Menu
Search
Mercredi 21 Février 2024
S'abonner
close
Mercredi 21 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Nation

L’aide publique à la presse passera de 60 à 240 millions de dirhams par an (Bensaïd)

C’est acté. Le Conseil du gouvernement a approuvé jeudi le projet de décret n°2023.1041 relatif aux conditions et modalités pour bénéficier du soutien public aux secteurs du journalisme, de l'édition, de l'impression et de la distribution. D’après le ministre de la jeunesse, de la culture et de la communication, Mohammed Mehdi Bensaïd, ce texte garantira la transition de la subvention classique au soutien à la création de pôles médiatiques disposant d’antennes sur le plan national et international. Ce texte annonce par ailleurs une hausse de la subvention accordée au secteur qui passera de 60 millions à 240 millions de dirhams.

Mohammed Mehdi Bensaïd.
Mohammed Mehdi Bensaïd.
Le Conseil du gouvernement a adopté jeudi le projet de décret n°2023.1041 précisant les conditions et modalités pour bénéficier du soutien public aux secteurs du journalisme, de l'édition, de l'impression et de la distribution. D’après le ministre de la Jeunesse, de la culture et de la communication, Mohammed Mehdi Bensaïd, qui intervenait dans le cadre d’une conférence de presse organisée à l’issue de la réunion du Conseil du gouvernement, ce nouveau décret vise à réformer le secteur de la presse et à soutenir et moderniser les institutions de presse et d'édition, les imprimeries et les sociétés de distribution sur la base des principes de transparence, d'égalité des chances et de neutralité, afin d'assurer le rayonnement national et international de la presse et renforcer son rôle dans la défense des grands enjeux du Royaume.

>>Lire aussi : Presse et édition : la réforme des lois en vigueur peut-elle attendre ?

Le responsable gouvernemental a souligné que le soutien accordé par l’État à ce secteur passera de la subvention classique à la presse vers l’investissement et la création de grands pôles médiatiques. Il s’agira d’encourager à la mise en place «d’une industrie médiatique nationale forte, sérieuse et crédible disposant non seulement de portails en différentes langues, mais aussi de grands pôles médiatiques» qui devront désormais jouer un rôle non seulement à l’échelle du Maroc, mais aussi au niveau international pour faire rayonner la culture marocaine et défendre les causes nationales. «Le gouvernement a décidé d’augmenter le montant de l’aide publique accordée au secteur qui passera désormais de 60 millions de dirhams à 240. Ce soutien financier sera distribué pour soutenir la gestion et l'accompagnement de projets d'investissement, renforcer le pluralisme et soutenir les ressources humaines en renforçant les capacités humaines, la formation et les qualifications qui l'accompagnent», souligne le ministre.

En effet, soulignant le rôle stratégique et important que jouent les médias dans la diffusion de l’information et la garantie du pluralisme, le ministre a reconnu que le secteur se trouve aujourd’hui submergé par des supports qui manquent de professionnalisme. Ainsi, ce décret vise justement à mettre en place des «barrières d’entrée» à l’exercice de cette «noble» profession à travers la fixation de conditions particulières pour bénéficier de la subvention financière accordée au secteur. «Les conditions fixées dans le cadre de ce décret visent non seulement à freiner le foisonnement de sites d’information et la multiplication des faux journalistes, mais elles tendent surtout à encourager la presse sérieuse à poursuivre sa lutte contre les “fake-news” parallèlement aux médias publics», conclut le ministre.