, le gouvernement avait rencontré, fin mai dernier, les représentants des étudiants en médecine et en pharmacie, dans le cadre d'une médiation visant à résoudre les problèmes soulevés afin de permettre l'arrêt des grèves qui durent depuis plus de six mois. Lors de cette rencontre, les étudiants avaient soulevé la question du report des examens de la session de printemps afin de rattraper le temps universitaire perdu et de fournir un environnement approprié pour la préparation.

Saluant la reprise du dialogue avec le gouvernement, le comité avait également demandé l'annulation des suspensions et des sanctions imposées à leurs collègues étudiants et la garantie de leur retour dans les facultés. "Le comité national des étudiants en médecine et en pharmacie a reçu dans un esprit positif la déclaration du chef du gouvernement dans laquelle il déclarait que la formation médicale et pharmaceutique au Maroc est l'une des priorités de l'État social", indique le comité.
Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.