Menu
Search
Vendredi 19 Avril 2024
S'abonner
close
Vendredi 19 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Nation

Etudiants en médecine : Sit-in le 29 février pour dénoncer la position du gouvernement

Les étudiants en médecine et en Pharmacie n'ont pas tardé à répondre aux propos fermes des deux ministres de tutelles, Abdellatif Miraoui et Khalid Ait Taleb, à propos de leurs doléances. Ils rejettent ainsi les décisions du gouvernement et annoncent un sit-in national, le 29 février, devant le Parlement.

No Image
Les étudiants en médecine et en pharmacie rejettent en bloc la position affichée par les ministres de l’Enseignement supérieur et de la Santé pour gérer le dialogue. Dans un communiqué publié hier vendredi, la commission nationale des étudiants en médecine, médecine dentaire et pharmacie accuse les deux ministères de tutelle de recourir à une politique de « procrastination » et rappelle avoir été contrainte à mener des mouvements de protestations pour défendre les intérêts des étudiants.



La commission reproche également aux deux ministères de mener des réunions de dialogues pour la forme et de camper sur leurs positions qui ne correspondent pas aux doléances des étudiants. La même source évoque également une mise à l’écart des étudiants en Pharmacie dans la rédaction du PV de la réunion du 15 février pour le faire valider par l’ensemble des étudiants.

De plus, la commission a tenu à rappeler les doléances des étudiants en expliquant les motivations de ces décisions. S’agissant du rejet de réduire la durée de formation de 7 à 6 ans, la commission note l’absence « d’une vision claire pour une réforme réelle du système de formation en médecine », évoquant également un impact sur la qualité de la formation. La commission appelle aussi à arrêter l’augmentation du nombre des admis dans les facultés de médecine, de médecine dentaire et de pharmacie et ce en raison du problème lié aux stages dans les hôpitaux. Dans ce même cadre, les étudiants appellent à élargir les territoires de stages en créant de nouveaux CHU dans le respect des normes pédagogiques.

Autre doléance, avoir une « réponse claire » à la demande d’augmentation des indemnités pour les étudiants de la 3e à la 7e année, toutes filières confondues. La commission appelle également à son intégration pour élaborer une restructuration du 3e cycle.

En conclusion, la commission adosse la responsabilité de la détérioration de la situation aux ministères de tutelles et dit dénoncer la manière dont ils traitent leur dossier de revendications. Les étudiants disent également rejeter le discours adopté par les deux responsables devant les médias ainsi que l’idée d’avoir des éléments perturbateurs dans leurs rangs. La commission annonce ainsi un sit-in national le jeudi 29 février devant le parlement ainsi que d’autres manifestations dont les dates seront annoncées ultérieurement. Une conférence de presse est également prévue le lundi 26 février pour expliquer la position des étudiants devant l’opinion publique.
Lisez nos e-Papers