Menu
Search
Vendredi 24 Mai 2024
S'abonner
close
Vendredi 24 Mai 2024
Menu
Search

L’Istiqlal maintient le cap sur le prochain congrès malgré les incidents de parcours

Dans une atmosphère tendue, le Parti de l’Istiqlal (PI) s’apprête à tenir son 18e congrès national. Entre préparatifs minutieux et controverses internes, notamment l’altercation entre Youssef Abtioui et Moncef El-Toub et les démêlés judiciaires impliquant Nourdin Moudian, le parti cherche à dépasser ses divisions et préserver la cohésion de ses membres. Une tâche des plus ardues à laquelle s’attelle résolument Abdeljabbar Rachdi, président de la commission préparatoire.

No Image
Alors que les préparatifs du 18e congrès national de l’Istiqlal s’intensifient, un vent de défi souffle sur le parti, agité par des incidents mettant à l’épreuve sa résilience et son unité. En effet, le parti fait beaucoup parler de lui ces derniers temps, certes en raison de son prochain congrès, mais aussi en raison d’incidents regrettables qui ont braqué les projecteurs sur les préparatifs.



Un premier incident a éclaté lors de la réunion du 2 mars ayant donné naissance à la commission préparatoire, lorsque Youssef Abtioui, membre du comité exécutif, a agressé physiquement son collègue, le député Moncef El-Toub. Le deuxième contretemps venu perturber l’esprit de mobilisation générale est lié à la plainte de Rafia El Mansouri, ex-députée du parti, contre Nourdin Moudian, chef du groupe parlementaire. Ces deux incidents ont jeté l’ombre de l’incertitude sur l’avancement des préparatifs du congrès prévu pour les 26, 27 et 28 avril 2024.

Les responsables du parti, y compris ceux de la commission préparatoire, maintiennent que les préparatifs avancent sans encombre. Abdeljabbar Rachdi, le président de la commission, a réitéré cette assurance lors de son intervention, vendredi 22 mars 2024, dans le cadre de l’émission «Nouqta lla Satr» (point à la ligne) sur Al Aoula. Il a souligné à cet égard que les récents incidents n’avaient perturbé aucunement l’organisation de cet important rendez-vous. De son côté, Nourdin Moudian a préféré suspendre ses fonctions au sein du groupe parlementaire, pour atténuer la tension au sein du parti. Pour lui, cette décision est motivée par sa volonté de préserver la cohésion des membres du parti, et surtout de barrer la route à toute exploitation de sa position par les adversaires de l’Istiqlal.

Les discussions se poursuivent au sein des sous-commissions de l'Istiqlal

Parallèlement, le parti tient à maintenir la dynamique mobilisatrice à travers la planification des réunions des différentes sous-commissions qui mènent des échanges réguliers pour progresser dans l’élaboration des documents à soumettre, le jour J, aux congressistes. La réunion la plus attendue est celle du 30 mars, qui marquera le second rassemblement des membres de la commission préparatoire. Cette occasion permettra de faire le point sur l’avancement des travaux menés par les sous-commissions.

Outre la commission dédiée aux statuts et aux règlements, l’attention se porte également sur les contributions des autres sous-commissions, qui doivent expliciter la position du parti sur divers sujets d’actualité brûlants. D’après nos informations, il est prévu que ces échanges aident à préciser les orientations du parti concernant des thématiques telles que les droits individuels, le droit à l’avortement, la lutte contre le changement climatique, ainsi que les implications de l’utilisation de l’intelligence artificielle dans l’économie et son impact sur les valeurs. La liste des sujets à aborder comprend également les stratégies pour anticiper et gérer les risques futurs, tant sur le plan national qu’international, ainsi que les questions liées à la sécurité de l’eau, à la souveraineté alimentaire et à la souveraineté industrielle. Par ailleurs, une discussion approfondie est en cours au sein de la commission préparatoire sur la situation et les perspectives de la classe moyenne.
Lisez nos e-Papers