Menu
Search
Samedi 18 Mai 2024
S'abonner
close

Investiture de six nouveaux membres de l’Académie du Royaume du Maroc

L’Académie du Royaume du Maroc a organisé, mercredi 17 avril, une séance solennelle d’investiture de trois de ses nouveaux membres : Assia Ben Salah Alaoui, Elisabeth Guigou, Najia Hajjaj Hassouni, Abdelfattah Kilito, Alioune Sall et Driss Guerraoui.

Il s’agit de la troisième cérémonie d’investiture dans le cadre de la réorganisation de l’Académie du Royaume instituée par le Dahir du 5 février 2021 portant promulgation de la loi n°74-19. Dans son article 11, ce Dahir indique qu’après la nomination de chaque nouveau membre résident ou associé, l’Académie consacre une séance solennelle pour son accueil et son investiture. «Lors de cette séance, le secrétaire perpétuel ou son représentant parmi les membres de l’Académie, prononce un discours de bienvenue en mettant l’accent sur la personnalité du nouveau membre, son parcours et ses contributions scientifiques. À son tour, le membre récipiendaire prononce un discours vantant les vertus et les mérites de son prédécesseur et évoquant brièvement une des questions scientifiques ou intellectuelles qui relèvent de son domaine de spécialité».



C’est dans ce cadre que S.E. Assia Ben Salah Alaoui a présenté sa leçon d'investiture intitulée «Le Maroc de S.M. Mohammed VI à l'ère de la géopolitique». Mme Ben Salah Alaoui a tenu, au début de son intervention, à adresser ses remerciements à S.M. le Roi Mohammed VI pour l’honneur rendu aux femmes. Abordant le sujet de sa leçon d’investiture, Mme l’ambassadrice a rappelé le contexte géopolitique qui caractérise le monde actuellement et qui exacerbe les crises économique, financière, alimentaire, climatique... En pleine frayeur des changements du millénaire, la question à laquelle le Maroc se devait de répondre à l’aube du nouveau règne, souligne Mme Ben Salah Alaoui, est la suivante : comment assurer le changement dans l’ordre et préserver l’ordre dans le changement ? «La réponse se décline, un quart de siècle plus tard, par une trajectoire qui, bien qu’émaillée par d’immense défis qu’il nous reste à relever, interpelle tant elle semble défier les idées reçues», souligne l’ambassadrice.
lle explique par la suite que le Maroc a su se positionner comme un pays stable dans un contexte mouvementé en devenant un acteur incontournable dans la lutte contre le terrorisme et le crime organisé. Le Royaume a également brillé à travers la diversification des partenariats stratégiques qu’il a noués avec différents pays, particulièrement en Afrique. Dans le domaine de la transformation énergétique, elle rappelle que le Maroc a fait des avancées notables en matière des énergies renouvelables. La bonne gestion de la dernière crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19 a également fait du Maroc un pays distingué et donné en exemple partout dans le monde. «Le Maroc va encore plus loin jusqu’à oser bousculer l’hégémonie bien établie de l’Europe sur la planète foot. Certes, il n’a pas gagné la Coupe, mais il a gagné les cœurs», souligne Mme Ben Salah Alaoui.

Cette montée en puissance du Maroc suscite à la fois interrogation et admiration, ajoute l’intervenante en soulignant que le Royaume est en plein dynamique de maturité sur les plans théoriques et pratiques. Assia Ben Salah Alaoui fait un bond en arrière pour rappeler le premier Discours du Trône de Sa Majesté le Roi qui a marqué les esprits par la clarté de la vision Royale et la détermination du Souverain à propulser le Royaume dans le 21e siècle. «Le leadership énergique du Roi s’apprête à naviguer l’ère de l’hypercomplexité pour relever les immenses défis qu’impliquent les objectifs fixés par le Souverain», indique l’intervenante devant les membres et invités de l’Académie. Mme Assia Ben Salah Alaoui a par la suite fait le tour des chantiers stratégiques et projets concrets lancés par Sa Majesté le Roi et qui font du Maroc un leader régional, continental et mondial.
Lisez nos e-Papers