Menu
Search
Vendredi 19 Juillet 2024
S'abonner
close
Vendredi 19 Juillet 2024
Menu
Search

L'importance croissante de l'espace atlantique dans le contexte mondial en débat à Marrakech

Les initiatives se multiplient en faveur d’un espace atlantique plus intégré et surtout plus équilibré. Le Maroc a déjà pris les choses en main en créant un cadre institutionnel regroupant les 23 États africains atlantiques en vue de consolider la sécurité, la stabilité et la prospérité partagée dans la région. C’est dans ce contexte que les travaux de la 12e édition de la conférence internationale «The Atlantic Dialogues» ont démarré ce jeudi à Marrakech. Avec la participation d’éminentes personnalités du monde de la politique et de l’économie, cette conférence est l’occasion de débattre de l'importance croissante de l'espace atlantique dans le contexte mondial actuel.

Dans un monde en perpétuelle mutation, la promotion de la coopération au niveau du bassin atlantique s’impose désormais comme une priorité absolue. Experts, diplomates, politiques et économistes se sont donné rendez-vous à Marrakech, à l’occasion de la 12e édition de la conférence internationale annuelle du Policy Center for the New South (PCNS) «The Atlantic Dialogues», pour débattre autour des moyens à même de promouvoir cette coopération dans un Atlantique plus affirmé. Ouverte hier au prestigieux hôtel Mamounia, cette conférence s'aligne sur les Hautes Orientations et Directives Royales sur l’Afrique atlantique, contenues dans le discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’occasion du 48e anniversaire de la Marche Verte, et tend à refléter l'importance croissante de l'espace atlantique dans le contexte mondial actuel, précisent les organisateurs.



Modérant la séance inaugurale de cette conférence, l’ancien diplomate et actuel Senior Fellow chez PCNS, Mohammed Loulichki, a ouvert les débats en posant la question sur les moyens d’assurer un équilibre aujourd’hui entre les pays de l’Atlantique et également de permettre une convergence entre les différentes initiatives émergentes en faveur de cette région.



Pour répondre aux questionnements de lancement de cette conférence, le vice-président du German Marshall Fund of the United States, Ian Lesser, a assuré qu’on était aujourd’hui en train de revenir à plus d’équilibre dans l’Atlantique. «On ne peut pas parler de l’Atlantique aujourd’hui sans évoquer les relations Nord-Sud», a-t-il affirmé en définissant plusieurs axes de ces relations. Il s’agit notamment des questions sécuritaires, de la connectivité numérique et des énergies renouvelables. Ces relations ne concernent pas que les États, a assuré le responsable de l’Institut visant la promotion des relations transatlantiques. En effet, plusieurs autres acteurs entrent en jeu. Il a cité, dans ce sens, les villes, les régions, le secteur privé ainsi que la société civile.



De son côté, la professeure à l’Université autonome de Nuevo Leon à Mexico, Jessica De Alba-Ulloa, a assuré que beaucoup restait encore à faire pour de meilleures relations entre les pays de l’Atlantique. «On doit regarder davantage vers l’Afrique qui est en pleine croissance avec une population jeune et des atouts importants tels que les terres arables», a assuré l’universitaire qui a plaidé pour la conclusion d’accords de libre-échange entre les pays du bassin atlantique.

Même son de cloche auprès du coordinateur du centre Atlantic basé au Portugal, Nuno António de Noronha Bragança, qui a insisté sur l’importance de la coopération sécuritaire dans sa dimension globale, à savoir la sécurité humaine, alimentaire et sanitaire. « Nous avons mis en exergue l’importance de l’Atlantique et nous savons pertinemment que dans cet espace dynamique et complexe, nous avons des défis et des menaces sécuritaires qui ne sont pas isolés», a-t-il relevé. Il a par ailleurs insisté sur la convergence des différentes initiatives lancées en faveur de la promotion de la coopération dans l’espace atlantique, dont les initiatives marocaines et américaines.

Intervenant également lors de ce panel d’ouverture, la Senior Economist chez Policy Center for the New South, Afaf Zarkik, a insisté sur l’importance de l’adoption de solutions innovantes afin de faire face aux problèmes dont souffrent certains pays de l’Atlantique, notamment en Afrique subsaharienne. L’économiste, qui a contribué aux travaux d’élaboration de la 10e édition du Rapport «Atlantic Currents», a mis en avant l’exemple d’une entité créée au niveau de ces pays pour servir d’intermédiaire entre le secteur public et le privé.

À rappeler que cette édition, qui se tient du 14 au 16 décembre 2023 à Marrakech, est placée sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Axée sur le thème «A More Assertive Atlantic: Its Meaning for the World» (Un Atlantique plus affirmé : sa signification pour le monde), elle devrait rassembler plus de 400 invités de 80 nationalités différentes du bassin atlantique, a indiqué le PCNS dans un communiqué.
Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.