Menu
Search
Dimanche 03 Mars 2024
S'abonner
close
Dimanche 03 Mars 2024
Menu
Search
Accueil next Nation

Maroc - EAU : les enjeux économiques majeurs de la visite de S.M. le Roi Mohammed VI

Mohamed Badine El Yattioui, professeur d’études stratégiques au Collège de Défense nationale des Émirats arabes unis, partage sa vision sur la visite Royale de S.M. le Roi Mohammed VI à l’État des Émirats arabes unis. Cette rencontre a ouvert de vastes horizons économiques avec des accords touchant divers secteurs tels que le tourisme, l’énergie, les infrastructures portuaires et aéroportuaires. Le Dr El Yattioui souligne l’importance stratégique de cette visite, illustrant la consolidation de liens solides et durables entre les deux nations, tout en évoquant l’influence géopolitique, le développement africain et l’essor économique consécutifs à cette coopération.

Mohamed Badine El Yattioui.
Mohamed Badine El Yattioui.
Le Matin : Quels sont les enjeux économiques majeurs de la visite de S.M. le Roi Mohammed VI aux Émirats arabes unis ?

Mohamed Badine El Yattioui :
Parmi les enjeux majeurs de cette visite, figure notamment la signature d’un certain nombre de mémorandums et protocoles d’accords bilatéraux qui touchent aussi bien le commerce que le secteur de l’investissement et qui sont liés à différents secteurs. Et ce qui est plus intéressant, c’est qu’on a des accords qui touchent aussi bien le tourisme que le secteur de l’énergie, les secteurs des infrastructures portuaires et aéroportuaires et bien d’autres secteurs qui ont été évoqués dans le cadre de mémorandums et d’accords entre les deux parties. Et c’est ce qui donne un certain intérêt et un poids dans la relation bilatérale qui a toujours été fructueuse entre le Maroc et les Émirats arabes unis.



Comment la visite Royale peut-elle renforcer les liens économiques entre le Maroc et les Émirats arabes unis ?

La visite Royale est là pour démontrer le caractère hautement stratégique et l’importance des protocoles d’accords qui ont été signés entre les deux pays. Le fait que S.M. le Roi se soit déplacé et soit reçu par le Chef d’État des Émirats arabes unis (EAU), S.A. Mohammed Ben Zayed, montre le caractère stratégique pour les deux pays et la volonté de consolider des liens qui sont déjà très forts, avec la volonté aussi de travailler sur le long terme à travers ce partenariat sur les plans politique, économique et stratégique.

En quoi la coopération économique entre les deux pays peut-elle influencer la dynamique géopolitique dans la région MENA ?

La coopération économique entre les deux pays dévoile que ces deux Nations, dotées d’une stabilité politique et d’une continuité gouvernementale, ont réussi à tisser des liens économiques solides, tout en façonnant une dynamique géopolitique singulière. Cet élan s’est illustré par l’exemple des Émirats arabes unis, ainsi que d’autres monarchies du Golfe, et s’étend jusqu’au Maroc, dans cette partie occidentale du monde arabe, reconnue comme l’un des rares foyers de stabilité régionale. Cette détermination géopolitique vise à démontrer que malgré les bouleversements survenus entre 2011 et 2019, les pays ayant embrassé le mouvement du printemps arabe ont essuyé des échecs, tandis que ceux préservant leur stabilité et optant pour des réformes graduelles ont renforcé leur stabilité et ont gagné en visibilité économique, se positionnant ainsi avantageusement dans le cadre concurrentiel de la globalisation. D’un point de vue géopolitique, cela met en lumière la réussite des diverses monarchies, le Maroc à l’ouest du monde arabe et les monarchies du Golfe, avec en tête les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et le Qatar, à établir des liens étroits, une stabilité effective et une vision stratégique à long terme. Ces avancées sont étroitement liées à la nature monarchique de ces régimes, démontrant ainsi leur capacité à établir des alliances solides et à élaborer des stratégies à longue portée.

Quels sont les aspects spécifiques de la politique africaine des Émirats qui pourraient bénéficier de l’appui du Maroc en Afrique de l’Ouest ?

En ce qui concerne la collaboration dans des domaines aussi cruciaux que les infrastructures et les réformes socio-économiques, il est manifeste que S.M. le Roi Mohammed VI affiche une volonté indéniable de promouvoir le développement de la société marocaine et d’instaurer des réformes structurelles depuis plus de deux décennies maintenant. L’accélération induite par le nouveau modèle de développement, sollicité à une commission, requiert de nouvelles réformes structurelles ainsi qu’une croissance économique. Pour atteindre ces objectifs, il est impératif de recourir à des investissements directs étrangers, de favoriser l’expansion du commerce extérieur et de renforcer les positions économiques, des objectifs que le partenariat avec les Émirats arabes unis aidera le Maroc à concrétiser.

Divers financements issus de ce partenariat dynamiseront la croissance et la diversification économique du Royaume. Cela servira également les intérêts des Émirats arabes unis en leur permettant d’investir à l’étranger via des fonds souverains tels que Moubadala et ADIA, des outils d’une importance considérable dans la diplomatie économique. En outre, l’Afrique joue un rôle crucial, le Maroc assumant un rôle majeur en Afrique de l’Ouest ces dernières décennies, tandis que les Émirats arabes unis sont fortement impliqués en Afrique australe. Il est envisageable que les deux Nations coopèrent, notamment en Afrique de l’Ouest où le financement conséquent requis pour le projet du gazoduc, en collaboration avec le Nigeria, pourrait engendrer des retombées substantielles et concrètes pour les Marocains, sans négliger l’impact sur l’ensemble des pays africains concernés. Une excellente nouvelle réside dans les avancées concernant le projet du gazoduc reliant le Nigeria au Maroc, un projet autrefois freiné par des enjeux financiers. Cette progression reflète la crédibilité accrue du Maroc et la volonté affirmée des Émirats arabes unis d’investir non seulement dans l’économie marocaine, mais également dans le continent africain dans son ensemble. Ce partenariat devrait avoir des répercussions significatives en matière de diplomatie économique, offrant aux deux Nations des opportunités géopolitiques et géoéconomiques multifacettes, bénéfiques pour tous les acteurs impliqués.

Quelles sont les implications géopolitiques régionales de l’engagement économique accru entre le Maroc et les Émirats arabes unis ?

En ce qui concerne la diversification économique, de nouveaux partenariats se dessinent progressivement. Dans le domaine du tourisme, les Émirats arabes unis ont déjà accéléré leurs investissements au Maroc, renforçant ainsi une collaboration existante. Parallèlement, des initiatives émergent dans les domaines des énergies renouvelables, notamment l’hydrogène vert, le projet de gazoduc reliant le Nigeria au Maroc, ainsi que dans les secteurs de l’intelligence artificielle et de la cybersécurité. Ces secteurs sont en passe de prendre une importance stratégique majeure pour les deux Nations dans les années à venir. Cette convergence d’intérêts témoigne d’une vision partagée et de projets communs en cours de concrétisation et de développement, ouvrant la voie à une collaboration prometteuse entre les deux pays.

Comment la relation entre les Familles régnantes du Maroc et des Émirats arabes unis a-t-elle évolué au fil du temps et en quoi cela influence-t-il les relations bilatérales actuelles ?

Les déclarations conjointes émanant des membres des gouvernements des Émirats arabes unis et du Maroc attestent la pleine adhésion et la mise en œuvre fidèle de la vision stratégique des deux Chefs d’État par leurs gouvernements respectifs. Une vision commune en matière de développement économique et d’intégration émerge, notamment sur des projets conjoints visant à multiplier les leviers de croissance et de puissance, afin de renforcer l’influence des deux pays à la fois au sein du monde arabe et en Afrique. La récente visite Royale et la conclusion d’accords bilatéraux viennent confirmer les liens solides entre le Maroc et les Émirats arabes unis, particulièrement en ce qui concerne la question du Sahara marocain. Les Émirats arabes unis ont toujours reconnu la marocanité du Sahara, avec même la participation de S.A. Mohammed Ben Zayed aux côtés du Maroc lors de la Marche Verte. Cette implication démontre sa compréhension des enjeux cruciaux pour Sa Majesté le Roi et pour le peuple marocain. Ainsi, à travers ces divers projets, comme les investissements prévus dans le port de Dakhla ou dans les provinces du Sud, les deux Nations témoignent d’une démonstration tangible dépassant la simple ouverture d’un consulat, qui est déjà un geste significatif et fraternel. Ces initiatives approfondissent les liens historiques établis depuis plus de 50 ans entre les deux pays, entre les Chefs d’État et les populations, affirmant ainsi une relation durable et forte.

Concrètement, quel impact la coopération économique entre le Maroc et les Émirats arabes unis pourrait-elle avoir sur les pays d’Afrique de l’Ouest ?

La coopération entre les Émirats arabes unis et le Maroc en Afrique de l’Ouest pourrait générer des retombées concrètes majeures. Le projet du gazoduc reliant le Nigeria au Maroc, impactant 13 pays supplémentaires, offre la possibilité d’électrifier des régions, des villes et des villages dans une zone où l’électrification demeure encore une rareté. Cette perspective est porteuse d’opportunités positives pour l’Afrique de l’Ouest. Cependant, le coût considérable du projet, estimé à 25 milliards de dollars, souligne l’importance d’acteurs financiers majeurs. Les Émirats arabes unis, avec leur puissance financière, pourraient jouer un rôle crucial dans le financement de cette entreprise, ouvrant ainsi la voie à une transformation significative de la vie d’une partie de l’Afrique de l’Ouest. Au-delà de l’électrification, ce projet pourrait stimuler le développement d’une industrie agroalimentaire dans plusieurs pays de la région, ainsi que la création de nouvelles infrastructures logistiques et de transport. Il est envisageable d’étendre ces initiatives jusqu’au Sahel, conformément à la volonté exprimée par Sa Majesté le Roi dans son dernier discours relatif à la Marche Verte.

En quoi la visite de S.M. le Roi Mohammed VI aux Émirats arabes unis peut-elle contribuer à l’essor économique et social du Maroc, notamment en vue de l’organisation de la Coupe du monde 2030 ?

La perspective d’accueillir la Coupe du monde est devenue un projet central dans la politique et la vision Royale du Maroc. Cela représente à la fois une volonté de renforcer l’influence par le biais du soft power à travers la diplomatie sportive, et une opportunité stratégique pour stimuler le développement économique du pays et accroître sa visibilité à l’échelle internationale en vue d’attirer davantage d’investisseurs. Les Émirats arabes unis figurent parmi les principaux soutiens du Maroc dans cette candidature. Leur engagement en faveur de cette initiative est clair et promet un soutien continu jusqu’en 2030.

Quelles sont les opportunités d’investissement bilatéral à prévoir suite à cette visite et comment les deux pays comptent-ils les exploiter pour stimuler leurs économies respectives ?

Les opportunités d’investissement bilatéral s’annoncent prometteuses dans les années à venir, suite aux partenariats conclus lors des récents accords. Une volonté manifeste de diversifier les sources de financement émerge, avec des discussions portant sur des approches nouvelles telles que les financements innovants, les dons, les prêts, ainsi que divers mécanismes de financement multi-privé provenant des Émirats arabes unis en direction du Maroc. Cette diversification des sources et des mécanismes de financement représente une avancée positive, soulignant l’engagement pris lors de ce sommet. Cette approche multidimensionnelle devrait favoriser une accélération significative de nombreux projets, offrant ainsi des opportunités de croissance et de progrès considérables pour les deux pays.
Lisez nos e-Papers