Menu
Search
Mardi 16 Avril 2024
S'abonner
close
Mardi 16 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Nation

L’Istiqlal surmonte ses divisions, la voie est balisée pour le 18e congrès

Après des mois de crise larvée, le Parti de l’Istiqlal semble enfin en mesure de tenir son 18e congrès national, ajourné depuis 2021 en raison de profondes divergences entre les deux courants rivaux. La réunion du comité exécutif du 25 février vient acter la fin de ce blocage et entériner la décision ayant fixé au 2 mars prochain l’élection de la commission préparatoire chargée d’organiser ce rendez-vous crucial avant fin avril. Malgré un calendrier serré, l’Istiqlal semble déterminé à réussir ce congrès, qui marquera sans nul doute un tournant dans le parcours du doyen des partis politiques.

No Image
Après de longs mois de paralysie due à un bras de fer entre les courants du secrétaire général, Nizar Baraka, et du maire de Laâyoune, Hamdi Ould Errachid, l’Istiqlal semble avoir franchi une étape décisive vers la tenue de son 18e congrès national. Suite à sa réunion du 25 février 2024, le comité exécutif de l’Istiqlal a officiellement acté la fin de la crise et fixé au 2 mars prochain la date de l’élection de la commission chargée d’organiser ce conclave crucial avant fin avril. C’est ce que vient de confirmer de manière officielle le comité exécutif de l’Istiqlal, à travers un communiqué rendu public, lundi 26 février 2024, suite à une réunion, la veille, de la direction du parti.

Des négociations intenses mettent fin à des mois de blocage

En effet, selon des sources proches de la direction de l’Istiqlal, cette sortie de crise est le fruit d’âpres négociations en coulisses entre les deux camps rivaux. Le principal point de désaccord portait sur la volonté de réviser les statuts du parti. Après de laborieuses tractations, un compromis semble avoir été trouvé. Cette décision reflète la volonté de l’ensemble des membres du parti de privilégier «l’esprit du consensus» et de resserrer les rangs derrière leurs dirigeants, dans l’intérêt supérieur de la formation politique.

Soutien unanime à la candidature de Nizar Baraka

Dans son communiqué, le comité exécutif a d’ailleurs souligné l’intérêt de réussir ce congrès crucial pour définir le cap stratégique de l’Istiqlal. «Après avoir écouté l’allocution du secrétaire général sur les grands enjeux d’avenir du parti, et le contexte général dans lequel se déroulent les préparatifs du congrès national, les membres du comité exécutif ont exprimé, au travers de leurs interventions, leur prise de conscience collective de l’importance de cette étape dans la vie du parti, et leur attachement à l’unité du parti et au resserrement de ses rangs», peut-on lire dans ce communiqué.

La question de l’élection à la tête du parti a été au centre des échanges lors de cette réunion cruciale. Des compromis ont été trouvés pour que Nizar Baraka puisse briguer un nouveau mandat en tant que secrétaire général. Ainsi, dans un nouvel esprit de consensus, à l’issue de longs échanges sur les défis actuels, les membres du comité exécutif sont tombés d’accord pour soutenir M. Baraka comme candidat unique du PI au poste de secrétaire général lors du prochain congrès. Une proposition à soumettre en avril aux congressistes.

La composition des instances du congrès entérinée par consensus

Outre le soutien à Nizar Baraka, le comité exécutif s’est également mis d’accord sur la candidature de Abdeljabbar Rachidi à la présidence de la commission préparatoire du congrès. Cette instance aura la lourde tâche d’organiser les travaux et les débats qui rythmeront ce grand meeting de la famille istiqlalienne. Quant à la présidence de la commission des statuts et règlements, elle a été confiée à Rahal Mekkaoui, un choix qui devra encore être validé par la commission préparatoire elle-même, conformément aux procédures en vigueur.

En effet, selon nos sources, la prochaine réunion du conseil national, programmée pour le 2 mars, devra se tenir en deux temps. La première partie sera consacrée à la présentation par le secrétaire général du parti, Nizar Baraka, du rapport politique. Dans une deuxième phase, le conseil national se transformera en commission préparatoire. Et c’est à ce niveau que seront soumises, conformément à l’article 93 des statuts du parti, les propositions du comité exécutif : «proposition de Abdeljabbar Rachidi comme président de la commission préparatoire du 18e congrès, proposition de Rahal Mekkaoui comme président de la commission des statuts et règlements émanant de la commission préparatoire», ainsi que l’indique le communiqué du comité exécutif.

Par ailleurs, apprend-t-on, d’autres sous-commissions seront composées lors de ce rendez-vous. «Il a été décidé de proposer ces noms à l’unanimité des membres du comité exécutif, dans un esprit de consensus, en raison de l’importance de la commission préparatoire et de la sous-commission des statuts et règlements. Mais il y aura d’autres sous-commissions qui seront composées par la commission préparatoire», selon notre source. Cette dernière indique également que les propositions de réforme des statuts du parti qui avaient été élaborées lors de «la retraite d’étude» de Harhoura en mai 2022 ne sont plus à l’ordre du jour. Ce sera à la commission des statuts et règlements et au congrès de décider des pistes de révision des statuts de l’Istiqlal.

La mobilisation du parti politique déjà engagée sur le terrain

À travers ces décisions, le PI affiche sa détermination à faire de son 18e congrès une réussite à la hauteur des enjeux du moment. La direction a d’ores et déjà appelé tous les militants à se mobiliser sur le terrain et à participer activement aux travaux préparatoires. L’élaboration du projet de société du PI, qui doit moderniser son approche doctrinale, sera l’un des moments forts dans l’agenda pré-congrès. Les Istiqlaliens sont encouragés à formuler des propositions innovantes pour enrichir ce projet, véritable feuille de route idéologique et programmatique du parti. n
Lisez nos e-Papers