Menu
Search
Vendredi 23 Février 2024
S'abonner
close
Vendredi 23 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Nation

Une nouvelle politique nationale de la qualité arrive

Une nouvelle politique nationale de la qualité sera bientôt adoptée par le Conseil supérieur de la normalisation, de la certification et de l’accréditation lors de sa prochaine réunion, a annoncé le secrétaire général du ministère de l’Industrie et du commerce, Tawfik Moucharaf, à l’ouverture des travaux de la 23e édition de la Semaine nationale de la qualité, mercredi dernier à Rabat. La future politique est composée de 32 axes, 126 projets et 321 actions.

Ph.Saouri
Ph.Saouri
Les travaux de la 23e édition de la semaine nationale de la qualité se sont ouverts mercredi à Rabat. Organisée à l’initiative du ministère de l’Industrie et du commerce sous le thème «Une politique nationale de la qualité au service de la compétitivité», cette édition, qui se poursuit jusqu’au 30 novembre, s’inscrit dans le cadre des initiatives pour la promotion de la culture de la qualité et de l’excellence et vise tout particulièrement à présenter le projet de politique nationale de la qualité préparé par les cinq commissions issues du Conseil supérieur de la normalisation, de la certification et de l’accréditation (CSNCA) en vue de recueillir les recommandations de l’ensemble des parties prenantes dans le cadre d’une approche participative avant de le soumettre pour adoption.



Intervenant à l’ouverture de cette rencontre, le secrétaire général du ministère de l’Industrie et du commerce, Tawfik Moucharaf, a rappelé l’importance de la qualité comme levier principal pour le développement économique, social et environnemental, notamment en ce qui concerne l’amélioration de la compétitivité du tissu économique et l’accès aux marchés internationaux des biens et services, l’amélioration du bien-être du citoyen, et la durabilité et la préservation des ressources naturelles.



Revenant sur le projet de politique nationale de la qualité, le responsable gouvernemental a indiqué que ce projet visait essentiellement à apporter un équilibre durable entre l’infrastructure offerte et la demande de services en matière de qualité. Il tend également à garantir le bon fonctionnement des marchés intérieurs, le renforcement de l’innovation et l’amélioration de la compétitivité des entreprises, tout en favorisant la reconnaissance du système national de qualité à l’international pour faciliter l’accès des biens et services aux marchés étrangers.



La future politique de qualité vise par ailleurs à définir un cadre stratégique favorisant la synergie entre les différents acteurs des secteurs public et privé dans le domaine de la qualité en se basant sur cinq piliers, à savoir la normalisation, la certification, l’accréditation, la métrologie et la promotion de la qualité. Ainsi, chaque pilier de cette politique a fait l’objet d’un travail approfondi d’une commission pluridisciplinaire composée d’acteurs publics et privés pour élaborer les axes de développement, les projets et les actions y afférents.

S’agissant des objectifs stratégiques de cette future politique nationale, M. Moucharaf a fait savoir qu’ils sont au nombre de six. Il s’agit de la mise en place d’une infrastructure nationale de la qualité, reconnue à l’international, la reconnaissance de la certification dans les achats publics pour assurer la conformité à la réglementation technique, le renforcement de l’implication du secteur dans le développement de l’infrastructure qualité. Les autres objectifs portent sur la garantie de la cohérence entre le besoin du marché, le cadre légal et l’infrastructure qualité nationale y afférente, le rehaussement du niveau de pénétration des normes dans toutes les sphères de l’activité socio-économique et le développement davantage de la promotion de la qualité au niveau des différentes régions du Royaume. S’agissant de sa mise en œuvre, M. Moucharaf indique que cette future politique sera déclinée en 126 projets et 321 actions. Il convient de souligner que la séance d’ouverture de cette rencontre a connu la signature de plusieurs accords de coopération entre le ministère et les fédérations professionnelles visant le développement de l’écosystème qualité.

Bilan de l’infrastructure qualité nationale

Selon le secrétaire général du ministère de l’Industrie et du commerce, le Maroc dispose d’une infrastructure qualité nationale importante gérée par le même département. En effet, le Royaume dispose de 17.000 normes marocaines homologuées et 41 schémas de certification ainsi que plus de 1.100 normes obligatoires. Par ailleurs on compte 160 organismes d’évaluation de la conformité accrédités, 20 organismes agréés pour le contrôle réglementaire des produits industriels et 500 modèles d’instruments de mesure approuvés.