Menu
Search
Vendredi 14 Juin 2024
S'abonner
close
Vendredi 14 Juin 2024
Menu
Search
lock image Réservé aux abonnés

Le nouveau pari de l'INDH : Investir dans les 1.000 premiers jours de l’enfant

Le Maroc a célébré samedi dernier le 19e anniversaire du lancement de l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH). Organisé sous la thématique «Les mille premiers jours : fondement de l'avenir de nos enfants», cet événement a mis en lumière les avancées réalisées par l'INDH dans sa troisième phase, notamment en matière de santé et de nutrition maternelles et infantiles. Cette année, l'Initiative a en effet choisi d'attirer l'attention sur l'impact déterminant des trois premières années de l'enfance pour un bon départ dans le vie et par conséquent pour le développement humain d'une société entière. Si bien que la petite enfance fait désormais partie des axes prioritaires d'intervention de l'INDH. Une campagne de sensibilisation de grande envergure est prévue à partir de mercredi prochain pour souligner l'importance cruciale des 1.000 premiers jours de la vie d'un enfant.

Toutes les provinces et préfectures du Royaume, de Tanger à Lagouira, ont célébré samedi dernier le 19e anniversaire du lancement de l'Initiative nationale pour le développement humain par Sa Majesté le Roi Mohammed VI. L'événement a été consacré à une seule thématique centrale : «Les mille premiers jours : fondement de l'avenir de nos enfants», en ligne avec la troisième phase de l'INDH qui met davantage l'accent sur le développement humain.

Un bilan riche en investissements structurants

Cette célébration nationale a permis de faire le point sur les réalisations de l'INDH ces dernières années, comme l'a souligné Mohammed Dardouri, wali-coordinateur national de l'Initiative. Dans une allocution prononcée à Al Hoceïma, ville hôte de l'événement cette année (après la célébration de l'événement à Nador, dans la région de l'Oriental, l'année précédente), M. Dardouri a affirmé que «les réalisations obtenues sont le fruit de la gouvernance tripartite de l'Initiative, basée sur la gestion axée sur les résultats et la présence territoriale inclusive de toutes les forces vives».

Parmi les principales réalisations de la troisième phase de l'INDH citées par M. Dardouri, on peut noter la construction de 1.700 km de pistes et de routes, le raccordement de plus de 88.000 ménages au réseau d'eau potable et de 20.000 ménages au réseau d'électricité. L'INDH a également soutenu plus de 2.000 centres sociaux pour une meilleure prise en charge des groupes vulnérables. Dans le cadre de la promotion de l'économie sociale et solidaire, plus de 130 plateformes des jeunes ont été créées dans les différentes provinces et régions du Royaume. Celles-ci ont accueilli plus de 380.000 jeunes bénéficiant de services d'écoute et d'orientation. Par ailleurs, l'INDH a permis la création de plus de 11.500 entreprises et le soutien de plus de 4.700 projets coopératifs.

Un focus sur le développement de la petite enfance

Comme l'a rappelé M. Dardouri, l'INDH a œuvré durant sa troisième phase «pour la promotion du capital humain, en investissant dans le développement de la petite enfance, inspirée en cela des Hautes Orientations Royales. Un dispositif de santé communautaire a ainsi été mis en place pour améliorer l'accès aux services de santé et nutrition maternelles et infantiles», et ce dans le cadre d'un accord avec le ministère de la Santé, de la protection sociale et l'Unicef. «Le choix de la thématique des 1.000 premiers jours de la vie revêt une importance particulière, du fait du rôle crucial du développement de la petite enfance dans la promotion du développement économique et social du pays», a indiqué Abdelkrim Meziane Belfkih, secrétaire général du ministère de la Santé et de la protection sociale.

Une période cruciale, des enjeux majeurs

Cette thématique des «1.000 premiers jours» de la vie met en effet l'accent sur une période charnière dans le développement de l'individu, comme l'explique le wali-coordinateur : «Compte tenu de l'importance de cette étape dans le développement de l'individu, puisque l'investissement dans le développement de la petite enfance est, selon les experts et les spécialistes, 1,5 à 10 fois plus efficace que les investissements engagés dans d'autres étapes de la vie».
Une conviction partagée par les différents partenaires de l'INDH présents à Al Hoceïma, à l'image de Jorge Coarasa, chef de projet de développement humain à la Banque mondiale pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. Pour ce dernier, «les recherches scientifiques révèlent que les mille premiers jours de la vie sont fondamentaux pour le développement du capital humain. En collaboration avec le ministère de la Santé, les collectivités territoriales et d'autres partenaires, l'INDH a réussi à transformer cette connaissance en un programme bien conçu pour les enfants, depuis la conception jusqu'au troisième anniversaire».
La représentante de l'Unicef au Maroc, Speciose Hakizimana, a également insisté sur l'importance de cette période pour l'avenir des enfants et de la nation tout entière. «Les 1.000 premiers jours de la vie, cette période qui va de la conception jusqu'à l'âge de 2 ans, représente la première fenêtre d'opportunité pour assurer le développement du capital humain et ainsi contribuer à la prospérité économique et la stabilité sociale de la nation», a-t-elle indiqué.

Un enjeu majeur de santé publique

Au-delà des aspects économiques et sociaux, la thématique choisie soulève également des défis sanitaires de taille. Comme l'a rappelé Maryam Bigdeli, représentante de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). «Les premiers mille jours de vie sont cruciaux pour le développement futur de l'enfant, influençant l'adulte et la personne âgée qu'il deviendra. [...] Cette phase initiale de la vie a un impact considérable sur le développement global de la société», a-t-elle expliqué. Mme Bigdeli a par ailleurs souligné les avancées notables réalisées par le Maroc dans le domaine de la santé mère-enfant, tout en appelant à «maintenir ces engagements et ces efforts pour consolider les acquis engrangés», notamment dans un contexte de crises sanitaires et autres.

Objectif : placer l'enfant au cœur des priorités

C'est dans cette optique que le Maroc s'apprête à lancer, du 22 mai au 22 juin 2024, une vaste campagne de sensibilisation pour mettre en lumière l'importance des 1.000 premiers jours dans la construction d'un avenir prometteur pour les enfants. «En marge de la célébration de l'anniversaire du lancement de l'INDH, une campagne de communication sera organisée, du 22 mai au 22 juin, en partenariat avec le ministère de la Santé et de la protection sociale dans les différentes préfectures et provinces du Royaume, en vue de sensibiliser à l'importance des 1.000 premiers jours de la vie pour construire un avenir prometteur pour les enfants», a annoncé M. Dardouri.
Cette initiative d'envergure nationale vise à encourager des comportements favorables à la bonne santé et à la nutrition pendant les 1.000 premiers jours de vie. Comme l'a souligné Speciose Hakizimana, représentante de l'Unicef, «les approches fondées sur les sciences sociales et comportementales, ainsi que l'engagement communautaire, jouent un rôle crucial dans l'adoption de comportements favorables à la bonne santé et à la nutrition pendant les 1.000 premiers jours de vie». «En mobilisant les communautés et les parents, ces approches contribuent à susciter une demande pour les services médico-sociaux essentiels, garantissant ainsi un bon départ dans la vie pour chaque enfant. Cette implication active est indispensable pour assurer la durabilité et l'efficacité des interventions publiques en santé et nutrition», a-t-elle ajouté.

Des acquis à pérenniser

Au-delà de cette campagne de sensibilisation, l'INDH a déjà engrangé des résultats notables en matière de santé et de nutrition maternelles et infantiles, comme l'a rappelé M. Dardouri : «Le Maroc a réalisé des avancées significatives, notamment en matière de réduction du ratio de la mortalité maternelle (72,6 décès maternels pour 100.000 naissances vivantes), d'augmentation de la proportion de femmes ayant bénéficié de consultations prénatales à 88,5%, et de baisse du taux de mortalité des enfants et des nourrissons, grâce au rôle majeur du Programme national de vaccination depuis plus de 30 ans».

Partenariat gagnant avec le ministère de la Santé

Ces réalisations sont le fruit d'un partenariat étroit entre l'INDH et le ministère de la Santé et de la protection sociale, comme l'a souligné Abdelkrim Meziane Belfkih, secrétaire général du département. «Le ministère et l'INDH œuvrent en parfaite coordination. Les stratégies du ministère bénéficient également du soutien de l'INDH, ce qui a permis au ministère d'atteindre les zones les plus reculées de manière efficace pour la mise en œuvre de ses programmes de santé», estime-t-il. M. Belfkih a cité en exemple le programme national de vaccination ainsi que le programme de soins de santé maternelle et infantile, deux chantiers cruciaux dans lesquels l'INDH joue un rôle moteur aux côtés du ministère.

L'enseignement préscolaire, un autre front prioritaire

Outre la santé et la nutrition, l'INDH accorde également une place de choix au développement de l'enseignement préscolaire. En effet, comme l'a rappelé M. Dardouri, plus de 9.400 salles de classe préscolaires ont été créées ces dernières années «en application des Hautes Instructions Royales, en étroite coordination avec le ministère de l'Éducation nationale, du préscolaire et des sports». Grâce à cet effort soutenu, le taux de scolarisation des enfants dans le milieu rural est ainsi passé de 33% au cours de la saison scolaire 2017-2018 à 83,5% cette année. Une avancée considérable qui permet à plus de 310.000 enfants de bénéficier «d'un enseignement préscolaire de qualité en milieu rural», selon les termes de M. Dardouri.

L'INDH, un écosystème mobilisé à l'échelle territoriale

Derrière ces différentes réalisations se trouve un vaste écosystème territorial, composé de plus de 16.000 membres au sein des instances de gouvernance de l'INDH, et représentant les élus, le tissu associatif ainsi que l'administration publique dans l'ensemble des provinces et préfectures du Royaume. Cette «présence territoriale inclusive de toutes les forces vives», couplée à une «gestion axée sur les résultats», constitue l'un des principaux atouts de l'INDH, selon son wali-coordinateur national. Un modèle de gouvernance qui a fait ses preuves et permis à l'Initiative de s'ériger en véritable «marque institutionnelle prestigieuse reconnue à l'échelle nationale et internationale».

Prochaine étape : l'intégration dans le système national

Parmi les chantiers en cours, Mohammed Dardouri a évoqué le projet visant à intégrer le dispositif de santé communautaire initié par l'INDH dans le système national de santé. Une démarche entreprise «en partenariat avec le département de tutelle, avec le soutien de la Banque mondiale», et qui permettra une pérennisation des acquis sur le long terme. L'INDH a en effet expérimenté avec succès ce dispositif dans 49 cercles répartis sur trois régions prioritaires, dans le but «d'améliorer l'accès aux services de santé et nutrition maternelles et infantiles». Une stratégie de généralisation a ainsi été élaborée pour une intégration pérenne au sein du système public.

Un leadership reconnu dans la région MENA

Cette capacité d'innovation et d'intégration des bonnes pratiques dans les politiques publiques fait de l'INDH un modèle du genre, comme l'a souligné Jorge Coarasa de la Banque mondiale. «L'INDH a intégré cette approche [du capital humain] en initiant des incubations et en formant des partenariats avec les départements sectoriels, affirmant ainsi son leadership dans la région MENA et démontrant sa capacité à générer des résultats tangibles pour sa population». Un rayonnement qui devrait encore s'amplifier dans les années à venir, au rythme des avancées de l'INDH et des réformes contenues dans le nouveau modèle de développement promu par le Souverain.

Un modèle réussi pour le développement territorial

À cette occasion, Hassan Zaïtouni, gouverneur de la province d'Al Hoceïma, a souligné que sa région constitue «un modèle de réussite dans la mise en œuvre de la philosophie de l'Initiative nationale pour le développement humain». Grâce à une approche territoriale adaptée aux spécificités locales, l'INDH a permis d'améliorer considérablement les différents indicateurs liés au développement humain dans la province. Il a particulièrement mis en avant les efforts déployés pour l'accompagnement des individus durant les étapes cruciales de la vie, avec un focus sur la santé maternelle et infantile. «Cela passe par une alimentation équilibrée, un meilleur accès aux services liés à l'accouchement dans les centres de suivi et les maternités, ainsi qu'un renforcement des soins destinés aux nouveau-nés», a-t-il expliqué.

Selon le gouverneur, le choix d'Al Hoceïma pour célébrer le 19e anniversaire de l'INDH s'inscrit pleinement dans la Vision Royale d'un «chantier structurant visant à améliorer les conditions économiques et sociales des populations cibles, en plaçant le citoyen au cœur de l'équation du développement». L'enseignement préscolaire constitue à cet égard une étape cruciale, permettant aux enfants de la province, y compris en milieu rural et dans les zones montagneuses, de bénéficier d'une offre éducative de qualité, «à la hauteur des quartiers les plus aisés des villes», selon M. Zaïtouni. Un tremplin décisif pour assurer la réussite scolaire et l'épanouissement des jeunes générations. Dans la même veine, l'INDH a également œuvré à faciliter l'accès à l'éducation via la réhabilitation d'internats, la mise en place du transport scolaire et le renforcement du soutien pédagogique dans les milieux défavorisés. Une approche globale visant à créer un environnement propice au développement optimal de chaque enfant.

L'importance d'un «bon départ dans la vie»

En somme, la célébration du 19e anniversaire du lancement de l'INDH aura permis de réaffirmer l'importance cruciale d'investir dans les toutes premières années de la vie d'un enfant. Un constat partagé par l'ensemble des partenaires institutionnels et organismes onusiens impliqués auprès de l'Initiative. Comme l'a résumé Speciose Hakizimana de l'Unicef : «Un avenir meilleur ne peut être possible sans un bon départ dans la vie, en particulier durant les 1.000 premiers jours de vie». Un message fort qui cadre plus que jamais avec les orientations et les priorités de l'INDH, plus que jamais déterminée à placer l'humain – et plus particulièrement l'enfant – au cœur de son action.
Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.