Menu
Search
Mercredi 21 Février 2024
S'abonner
close
Mercredi 21 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Nation

Le Maroc commémore le 48e anniversaire de la Marche Verte

Le 48e anniversaire de la Marche Verte est l’occasion de se remémorer avec fierté un des événements glorieux de l’Histoire du Maroc. Grâce au génie de son artisan, Feu S.M. le Roi Hassan II, le Royaume a pu recouvrer ses provinces sahariennes et parachever ainsi la décolonisation de ses territoires. À l’appel du défunt Souverain, plus de 350.000 volontaires civils, venant des quatre coins du pays, ont convergé de manière organisée et pacifique vers le sud du Royaume, traversant les frontières chimériques et hissant fièrement le drapeau national dans le ciel de ce territoire qui a toujours fait partie intégrante du Royaume. Le monde entier fut témoin de cet événement exceptionnel qui a mis fin ainsi à la présence espagnole dans le Sahara marocain. Près d’un demi-siècle après, l’esprit de la Marche Verte demeure vivace dans le cœur des Marocains qui sont déterminés plus que jamais à faire de leurs provinces sahariennes un véritable pôle de croissance et de prospérité et un havre de paix et de dignité.

Le peuple marocain célèbre, ce lundi, le 48e anniversaire de la Marche Verte, une étape phare dans le processus de parachèvement de l’intégrité territoriale du Royaume. Symbole immuable de la forte cohésion entre le Trône et le peuple et de l’unanimité autour des constantes et des valeurs sacrées de la nation marocaine, cette épopée glorieuse est également la preuve éclatante du génie politique et de la clairvoyance de Feu Sa Majesté le Roi Hassan II qui en fut l’artisan.

Prenant en compte les circonstances politiques et les équilibres géostratégiques à l’échelle régionale et mondiale, Il a décidé d’organiser une Marche pacifique pour la récupération des provinces sahariennes colonisées. Cette idée de génie a non seulement permis au Maroc de recouvrer son intégrité territoriale, mais elle a suscité l’admiration et l’émerveillement du monde entier, tellement elle était lumineuse.

Le 48e anniversaire de la Marche Verte est ainsi l’occasion de se remémorer avec fierté comment plus de 350.000 volontaires civils, venant des quatre

coins du pays, ont convergé de manière organisée et pacifique, vers le sud du Royaume, traversant les frontières chimériques et hissant fièrement le drapeau national dans le ciel de ce territoire qui a toujours fait partie intégrante du Royaume du Maroc. Cette marée humaine a répondu de manière spontanée à l’appel lancé le 16 octobre 1975 par Feu S.M. Hassan II, pour la récupération de ses provinces sahariennes à la suite de l’avis de la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye confirmant l’existence de liens juridiques et d’allégeance entre les Sultans du Maroc et les tribus sahraouies. L’avis de la CIJ, qui a démontré que le Sahara n’a jamais été «terra nullius» et qu’il y a toujours eu des «liens juridiques d’allégeance» entre ce territoire et le Royaume du Maroc, représentait une reconnaissance de la légitimité des revendications du Maroc pour le recouvrement de ses territoires spoliés et a servi d’élément déclencheur pour cette marche qui a abouti à la libération des provinces du Sud. «Le monde entier a reconnu que le Sahara était en notre possession depuis très longtemps, le monde entier a reconnu qu’il existait des liens entre le Maroc et le Sahara qui n’ont été altérés que par le colonisateur», avait indiqué le regretté Souverain, soulignant qu’«il ne nous reste donc qu’à entreprendre une marche pacifique du Nord au Sud pour nous rendre au Sahara et renouer avec nos frères».

Après trois semaines laborieuses de préparatifs, la Marche Verte fut lancée le 6 novembre 1975 dans un mouvement d’exaltation et de symbiose populaires. Armés de leur foi en Dieu et en la justesse de leur cause, les 350.000 participants, dont 10% de femmes, ont répondu à l’Appel Royal avec enthousiasme et spontanéité. Ils ont entamé cette longue marche pacifique en brandissant le Saint Coran et le drapeau national dans un élan nationaliste sans précédent.

Après avoir franchi les frontières, l’émotion était à son comble et les marcheurs se sont prosternés en signe de gratitude et de remerciement à Dieu qui a rendu possible cette épopée mémorable. Inscrit en lettres d’or dans l’Histoire du Maroc, cet événement majeur de l’Histoire du Royaume a ainsi permis la libération du Sahara marocain du joug colonial et le parachèvement de l’intégrité territoriale du Royaume.

La marche du progrès dans les provinces du Sud se poursuit

Pour l’ensemble du peuple marocain, la commémoration de la Marche Verte restera toujours un motif de fierté et une source d’inspiration pour la poursuite de l’édification d’un Maroc uni, moderne et solidaire. Sa dimension politique et historique a marqué les esprits, tant par son caractère inédit que par l’ingéniosité de son initiateur, Feu S.M. Hassan II. Ce Roi unificateur qui a réussi de manière pacifique à faire hisser le Drapeau national dans le ciel de Laâyoune, annonçant ainsi la fin de la présence coloniale dans le Sahara marocain.

Aujourd’hui, près de cinq décennies après cet événement mémorable, le Maroc poursuit la marche du progrès dans ses provinces du Sud récupérées dans le même esprit de patriotisme et de dévouement aux valeurs sacrées de la Nation. Les provinces sahariennes du Royaume connaissent sous le règne de Sa Majesté le Roi Mohammed VI une dynamique de développement sans précédent. C’est une réalité que confirment les projets lancés à tour de bras et les chantiers qui s’ouvrent presque tous les jours pour faire de cette partie du Royaume un véritable pôle de croissance et un trait d’union entre le Maroc et sa profondeur africaine. Depuis la récupération de ces provinces, le Maroc a initié un programme ambitieux d’investissement dans les domaines industriel, agricole et dans les infrastructures de base.

Cette dynamique de développement a franchi un nouveau palier depuis le discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’occasion du 40e anniversaire de la Marche Verte. Le discours prononcé depuis la ville de Laâyoune a posé les jalons du nouveau plan de développement au niveau des trois régions du Sud, Laâyoune-Sakia El Hamra, DakhlaOued Eddahab et Gulemim-Oued Noun. Huit ans après, les provinces sahariennes du Royaume sont un vaste chantier à ciel ouvert. Tous les secteurs économiques et sociaux sont concernés : infrastructures, pêche, immobilier, santé, emploi, enseignement... l’élan de développement est global. «Aujourd’hui, plus de sept ans environ après le lancement de ce programme, et avec un taux d’engagement proche de 80% de l’enveloppe budgétaire allouée, Nous nous réjouissons des résultats positifs atteints», s’était félicité Sa Majesté le Roi dans Son Discours à l’occasion du 47e anniversaire de la glorieuse Marche Verte (2022). Doté d’une enveloppe budgétaire de plus de 77 milliards de dirhams, ce programme de développement intégré est conçu pour initier une véritable dynamique économique et sociale dans la région. Sa vocation est de stimuler, dans ces territoires, la création d’emplois, d’y assurer un climat propice à l’investissement, de les pourvoir des infrastructures et des équipements qui leur sont nécessaires. «Ce projet ambitieux répond exactement aux préoccupations et aux attentes de la population des provinces du Sud. La responsabilité de superviser la réalisation des projets qui le composent incombe aux autorités locales et aux conseils élus», avait souligné le Souverain à la même occasion.

La voie express Tiznit-Dakhla, le projet de stations d’énergie solaire et éolienne, le grand port Dakhla Atlantique, l’industrie de transformation des produits halieutiques, les terres agricoles aménagées et mises à la disposition de jeunes agriculteurs, les projets prévus dans les filières du phosphate, de l’eau et de l’assainissement... sont autant de chantiers majeurs qui ne manqueront pas de transfigurer la région et d’en faire un véritable pôle de prospérité et de développement digne des sacrifices sublimes consentis par le peuple marocain et ses Souverains pour la récupération de leurs provinces sahariennes. n